Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
11 janvier 2012 3 11 /01 /janvier /2012 21:43

 

martine-rp.jpg

 

L’attachée de presse aime le name dropping,  faire du shopping, participer à la semaine du fooding, aller se faire le soir un footing, se prendre pour Catherine Baba et dire que c’est « amaaaazing daaaarling », envoyer des e mailings, se coller à son phoning. Elle aime faire des choses en –ing, des choses tellement moins boring…

L’attachée de presse pige les magazines. Mais pas qu’au bureau. En vacances aux Bahamas, à Courch’ en bas d’une piste, ou à Palavas mais pas au camping, partout l’attachée presse traque la parution. Son sac baluchon dans le Elle, sa paire de baskets dans le Grazia, son top à paillettes dans le Glamour. Les maisons de la presse sont des refuges, des repères rassurants où il fait bon compulser les journaux, pousser des haaaaa, des yesss, des ouiiii en découvrant ce qu’elle sait pourtant qu’elle va forcément y trouver. Car l’attachée de presse sait où et quand aura lieu sa parution. Mais même l’autre bout du monde, les vacances, l’être aimé, les enfants, les amis ne la détourneront du droit chemin. Celui qui mène à la parution, le produit de son client marqué à l’encre indélébile sur le papier glacé. Amen.

L’attachée de presse ne connaît pas les soldes. Elle connaît les ventes privées, les ventes presse, les ventes à domicile, les promotions spéciales. Elle reçoit 50 mails en novembre et en mai, 20 cartons d’invitations en parallèle pour acheter à prix réduits ce que les autres payent le plus souvent à prix forts. Injustice, favoritisme ? L’attachée de presse n’a que faire de l’équilibre des forces lorsqu’elle en phase d’achat. Rien ni personne ne l’empêchera de faire son heure de queue pour rentrer chez Louboutin en ventes presse, de traverser Paris à l’heure du dej’ pour aller chez la Marant, de cramer toutes ses économies en moins d’une demie heure dans les boutiques de quartier qui font des ristournes avant l’heure. Du coup l’attachée presse trouve inadmissible que sa salade lui coûte 5 euros au super marché alors qu’elle vient d’en dépenser seulement 200 dans un sac de marque qui en valait pourtant 700 au départ. Monde cruel.

L’attachée de presse connaît des maquilleurs, des mannequins, des coiffeurs, des réalisateurs, des graphistes, des photographes, des designers, des webmasters, des D.A, des journalistes, des stylistes, des comédiens, des chanteuses, des djs, des traiteurs, des scénographes, des  videurs, des vendeuses, des serveurs, des créateurs, des communiquants, des marketeux... Simplement parce qu’au moins une fois dans sa carrière elle a du organiser un dîner pour un client suivi d’une fête avec beaucoup de monde. Et que maintenant tous ces braves gens sont devenus ses amis facebook et linked-in pour l’éternité. L’attachée de presse a un carnet d’adresses qui finalement est un peu comme une grande famille virtuelle.

L’attachée de presse dit « tu » à tout le monde. Elle t’appelle par ton prénom, n’a pas dit monsieur/madame depuis autant d’années qu’elle fait ce métier. Du coup l’attachée de presse s’emmêle les pinceaux : elle dit Martine à sa banquière pensant créer un lien indéfectible avec celle qui a droit de vie et de mort sur ses futurs escarpins Prada, Robert au dentiste croyant que c’est plus prudent d’ établir une familiarité avec son dentiste qui a des armes de destruction massive dans sa bouche. Du coup quand tu vouvoies l’attachée de presse, elle se braque, se formalise, pense qu’on la vieillit, que c’est ringard cette distance condescendante.

L’attachée de presse aime le relationnel, l’affectif, les gens. Elle appelle ses collègues chouchou, chéri, chaton, pour leur dire plus joliment que la prochaine fois qu’ils lui piquent un rv avec une redac chef majeure, elle va leur faire un kick arrière en pleine présentation client. L’attachée de presse dit, bichette, poulette, minette pour signifier que si jamais tu lui clepto’ encore son Madame Figaro, faudra pas te demander pourquoi ton ordi a attrapé un virus qui a flingué tout ton dossier bilan 2011. L’attachée de presse est diplomate, fair play, souriante, partante, patiente. Elle a simplement un langage à double sens.

L’attachée de presse a deux amis : son I phone et le chargeur de son I phone. L’outil de survie, la raison d’être, le binôme sans lequel, d’attachée de presse il n’y a plus. Elle a appris à écrire avec 2 pouces et dans le noir, des mails qu’elle envoie même à 1h du matin histoire d’en avoir un de moins à consulter le demain matin. Car l’attachée de presse n’est pas la seule à penser la nuit : le matin à 10h elle a autant de mail que le Vogue a de réponses positives à une invitation à sa soirée d’anniversaire en 2 jours. Du coup l’attachée de presse semble entretenir une relation fusionnelle avec son mini ordi de poche. Un amour que les autres ne comprennent pas vraiment. Une frénésie extatique qui donne presque le sentiment qu’elle aime ça recevoir 15 mails/minute, 3 appels par heure même en dehors du service minimum. L’attachée de presse envoie des textos depuis son bain, prend des notes pour sa stratégie de com’ aux toilettes, balance des mails entre l’apéro et l’entrée sans que personne ne comprenne d’où lui vient cette envie soudaine. L’attachée de presse aime son I phone comme d’autres aiment leur chien. Avec ferveur, respect et tendresse.

 

L’attachée de presse a un langage bien à elle. Des abréviations par dizaines sensées faire gagner du temps à qui a le génie du déchiffrage: VTAC (je vous tiens au courant) ou ses variantes TTAC, NTAC, elle envoie des YSI (you send it), fait des mails FYI (pour votre information, en français), convoque la presse B to B… Parfois aussi, elle est au BDR (bout du rouleau) ou résume clairement sa journée difficile par un expéditif VDM (vie de merde). Bref l’attachée de presse a du vocabulaire, un lexique riche en rebondissements, en mystères insondables qui lui permet de coder des messages dont l’objectif est simple : faire péter le score des EAE (équivalents d’achat d’espace). Autrement dit faire gagner(économiser) beaucoup d’argent à son client. Une mission assez claire en somme.

Bref, l’attachée de presse est une femme comme les autres. Parfois d’ailleurs, l’attaché de presse est un homme comme les autres femmes. Mais c’est encore une autre histoire.

 

Toute ressemblance avec des personnages existants ne serait évidemment pas fortuite.

 

Repost 0
10 janvier 2012 2 10 /01 /janvier /2012 20:15

Du coup j'ai l'impression de ne voir plus que cela... Des pièces fortes, des bijoux de dingue, des créations extravagantes, délirantes, obsédantes. Je les cherche un peu aussi peut-être me direz-vous...

Passage en revue des mes dernières trouvailles virtuelles.

 

brook---lynn.jpg

 

Colliers minéraux Brook & Lyn

 

bernard-delletrez.jpg

 

Bague articulée Bernard Delettrez

 

Bjorg2012_13.jpg

Lunettes Bjorg

luvajrockandsoikechoke-5T.jpg

Collier Luv AJ

maniamaniaimmortalsringbronam-2T.jpg

Immortal Ring Mania Mania

 

house-of-harllow.jpg

Collier House of Harlow

 

dannijo-eagleheart.jpg

Bague Eagle Heart Dannijo

 

mouton-collet2.jpg

Bracelets Mouton Collet

 

delfina-delettrez-luisaviaroma-swarovski-elements-15.jpg

Bracelets Delfina Delettrez

Repost 0
5 janvier 2012 4 05 /01 /janvier /2012 23:21

a-long-way.jpg

 

Il y a d'abord eu les maris qui achetaient mes bijoux pour leurs femmes, puis les amis qui en réclamaient pour eux... Le tout ajouté à des pièces qui ne trouvaient pas lieu d'être dans des bijoux féminins. Et enfin l'envie d'essayer d'apprivoiser un peu le territoire des bijoux masculins. A l'arrivée il y a mister K, modèle sur mesure pour une mini collection de colliers pour hommes qui mélange les 3 métaux. La luminosité du bronze, la froideur de l'argent et le rétro du cuivre. Le choix de pièces sorties de leur contexte, des rouages du temps, des mécanismes horlogers anciens...

It's a long way to the top. C'est logiquement devenu le nom de cette collection.

Le chemin qu'il faut parcourir pour faire de ses rêves des objets bien réels.

Le temps qui passe et les bijoux qui accompagnent ce formidable "voyage".

  

1-copie-1.jpg

2-bis.jpg

 

Collier LONG GONE DAY

Chaîne argent et liens cuivre

Roulette bronze et clous argentés

 

Disponibilité : 4 pièces uniques

Prix : 45 euros

 

3-copie-1.jpg

4-bis.jpg

Collier BURDEN IN MY HEAD

Chaîne billes bronze

Têtes skull howlite et bois noires

Clous argentés

Perles industrielles cuivre

 

Disponibilité : plus qu'une pièce disponible

Prix : 50 euros

 

5-copie-1.jpg

1-bis.jpg

Collier RIDE THE LIGHTNING

Chaîne argent et liens cuivre

Elastiques noirs

Triangle bronze et clou argenté

Clés argentées 

 

Disponibilité : pièce unique

Prix : 50 euros  

VENDU

 

2-copie-1.jpg

3-bis.jpg

Collier NO ONE KNOWS

Chaîne argenté

Pièce en cuir marron et clou plat bronze

Zip noir

Tête skull argentée

 

Disponibilité : pièce unique

Prix : 40 euros

 

VENDU

 

4.jpg 

5-bis.jpg

Collier LONELY DAY

Chaîne argent

Pièces en cuir marron

Clou bronze

Clé argentée vieillie

 

Disponibilité : pièce unique

Prix : 45 euros

VENDU

 

 

Merci de prévoir de une à 3 semaines pour la livraison des pièces

Paiement par chèque ou paypal (remise en mains propres possible à Paris)

Livraison avec suivi

Me laisser un commentaire ou un mail pour toute demande/ commande

 

duo.jpg

 

Thank you Mister K. !

 

NDLR : je porte la boucle d'oreille SILVERADO de ma collection précédente et un collier de ma prochaine collection femme prévue pour le mois de mars...

 

 

 

Repost 0
2 janvier 2012 1 02 /01 /janvier /2012 21:14

Ca pourrait être la même histoire que le cuir ... ou les clous... ou le léopard. Le python est devenu depuis quelques temps une lubie, une envie frénétique, une obsession ludique. Ca tombe bien puisque la mode a décidé de voler à mon secours pour mettre à ma portée tout ce qu'il faut pour étancher ma soif... Ou me rendre encore plus insatiable??

 

bottes-python.jpg

Bottes vintage sur etsy

 

flare-janv-11.jpg

série du FLARE / janvier 2011

 

4-copie-1.jpg

Mon sac Abaco en pyhthon sur Sarenza.com

 

izia-photo.jpg

Izia / So much trouble... et un bon album rock français en anglais

 

HD_0000037899_63700_09.jpg

Ballerines BLOCH AH 11/12

 

PHOTOS-16-1465.JPG

Ma robe en python H&M, vue dans les rayons il n'y a pas longtemps encore...

 

expo_azzedine_alaia_641009441_north_318x478.jpg

10 ans de création de Azzedine Alaïa exposés au Pays Bas jusqu'au 6 mai 2010, à Groningue

 

PHOTOS-16-4489.JPG

Il est tellement beau que je le sors à peine. Oui il y a une logique dans cette démarche.

 

Navajo-17.jpg

Celui là en revanche il me suit partout, depuis la broc où je l'ai trouvé tout droit sorti des années 60...

 

1108181_chloe_campagne_automne_hiver_2011_2012_3.jpg

 

Et cet automne enfin, le retour des VRAIES campagnes Chloé, vaporeuses, lumineuses, mutines, hyper féminines... Et par la même occasion celui des superbes robes en mousseline qui me rappellent la douce époque où j'avais le droit d'en emprunter une le week end au bureau pour frimer un peu...

 

784496_bourse-a-la-hausse.jpg

Et toi, le sac Delphine Delafon, avec qui j'apprends la patience, puisqu'il va falloir encore un mois et demi avant mon anniversaire alors que je lorgne sur "toi-fais-que-pour-moi" depuis des mois... et, ô surprise, tu seras forcément un peu en python.

 

Amies de la cause animale, pas de bagarre, je ne mange pas de serpent.

 

 

Repost 0
Published by Laure - dans Must Have
commenter cet article
31 décembre 2011 6 31 /12 /décembre /2011 17:23

Quand tu as un nom aussi romanesque, tu ne peux pas avoir une destinée banale. On va se rassurer comme ça...

Celle d'Abbey Lee Kershaw est jalonnée des plus belles collaborations avec les grands noms de la mode (Tom Ford, Yves Saint Laurent...), de dizaines de séries en Australie, sa terre de naissance. Brun, châtain, tie and dye rouge et maintenant blond plus que platine, tout lui va. Féline, mutine, trashy, posh, elle a pris tous les visages avec cet éternel regard transperçant, cette moue candide ou sévère. Une amazone moderne au corps piercé, une femme intemporelle dont la magie n'a pas d'époque.

Moment de bonheur en images de cette incroyable mannequin qui réjouira forcément tous les esthètes.

De quoi finir ou commencer l'année en vraie beauté.

Meilleurs voeux à tous.

 

abbey-lee-kershaw5.jpg

Abbey_Lee_Kershaw_Portmans_Campaign_010.jpg

Abbey-Lee-Kershaw-by-Hedi-Slimane-c.jpg

3931-abbey-lee-kershaw-294x-530-744.jpg

abbey-lee-kershaw7.jpg

abbey-lee-kershaw8.jpg

abbey-lee-kershaw3.jpg

Abbey-Lee-Kershaw-Catherine-McNeil-by-Greg-Kadel-for-Vogue-.jpg

34-greg-kadel-abbey-lee-kershaw.jpg

abbey-lee-kershaw-611578898.jpg

abbey-lee-kershaw-hedi-slimane-L-U38P4p.jpg

 

Abbey-Lee-Kershaw-Vogue-Australia-5.jpg

abbey-lee-kershaw6.jpg

abbeyleekershaw69v5.jpg

Abbey-Lee-Kershaw-by-Hedi-Slimane-a.jpg

600full-abbey-lee-kershaw.jpg

Abbey-Lee-Kershaw-par-Hedi-Slimane-pour-Vogue-Russie-avril-.jpg

tumblr_ltukvbPNG51qdm2mxo1_400.jpg

AbbeyLeeKershawWall1-1-.png

MUSE-20-Abbey-Lee-Kershaw-by-Greg-Kadel-02-600x391.jpg

abbey-lee-kershaw1.jpg

 

 

Repost 0
Published by Laure - dans Clichés
commenter cet article
28 décembre 2011 3 28 /12 /décembre /2011 23:44

5060107728172.jpg

 

 

Je l'écoute en boucle. Pas plus compliqué que ça. Metronomy on les aime ou on les quitte. Donc j'ai pas laissé tomber. Depuis 72h environ.

J'entends déjà les fans de la première heure me dire "et c'est maintenant que tu percutes?". Après des mois de tapage et un concert génial à l'Olympia (Olivier si tu m'entends, merci encore!), "c'est maintenant que tu découvres le kiff Metronomy?".

Et bien oui, je persiste et je signe. Je dirais même que j'ai plaisir à ne pas m'être ruée sur ce vrai bonheur d'album qui s'apprend, qui se découvre, qui s'approprie à son rythme, à sa sauce, perso, moi toute seule, comme je veux, quand je veux.

Je me suis toujours méfiée de ce qui fait l'unanimité, de l'attrait de la nouveauté, des effets de mode. Je succombe très vite, on a toutes une midinette en nous qui sommeille. Pourtant le petit brin de décadence latente dans Holidays, ça m'avait déjà bien rendue dingo...Ce coup-ci j'abdique, prenez-moi dans le troupeau, quand c'est bon, c'est bon et puis c'est tout.

 

Je dirais que Tellier (Sébastien) avait bien amorcé les préliminaires avec son Biarritz en été (Roche), sucitant déjà quelques remous intérieurs dans le genre "escapade des sens par la musique". Mais je restais toujours à quai, alors qu' English Riviera m'a tout droit emmenée au creux de la vague, à l'endroit précis où ça fait du bien, si vous avez suivi la métaphore...maritime bien entendu!

Quelques secondes de l'intro de l'album suivi d'un "We broke free" totalement planant, grisant, aliénant (après la 24 ème écoute, on peut considérer qu'il s'agit d'addiction je pense), ce sont des heures de décrochage total.

 

 

The English Riviera me fait l'effet d'une douce mélodie nostalgique post vacances, un amalgame équilibré de ce genre de morceaux qui te ramènent forcément à un quelque part, à des souvenirs, un ressenti, un lieu, un quelqu'un. Le genre de compos qui ne vont pas chercher des arrangements trop compliqués mais font quand même appel à ce qui est, concrètement, une véritable exigence musicale. Mais sans en avoir l'air. En t'embarquant gentiment et sans fracas dans un long flot d'émois aussi délicats que puissants. C'est de bon goût sans être savant, ça sonne eighties sans se la jouer ringard branché, ça "rock" sans hurler, ça "dance" sans tabasser un beat sans âme.

C'est chic, nonchalant et flegmatique comme un lord anglais, pop, ludique et piquant comme une teenage british, un peu mélancolique, un brin épileptique. 

 

C'est un album d'été qui sent bon l'insouciance des bords de mer, chevilles à l'air. Mais c'est également une excellent album d'hiver qui m'embarque illico sur les plages de mon Nord à moi, classieuses avec leurs longues étendues de sable à perte de vue, sauvages avec leurs dunes hérissées, enivrantes avec leur vent frais qui fouette quelle que soit la saison.

 

En bref, je suis loin, super pas là, ça me berce, ça me rassure, ça me rend joyeuse ou triste, j'ai envie de danser pieds nus, de jouer du synthé avec une couronne de fleurs dans les cheveux, de m'allonger à même le sol pour fixer la lune, de jouer au chat et à la souris, de taper sur les guitares, bref je ne sais plus bien où j'en suis...

 

Une certitude à la minute où j'écris toutefois : la musique est décidément le meilleur des voyages pour les sédentaires. Et la drogue la plus conseillée pour les excessifs.

 

Repost 0
Published by Laure
commenter cet article
26 décembre 2011 1 26 /12 /décembre /2011 15:43

you-25.jpg

 

you-29.jpg
you-26.jpg
you-32.jpg
you-33.jpg
you-36.jpg
Manteau merveilleux APRIL MAY (prototype mais ce thème est décliné sur d'autres modèles actuellement en boutique)
Pull BONOBO
Jean et écharpe H&M
Shoes THE FRYE COMPANY
Bracelets puce de Vanves et collier africain marché du jeudi rue Montmartre! / Paris
 
Repost 0
Published by Laure
commenter cet article
21 décembre 2011 3 21 /12 /décembre /2011 22:44

Ca se traduit difficilement. "Statement piece".

C'est la pièce qui en jette, qui fait tout, le must have , le it truc, un accessoire ou un vêtement fort, que tu vois de loin, qui fait de l'effet, qui marque et se remarque.

Le futur bestseller sold out, le number one sur ta wish list, le nouvel item en waiting list, autrement dit, décidément, une expression qui ne se transcrit que de l'anglais à l'anglais, rapport à la gravité de la situation sur l'échelle du désir, que le français ne saurait dire avec assez d'emphase.

Un truc un peu dingue, décalé, atypique, stylistiquement efficace, pas commun, extravagant, ostentatoire.

Bref un statement, une déclaration de guerre version mode, un cri d'amazone fashion, une affirmation de soi par l'objet.

Ce petit plus en matière de mode qui fait faire "wahooooo" aux modeuses, "oula!" aux sceptiques, "pfff..." aux blasés, "*WTF*" aux curieux, "OMG" aux exaltés .

Le genre de choses que je ne suis pas prête d'avoir dans mon armoire, car qui dit "statement" dit souvent "expensive".

Donc thérapie par l'image. Tome 12. Mon psy a du souci à se faire.

 

 

 

 

1320855043boots-erin-meets-zadig.jpg

Boots python, collection Erin Wasson pour Zadig & Voltaire AH 11/12

 

pamela-love.png

Bracelet cristaux Pamela Love 2011

 

heismtone.jpg

Boots poney HEIMSTONE AH 11/12

 

luvaj4001837768_p1_1-1_254x500.jpg

 

Bracelet LUV AJ SS 12

 

givenchy.jpg

Collier GIVENCHY SS 12

 

 

 

img-thing-copie-1.jpg

 

Blouson ISABEL MARANT AH 11/12

 

the-man-repeller--six-by-bloggers.jpg

 

Low Boots The Man Repeller/ Six by bloggers AH 11/12

dannijo.jpg

Bracelets en galuchat DANNIJO

 

romwe.jpg

Slippers sur ROMWE.COM

 

 

Repost 0
Published by Laure - dans Must Have
commenter cet article
18 décembre 2011 7 18 /12 /décembre /2011 19:10

you-20.jpg

 

you-6.jpg
you-8.jpg
you-14.jpg
you-12.jpg
you-7.jpg
you-16.jpg
you-2.jpg
you-18.jpg
you-23.jpg
you-19.jpg
Veste et débardeur ZOE TEE'S
Pantalon en cuir CHINE BELGIAN DESIGN
Bagues LOW LUV by Erin Wasson, PAMELA LOVE, etsy et perso
Bracelets en cuir tressé sur esty + en pyrites VANESSA DEE + onyx et Labradorite de ma collection Black ARROW à trouver ici
Derbies BLOCH
Repost 0
Published by Laure - dans Mode en série
commenter cet article
13 décembre 2011 2 13 /12 /décembre /2011 23:14

  Gaia-Repossi-pour-Joseph-Altuzarra.png

Bague Berbère GAIA REPOSSI pour JOSEPH ALTUZARRA

 

Avez-vous remarqué que l'air de rien la mode nous concocte ces derniers temps de vraies nouveautés dans certains domaines?

Pour parler de celui qui me "cause" le plus, celui des bijoux, on n'a jamais vu autant renouveau en termes de formes et du renouveau qui "descend dans la rue" : bagues de phalanges (Bijules) ou carrément armor ring (Repossi, Low Luv by Erin Wasson...), boucles d'oreilles bijoux qui prennent toute l'oreille, l'encercle, s'attache partout sauf au lobe (cf dernier défilé de Jean Paul Gaultier, A peace Treaty).

 

00290h_289186823_north_683x1024.jpg

Défilé jean Paul Gaultier SS 12

 

 

 

Les colliers sont devenus des plastrons intégraux ou carrément des chaînes de corps qu'on enfile sur un top simple et sobre pour lui donner une deuxième vie ( Bliss Lau), les bracelets quand à eux relient les poignets aux doigts (Luv Aj).

 

polished-pyrite-handpiece-5_grande-luv-AJ-88-doll.jpg

 

Luv AJ

 

Il y a de quoi faire pour sortir de la saga mini bijoux, ce qui est plutôt une bonne nouvelle de mon point de vue...

De côté là, les américaines savent bien de quoi elles parlent.

Si on voit la boudeuse Lana del Rey arborer une bague triple doigts, ce n'est pas seulement que la belle réinvente le genre du poing américain version good girl pour vendre son "gangsta Sinatra", c'est que ses compatriotes ont oeuvré depuis des années pour faire que les bijoux fantaisie ou joaillerie sortent de leurs carcans consensuels pour venir surprendre les adeptes.

Pari gagné, le bijou semble véritablement avoir trouvé sa nouvelle voie.

 

LANA_DEL_REY.jpg

 

Je vous en parlais il y a quelques temps, j'avais eu le plaisir de rencontrer la créatrice de Bijules, Jules Kim, bras tatoué sur blondeur décalée, découvrant une manucure bicolore impeccable en rose et rouge à faire palir toutes les écaillées de l'ongle dont je fais partie...

10 min de démo plus tard au sujet de ses bagues de phalanges à pierres précieuses, me voilà conquise. Les ricaines ont ce je ne sais quoi de tellement politically correct mixé avec une pincée de décadence chic, de destroy maîtrisé, de style assuré.

 

bijules.jpg

Jules Kim, créatrice de Bijules

 

Passionnées par leurs créations, il n'y a bien qu'elles pour perdre autant de temps à expliquer à une blogueuse aussi excitée qu'une gamine devant le distributeur de bagues à deux balles, le pourquoi du comment...

A un moment donné, l'esprit se brouille, comme embarqué par la mélodie du bonheur de l'anglais qui raconte les matières, les influences, la manière de porter ces bijoux...On s'y voit presque, collée à son desk avec ses propres bijoux, sur un salon bizarremment désertique alors que certainement l'un des plus pointus à Paris (Capsule Show), à égrainer les raisons de chaque bijou, à prendre le temps pour chaque personne qui daigne s'y intéresser...

On mémorise les bagues à ongles dorés qu'on va retrouver plus tard sur Miss Lady Gaga... et plus trivialement sur Top Shop!

 

bliss-lau.jpg

Création de Bliss Lau

 

Puis la grande Jules te présente sa copine, Bliss Lau, plus petite en taille mais tout aussi amazing, sur le stand collé au sien. Tu sais que c'est elle avant même qu'elle te le précise car il n'y a qu'elle pour faire des plastrons, que dis-je des harnais en chaînes et cuir aussi dingues. Aux confins du fétichisme, à la limite de l'importable, lorsqu'elle enfile sa dernière pièce pour te montrer le résultat porté, c'est comme un tour de magie.

Une amure toute désarticulée qui épouse le corps comme si elle était taillée sur mesure. Evidemment tu entends déjà les remarques franchouillardes du style, "t'as oublié tes menottes non?", le jour où tu oserais la porter à en plein jour. Frileux français.

Et c'est à ce moment précis que tu te dis qu'il est bon de se frotter à d'autres cultures, d'autres influences, d'autres ambitions que les nôtres. De voir l'élégance de ses créatrices en jupes longues, coiffure impeccable, avec cette petite noirceur derrière un make up irréprochable, qui dit la créativité, la différence.

Leur identité forte, unique, atypique, leur passion toujours mise dans chaque pierre qu'elles te montre du bout de leurs ongles trop longs pour être vrais.

 

 

 

 

img-thing.jpg

 

Elixir Earring / Bliss Lau

 

Bliss Lau enfile sa boucle d'oreille dont le file d'argent s'enfile directement dans le trou de l'oreille pour venir parader tout autour d'une oreille distinguée. Et là, c'est le paradis.

 

Tu es dans ton élément, parfaitement, quelque part entre la mode et l'accessoire, en plein dans le bijou, son ensorcèlement incroyable, son attrait envoûtant. Tu dois avoir les yeux qui brillent trop fort parce que la jolie brune te sourit compatissante, sachant très bien qu'elle vient de te jeter un sort et que tu succombes absolument.

 

C'est délicieux, comme une parenthèse enchantée, d'abord parce qu'il y a eu un échange, ensuite parce qu'il y a eu un déclic.

Aussi longtemps que les bijoux me permettront de rêver, je continuerai à en faire et à en porter.

Aussi longtemps que les américaines, et les américains (avec qui je traite chaque jour pour trouver de nouvelles pièces au puzzle de mes propres créations) existeront, je continuerai de trouver que l'échange humain peut être tout à fait agréable voire enrichissant et que les USA peuvent être tout à fait inspirants.

 

 

NDLR : j'en profite pour remercier celle sans qui cette jolie aventure dans le monde du bijou, serait resté un voyage personnel, la douce Géraldine, sa générosité simple et spontanée, sa simplicité rafraîchissante, son coup d'oeil avisé, son soutien essentiel. En France aussi, on fait des nanas qui tiennent bien la route!

 

Repost 0

A Propos

  • : Mode Opératoire
  • Mode Opératoire
  • : Blog mode à tendance rock et à variations littéraires et musicales. Mode en séries, découverte de créateurs, vente en ligne de mes créations bijoux (INDIE), revue de must have, chroniques de bouquins et de CDs, vide-dressing...
  • Contact

  • Laure
  • Créatrice de la marque de bijoux fantaisie INDIE, basée à Paris. Passionnée de mode, de mots et de musique
  • Créatrice de la marque de bijoux fantaisie INDIE, basée à Paris. Passionnée de mode, de mots et de musique

E SHOP BIJOUX/ INDIE

Cliquez pour découvrir mes collections de bijoux sous la marque INDIE

HomePage Indie

 

Et suivez les actualités de la marque sur la page facebook:

INDIE-copie.jpg

Recherche

PINTEREST

Follow Me on Pinterest