Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

 

Et bien parlons en puisque c’est comme ça !

Comment ça vous vous en foutez de la mode, des tendances, de la hype, la branchouille, les fashionistas, les must have, les it bags… Que tous ceux qui ont perdu le fil après « tendances » lèvent le doigt.

C’est faux, archi faux car tendance ou pas, la plupart de nous s’inscrivent tous dans une tendance en suivant celle qu’on nous impose ou en se positionnant en faux, ce qui, soit dit en passant, est aussi une manière d’être tendance. Et c’est la où ça se complique…

Car, forte de son succès, la  mode, aussi, a ses détracteurs. C’est la rançon de la gloire. Ce qui est adulé est d’autre part détesté et vise versa. Mais quoiqu’il en soit elle fait parler d’elle, elle sème et elle récolte. Beaucoup beaucoup de sous-sous dans les boutiques de Navarre et d’ailleurs, il faut quand même bien le dire.

Alors la tendance comment ça marche. Au début il y avait la terre. Ensuite et pour raccourcir, on a créé les vêtements, un moyen bête et méchant de faire face aux conditions météorologiques et aussi aux yeux inquisiteurs de l’autre sexe.

Puis tout ce petit monde sapé juste ce qu’il faut avec un rien, s’est gentiment acclimaté à des formes plus sophistiqués, des matières plus travaillées. Et attention, saut temporel incroyable, nous voila donc en 2008, à l’heure de l’avènement des sacs à 12000 dollars et des jeans proliférant.

Les tendances donc sont dictées par des gens très érudits de culture mode, cachés dans des bureaux de style que l’on voit souvent cités dans les magazines de mode comme les gourous d’une science féérique. Leur job : sillonner le monde pour s’imprégner des  cultures, en fait mater les gens et leurs bonnes idées, piquer l’esthétisme à droite à gauche, repenser tout ça avec un regard visionnaire exacerbé puis le mettre dans de grands cahiers de style. La bible des stylistes  qui puisent dans ce graal l’essence de leurs créations et, surtout, se prémunissent de ce que pourraient appeler savamment les journalistes de mode : le « fashion faux pas ». Une sorte de déviance vestimentaire gravissime.

Ensuite les défilés de mode se chargent de réinterpréter en pluri-formes ces, désormais, tendances textiles. Mais je défie qui quiconque a déjà regardé ou assisté à un  défilé de se sentir capable de porter au supermarché ou même au bureau, toutes les créations présentées, aussi fantastiques soient-elles d’ailleurs…. Donc pour le bien être du plus grand nombre, ainsi que celui des magasins, tout cela est à  nouveau passé à la moulinette, pour ne garder que ce qui sera accessible au plus grand nombre.

On descend donc les talons de quelques centimètres, on rallonge au contraire les minis, on choisit des coloris moins tranchés que moutarde ou anis pour la grande distrib… Même ce que vous voyez dans les magazines n’est pas nécessairement trouvable en magasin. C’est une espèce d’appât, de l’image donc, pure et simple, pour avoir un impact visuel sur vous, qui ne va pas vous laisser le choix du désir instantané. Sauf que le jean pattes d’eph jaune sur miss je fais du 32 et j’ai la peau mate en décembre ça marche, mais pour la cliente lampda, qui n’a pas encore potassé sa revue de presse spéciale anti cellulite avant l’été et qui, quand elle fait des UV, ressemble plus à un homard en plein soleil qu’à une bombe latine, ça ne va pas le faire. Et nous sommes en majorité plus de homards que de fillettes taille 32 semble-t-il.

Donc on s’adapte un peu à nous quand même, si si…

La tendance donc vous l’avez compris se décide dans les magasins/zines. On nous matraque de people portant les cadeaux de grandes maisons de couture, en nous laissant croire que nous aussi nous pouvons avoir l’air d’une star avec ce produit. Mais à quel prix ? Et bien je vais vous le dire. Au moins 500 euros pour un sac digne de ce nom, depuis que les marques ont compris que le nombre de zéros était un gage de crédibilité. En dessous c’est cheap, ça ne peut pas être qualitatif et créatif. De fait les petits prix font la tête au style, difficile de trouver une perle à un tarif dicible…

C’est donc parti pour les économies d’échelle, la course aux ventes privées, les sites internet de deuxième main, troc…Tout est bon pour dénicher l’affaire, mais cette affaire là restera secrète. Modement incorrect de dire que t’as acheté ton sac Balenciaga bradé…

C’est la grande hypocrisie, on se damnerait pour une invit aux soldes presse de Prada, mais qu’on ne s’avise pas de nous traiter d’hystérique quand on alpague violemment à coups d’insultes la voisine de derrière qui essaye de nous doubler dans la file. Il y a une vie après la sape, mais une fois qu’on a pu satisfaire son besoin, c’est tout.

Nous avons compris d’où venait la tendance, par où elle passe mais où veut elle en venir ?

A créer une identité, un style, une reconnaissance, une appartenance sociale. A s’inscrire dans son temps,  à revendiquer son droit à l’erreur ou à l’audace, à renseigner sur ses moyens ou ses goûts.

Soyons philosophe en ces temps de grande déperdition morale : à exister en s’identifiant aux autres ou en les récusant. A vouloir se fondre dans la masse de ses semblables pour en faire un peu plus partie. A leur signifier sa différence ou carrément sa transgression.

A oser, tenter, rater, recommencer, se sentir in ou out, et changer sans cesse pour avancer, modifier, se renouveler. Exister encore, toujours, différemment

La prochaine fois je m’interrogerai peut-être sur le retour en force du vintage et ce que cela implique en terme de créativité. Car la mode n’est pas que question de soumission mais parfois de décision. Soyons sérieux deux secondes.

Partager cette page

Repost 0
Published by

A Propos

  • : Mode Opératoire
  • Mode Opératoire
  • : Blog mode à tendance rock et à variations littéraires et musicales. Mode en séries, découverte de créateurs, vente en ligne de mes créations bijoux (INDIE), revue de must have, chroniques de bouquins et de CDs, vide-dressing...
  • Contact

  • Laure
  • Créatrice de la marque de bijoux fantaisie INDIE, basée à Paris. Passionnée de mode, de mots et de musique
  • Créatrice de la marque de bijoux fantaisie INDIE, basée à Paris. Passionnée de mode, de mots et de musique

E SHOP BIJOUX/ INDIE

Cliquez pour découvrir mes collections de bijoux sous la marque INDIE

HomePage Indie

 

Et suivez les actualités de la marque sur la page facebook:

INDIE-copie.jpg

Recherche

PINTEREST

Follow Me on Pinterest