Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
28 juin 2012 4 28 /06 /juin /2012 21:01

S'il y a bien une chose sans laquelle je ne peux pas vivre, c'est la lumière. Un appartement même trop petit, même biscornu, même avec quelques défauts pourrait très bien faire l'affaire tant qu'il est baigné de soleil, tant qu'il est lumineux.

Pour une fille qui a eu un salon entièrement noir pendant des années, ça pourrait paraître paradoxal de n'avoir collecté (sans même sans rendre compte je le précise) que des photos de séjours, chambres ou cuisines dont le vrai point commun .... est le blanc!

Donc note pour plus tard: j'aime le blanc et il est bien possible que le prochain appartement n'ait pas vraiment le choix!

 

AO3.jpg

DET1.jpg

Elin-Kling-Apartment-7.jpg

ES1.jpg

ES3.jpg

FEM3.jpg

iconic-homes-1-low-res.jpg

inside-out-australian-interiors-living-room.jpg

laetitia-crahay.jpg

MBFWA-2012-OracleFox-Part2_25.jpg

MR9.jpg

nachoplo1.png

SK1.jpg

songofstyle-1.jpg

SP2.jpg

tumblr_lmyg8kzBQ71qced30o1_500.jpg

tumblr_lntj4lTWuG1qkxlzio1_1280.jpg

tumblr_lpn3ywhoTw1qdhkl8o1_1280.jpg

tumblr_lqufyh9pWb1qhyfu5o1_500.jpg

tumblr_lulorl7rL41qajye7o1_1280.jpg

tumblr_luxozemRlH1qhsxrpo1_400.jpg

VIN3.jpg

Repost 0
Published by Laure - dans Idées chinées
commenter cet article
7 novembre 2010 7 07 /11 /novembre /2010 14:28

  inspiration copie

 

Ca prend comme une envie de faire pipi... Pardon pour l'expression mais c'est exactement cela. Le besoin soudain de pousser les murs, voire de les casser. L'envie de tout jeter par la fenêtre, le besoin d'espace... Avant de me mettre à entonner des incantations indiennes autour d'un feu avec ma tente Quechua sous le bras, je vais me contenter de vous faire faire un petit tour d'horizon des inspirations du moment et certainement aussi des futurs acquisitions pour un nouveau home sweet home. Un bric à brac sans style fixe qui serait plutôt une réconciliation de tout ce que j'aime et qui constituerait pour moi The petit nid cosy.

 

loft-copie.jpg

 

 

LE LOFT D ERIN WASSON

 

maisons-du-monde-copie.jpg

 

UNE SELECTION CHEZ MAISONS DU MONDE

 

designers-copie.jpg

 

UNE SELECTION DE DESIGNERS

 ( de haut en bas et de gauche à droite: frise EXTRATAPETE Los Angeles, Suspensions chapeaux de Jake Phipps, tables troncs, chaise Tolix)

 

tapis-zara-selection-copie.jpg

 

TAPIS ZARA home

 

idees-copie.jpg

 

UN LOFT ANONYME ET LA BOUTIQUE DE SHOES ET ACCESSOIRES 58 M

 

recup-copie.jpg

 

LES IDEES A PIQUER DANS UN GRENIER

 

bus-palladium-copie.jpg

 

LE BUS PALLADIUM

 

all-saints-copie.jpg

 

LE SELECTION ALL SAINTS HOMEWEAR

Repost 0
Published by Laure - dans Idées chinées
commenter cet article
9 septembre 2009 3 09 /09 /septembre /2009 21:46
Certes il faut se lever tôt mais franchement pour 32 euros tout compris, je dis banco!
Les Puces de Vanves c'était donc ma découverte "tardive" de la rentrée, deux rues de stands de vieilleries avec de quoi chiner heureuse pour pas cher.
Le plaisir de la pièce unique n'ayant pas de prix, j'avoue que quand en plus il est "mini"... le prix... je savoure.

Au menu des bracelets rock en corne des années 70 et des cintres cloutées années 60 qui vont finir en collection sur mon mur. Photos Jean-Jacques!







Repost 0
Published by Laure - dans Idées chinées
commenter cet article
9 juin 2009 2 09 /06 /juin /2009 17:59



A mois de crise, occupation de crise... Dans la continuité du customing fou de ces derniers temps sur ce blog, voici ma dernière lubie: le headband. Je vous l'annonçais il y a quelques mois, le bijou de tête est le must have de cet été. Outre les créatrices qui excellent en la matière ( Littledoe is Love, Mikaella Assouline, Jennifer Behr...), vous pouvez bien entendu craquer sur les substituts du genre chez H&M, New Look, Accessorize, Claire's...

Mais rien de tel que de créer soi-même son modèle, unique forcément.
Un conseil: La Droguerie de Paris. Jour de chance en ce qui me concerne, je suis tombée sur une conseillère hors pairs qui m'a aiguillée afin de choisir les bons outils pour réaliser un bandeau inspiré de celui qui me fit tourner la tête... mais qui coûtait 50 euros!!

Matériel: une épingle, du fil, un gros grain pas trop large, un élastique si vraiment on veut fignoler, des strass et les clips pour les fixer, de la glue et des plumes... de pintade en l'occurrence!! Si ce n'est pas un signe de modisme poussé ça... Mais la pintade a cela d'appréciable, qu'elle a des pois qui se la jouent léopard et parfois même des lignes qui se la pètent zèbre... Souci de la tendance absolu dont le mérite leur revient entièrement, il faut bien le dire.
Temps de réalisation: 1h en se concentrant.




MODE OPERATOIRE:

Commencer par le milieu du ruban. Fixer les plumes par la tige en utilisant le strass et son fermoir avec de la glue en renfort pour fixer le tout solidement. Puis continuer vers l'extérieur en s'arrêtant au niveau des premières mèches qui longent le visage (pas besoin de faire tout le tour...). Choisir les plumes qui ont l'inclination adequate de chaque côté de la plume du centre, en gros être symétrique et logique!!




Résultat en images. Certes, je ne garantis pas de porter cette merveille couramment car je ne suis pas sûre que les gens comprennent totalement ma transformation en Pocahontas pour le moment... Pour autant au prochain mariage qui se pointe, je le dégaine.










Repost 0
Published by Laure - dans Idées chinées
commenter cet article
19 mai 2009 2 19 /05 /mai /2009 22:53

Vous ne partez pas en week-end pour le pont? Moi si, enfin! Vous vous demandez comment meubler ces 4 jours en faisant sortir de vous le meilleur? Vous n'avez pas été convaincues par ma prestation en Valérie Damido? Me revoilà en version Emilie Albertini, avec deux trois plans couture pour handicapées de l'aiguille. Si on continue, je vais muter en super Nanny et là on pourra commencer à s'inquiéter sérieusement...
Donc amies de la débrouille et de l'économie, voici des idées à potasser pour donner une deuxième vie à vos vieilleries, car quoiqu'on en dise, la crise a cela de bon, qu'elle donne une bonne raison aux modeuses de piocher dans leurs vestiges sans complexes. Plus besoin de cacher votre incapacité pécuniaire vous empêchant d'approcher un it bag avant 6 mois d'économie. Affirmez haut et fort que vous recyclez vos fringues de gamine, on vous trouvera super branchée à surfer ainsi sur la vague de la criiiiiiise.

Le tee shirt à plumes:



On n'a toujours pas trouvé comment le laver sans contorsions excessives pour ne pas flinguer ses plumes, mais on est assez fière de sa petite gueule d'apache revisitée.
Donc le topo: un tee-shirt, une aiguille, un fil, des plumes, un biais... jusqu'ici tout va bien normalement. On commence par coudre le biais au dos du col, puis ce sont les plumes qu'on fixe à équidistance en passant le fil dans la tige, ni plus ni moins ,pour bien les fixer. On recoud ensuite le biais supérieur par dessus le tout, histoire de bien sécuriser la zone et c'est gagné. Niveau montant, on est super à la cool: 5 euros tout compris + le tee shirt


TEE SHIRT AMERICAN APPAREL

Résultat: une petite touche à la Brisa Roché mixée avec les soeurs Coco Rosie et Natasha Khan de Bat For Lashes. Bref que du bonheur comme disent les stars de la téléréalité....Non les programmes prônant la misère humaine ne sont pas mes amis.


LE SWEAT DECOUPE




Il a un faux air d'Alexander Wang et au cas où ce ne serait pas encore bien clair pour vous : LE STYLE NEW YORKAIS, C'EST LA TENDANCE DE CET ETE!!!!
Donc matos: un vieux sweat hyper basique et des ciseaux. Là c'est le découpage qui va faire toute la différence. On range la machette et les ciseaux qui découpent façon dentelles. On veut du brut, coupé franc sans pour autant surjouer le trash. On y va franco en suivant une découpe prédéfinie(en rond, en pointe, en carré...). On commence par enlever le col en suivant le pourtour, on élargit petit à petit sous peine de se retrouver avec une ceinture pour avoir eu la main trop lourde, trop vite. Quand on a découpé un côté suivant une ligne verticale de symétrie imaginaire, on replie le "découpé" sur le "à découper" pour équilibrer l'affaire.


On roulotte les manches pour dégager les poignets, ce qui est ,en tout état de cause, une bonne idée pour dynamiser n'importe quel vêtement (veste, chemise, tee shirt...) et on a un nouveau sweat moins ringard et plus sexy. Et on sourit parce qu'on est contente. Si, si...


Et puisqu'on est bien partie, on prend le premier jean qui passe ou bermuda, bref toile denim à deux pattes, on taille en longueur (pas trop court, on n'est pas à Venice Beach non plus) on fait des revers (essentiels) et dans mon cas, on enlève de toute urgence les poches arrières rebrodées. Brut on a dit, brut.




LE JEAN TROUE



Je vous passe les explications, la polémique, le "au début il y avait Balmain..."Si vous en êtes, pas besoin de vous convaincre, pour les autres, ici s'arrête votre lecture.
Vous voyez Erin Wasson et son jean lacéré? Et bien tout pareil. On le choisit noir, plus soft pour ce genre de discipline qui encanaille suffisamment le dit objet du délit. Le boyfriend restera used, le slim neige ou bleach, le troué est noir, c'est comme ça. Chacun sa mission.
Allez-y à coeur joie, en restant parallèle. Si vous êtes du genre psycho -rigide l'alignement sera parfait, pour les bordéliques vous pouvez toujours ne pas justifier les marges...
Aux ciseaux, au cutter, on finit en tirant à la main et on laisse mère Nature se charger de l'effilochage.



JEAN CHEAP MONDAY
CHEMISE JEAN TOP SHOP
SHOES EDEN SHOES




Repost 0
Published by Laure - dans Idées chinées
commenter cet article
10 mai 2009 7 10 /05 /mai /2009 17:07

Cette semaine, pour votre plus grand bonheur, Valérie Damido a investi mon corps...Oui Valérie elle maroufle, et bien moi je bombe, je gaze tout ce qui passe, pour le plaisir de m’en mettre plein les doigts et un peu sur les vêtements aussi...

Suis-je une artiste quand je repeints mes cassettes à coups de spray ??? Non point du tout ou juste pour de faux 5 minutes histoire de me faire plaisir. Mais pour autant je sens le flux de la créativité couler dans mes veines, se répandre sur mon œuvre, que dis-je mon trésor, ce miroir... de merde au départ il faut bien le dire ! Gratté consciencieusement par mon amoureux car, autant bomber des cassettes c’est très drôle, autant enlever de la colle  au dos pour redonner une chance à ce miroir l’était beaucoup moins… Le problème de la fille bricoleuse du dimanche, c’est qu’elle ne veut faire que ce qui l’éclate, donc, que son point fort , c’est de bien savoir s’entourer pour le reste.

L’idée c’était : dépenser peu, se faire plaisir beaucoup, faire revivre un objet culte dont le design est quand même absolument fantastique et surtout, surtout, me débarrasser de son prédécesseur, le miroir baroque qui, depuis son achat, fleurit dans toutes les boutiques de déco au point de créer un rejet total du-dit objet at home. Celui-ci, au moins, je ne devrais pas le voir à tous les murs...

Budget minimaliste : 0 balles le miroir (vous en trouverez toujours un qui traîne) , 0 balles les K7 (sauf si vous êtes nés après les années 90 ou que vous êtes inconscients, vous en avez forcément chez vous), 13,50 euros les 3 bombes de peinture (comprendre 4,50 euros pièce et après vous faites votre calcul en fonction du nombre de couleurs souhaitées, comme en mode, plus de trois, c'est caca doigt!).

Petit piston à ce sujet: les bombes décoratives du BHV coûtent démesurément cher (7,50 euros pièce) alors que nos amis les graffeurs travaillent avec des bombes très bien pour ce genre de choses aussi, à 4,50 euros pièce (Montana, à trouver rue du Pont Neuf à Paris).

Reste le problème de la fixation… Question non réglée à ce jour…. Certes, il aurait fallu commencer par là, parce que ma cheminée tire la tronche en attendant son dû, pourtant bien prêt à la rejoindre…

 

ETAPE 1: LE MATOS

une bache (sac plastique découpé...) pour bomber en extérieur, sous peine d'y laisser  ses poumons sinon + les bombes + les K7. Ni plus ni moins.

ETAPE 2: LA PEINTURE

C'est le plus rigolo mais aussi le plus fulgurant! Pas la peine de faire dans le détail, l'intérêt c'est quand même de conserver l'esprit vintage propre à la K7, donc si le travail n'est pas régulier c'est tant mieux. On bombe une face (20 secondes pour pulvériser en même temps 10 K7),  on laisse sécher jusqu'au lendemain (même 12 heurs suffisent...) et on contemple nos amies les "glittered tapes"!!

Ici mix d'or, cuivre et argent. Trois couleurs à ne pas mélanger ailleurs qu'en déco a priori...

 

 

ETAPE 3: LE GRATTAGE

Avec du papier de verre, une éponge grattante, que sais-je... User les K7 de manière non homogène de préférence, et à des endroits différents. Le petit côté vieilli, ce n'est pas bon que pour les fringues!




ETAPE 4: LE COLLAGE

De la glue évidemment et par expérience je peux le dire maintenant, l'utiliser avec parcimonie. Deux points de colle sur chaque cassette, en commençant par celles qui seront à même le miroir. C'est suffisant sinon la K7 swingue sur le miroir sans jamais s'y accrocher! Attendre qu'elles adhèrent après avoir appuyé sur chacune 10 secondes au moment de la pose. Puis disposer, en quinconce par exemple histoire de ne pas être trop régulière, celles qui viennent se superposer à la première couche, le tout en alternant les couleurs.






Recette totalement arbitraire... qui pourra peut-être servir de base d'idées!


 

 

Repost 0
Published by Laure - dans Idées chinées
commenter cet article
4 février 2009 3 04 /02 /février /2009 20:21

Je marche aux coups de foudre. Passion, lubie… Appelez ça comme vous voudrez. Toujours est-il qu’il m’arrive régulièrement de tomber en pamoison devant des objets, des lieux, des gens. Le dénominateur commun de ces coups de cœur : l’inédit. Tout ce qui est atypique, marginal m’attire irrésistiblement.

C’est en me baladant dans les rues de Montmartre une fin de soirée glaciale, mon casque vissé sur les oreilles pour faire taire le brouhaha des voitures, que je suis tombée amoureuse… ou plutôt Tombées du camion, le nom de cette boutique providentielle, un peu perdue dans une ruelle excentrée du coin des Abesses. Derrière une vitrine discrète qui pourrait cacher une quincaillerie, des cagettes et casiers abritent les trésors d’un autre temps. Des bizarreries qui vous retiennent de longues minutes dans leur contemplation. Un voyage au pays d’Amélie Poulain, une plongée en désuétude avec toutes ces petites merveilles amassées sans logique pour réveiller la collectionneuse ou la créatrice qui est en nous. Des bras ou des yeux de poupées, des cartes postales originales  délicieusement rétro, des lettres d’imprimerie, des bagues échappées des tirettes de petites filles, des bribes de jouets, des perles et autres étrangetés non identifiées.



Un stock archaïque, anti tendance, anti utilitaire qui réconcilie avec le superflu. Une ambiance chinerie plane entre ses murs où l’on renoue avec une enfance insouciante rafraîchissante.

Avec un peu d’imagination et beaucoup de sensibilité, nul doute que vous saurez exploiter le potentiel des lieux et de ses trouvailles.

 


Tombées du Camion

15/17 rue Joseph de Maistre

75018 PARIS

 

Repost 0
Published by Laure - dans Idées chinées
commenter cet article
13 janvier 2009 2 13 /01 /janvier /2009 21:27

Bien bien bien. C’est la crise. Les gens se plaignent, font la gueule, de chez eux au bureau, en passant par le métro.  Ils n’esquissent même pas un sourire lorsqu’une folle (ci jointe) se met à leur indiquer les sorties de secours à l’avant et sur les côtés du wagon... Ils vous agressent à la station de bus parce que vous refusez de monter dans leur voiture pour vous faire de nouveaux amis, vous lâchent la porte dans le nez, vous piquent le dernier pôt de nutella dans le rayon, ne sortent plus parce qu’il fait trop froid... Ambiance, ambiance.


Pendant ce temps-là, Paris murmure que Carine Roitfeld prendrait la tête du Vogue Us envoyant Anna W. se faire voir à la future administration d’Obama, Chanel restreint son budget pub en mettant out les people en campagne… Rien ne va plus.


Dans cette belle époque de restriction, licenciement, dépression, une seule chose à faire : de la récup, du deux temps, trois mouvements, que sais-je, du recyclage. Sauvons la planète, les dauphins, notre conscience.


Direction les fripes d’Anvers pour un après-midi shopping avec la Julie Jolie.



Halte numéro 1 : 69 et 73 rue Rochechouart chez Mamie et Mamie Blue.


Premier constat : l’odeur est là, gage de reconnaissance de la fripe, la bonne vieille qui sort du carton avec toutes les senteurs qui vont de pair. C’est globalement cher. Le propriétaire est vraisemblablement un connaisseur qui, d’une caresse dans le dos de mon manteau à poils vintage, décrète qu’une vingtaine de lapins y sont pour quelque chose. Assassine que je suis avec ma veste à 10 balles Emmaüs. ..


 

C’est plutôt étriqué par ici, il y a bien une jolie robe rayée qui traîne entre deux trois manteaux léopard, un diadème à faire palir la plus belle des princesses mais on n'ose à peine demander le prix... Le proprio est en cours magistral avec sa vendeuse sur la silhouette années 50 pin up.






2 numéros plus loin, même combat. Ca ne donne pas envie, on se retrouve coincée entre deux portants à deux doigts de l’asphyxie. Beaucoup de pulls, ce qu'il faut justement bannir en matière de fripes pour cause de proximité trop dangereuse avec les aisselles d'autrui. On s’en va puisque c’est comme ça.






Halte numéro 2 : 72 rue Condorcet chez Wochdom.



Est-ce qu’en prêtant un peu l'oreille on n'entend pas moche dans Wochdom ? Et bien si. Deux chemises qui se battent en duel, trois robes griffées qui n'ont pas d'autre mérite que leur marque. Ici on a passé un coup de karcher parfumé bien trop odorant pour être honnête. On se croirait plutôt dans une fin de braderie chez Paris Pas Cher.

Retournons aux essentiels, à la base, les pionniers...



 

Halte numéro 3 : Guerrisol

Connu pour être le royaume de la fripe pas chère en son temps, le magasin est bien le temple du cheap mais aussi de l’horreur. L’armée du Salut n’a qu’à bien se tenir. Il faudrait une bonne volonté chrétienne pour fouiller dans les méandres de l’insalubrité faite vêtements.


On repartira donc bredouilles, se prendre un verre au pied du Sacré Cœur comme des touristes émerveillées, en rêvant à de futures trouvailles dans ces chères fripes dont nous pensions avoir fait le tour, que sont Kiliwatch ou Freepstar.



Halte numéro 4 : chez mon ami Cyril vers Lamarck Caulaincourt. Et là... joie, bonheur, enchantement. C’est beau dans tous les coins, il y a une âme dans chaque trouvaille qui s’amasse ici délicatement.

Je ne doutais pas que mes amis aient du goût mais là je me vois déjà repartir, l’air de rien, avec l’un des trésors devant lesquels je me pâme comme une gamine sous le sapin de Noël… Mais je sais me tenir: chez les amis, point de cleptomanie.



Le prodige : chaque fois que j’interroge le locataire du lieu, il m’avoue avoir trouvé ces merveilles.. dans la rue. Alors là je me dis, fini Ikea, fini Habitat, fini Kartell. Vive les poubelles, les encombrants, les casses. L’avenir est dans l’imaginaire. Celui qui fait d’un meuble dégueu trouvé sur un bout de trottoir, le plus irrésistible des présentoirs à bougies que la Terre ait portée.





Des bougies qui s’abandonnent dans une cage à oiseau sous l'oeil bienveillant d'une vierge… Un bocal avec un poisson fictif sur une tablette d’écolier…




Une chaise décapée recouverte d’un tissus vieillot si rassurant.



C’est douillet, c’est chaleureux. Ca tutoie le kitsch parfois et c’est pourtant très très tendance tout ça.

Une question me taraude: est- ce l'amour qui s'épanouit ici qui rend tout aussi beau? Ou est- ce ce petit nid qui ne peut  rendre qu'amoureux? Parenthèse émotion de rigueur.



Je repars réconciliée avec la recup, retrouvant chez moi, avec un bonheur certain, cette photo d’une demoiselle des années 60 en robe hippie qui trône dans la cheminée, abandonnée un jour dans une rue déserte du 16 ème…On fait des choses étranges du côté de la Muette. Et je me dis qu’aucune toile de Chagall ne vaudrait ça. Ou alors, si vraiment… peut-être un petit Bacon. Et je pense aussi à Robert, mon futur poisson rouge, qui en deux tours d'aquarium aura oublié toutes les bêtises que je vais lui raconter. Je  peux me coucher tranquille.

 

 

Repost 0
Published by Laure - dans Idées chinées
commenter cet article
26 octobre 2008 7 26 /10 /octobre /2008 19:34

Miroir Graines d'Intérieur
Branchages lumineux Casa




Quel journaliste ne commence pas ses papiers en ce moment par une évocation de la crise?? Et quel bon français n'a pas en tête les mots récession, inflation, taux d'intérêts, endettement...Pour faire face à tant d'hostilités de notre environnement, je préconise en ce dimanche le: "on n'est jamais mieux servi que par soi-même" ou comment utiliser le système D en déco.
Et pour ce qui ne serait pas de l'ordre exact de la récup, je vous promets des pistons spéciaux petits prix. Le mot clé du soir sera: économie.


Horloge et meuble à CD Ikea
Meuble à tiroirs industriel brocante
Cadre photo magnétique Presse Citron



D'autant que l'économie a cela de bon, qu'elle cultive le sens de  l'imagination puisqu'elle sollicite la créativité qui sommeille en chacun de nous et qui va nous permettre de convertir le trivial, l'impensable en unique et personnel. Tout un programme...


canapé Ikéa
Coussins argent et sequins Maisons du Monde




LE "TEXTILE"


Il vous suffit d'avoir la garniture sous le coude et en un fil le tour est joué.
Alors, que fait une attachée de presse le dimanche? ...Elle fabrique des coussins...
Qui a dit que nous autres, spécialistes de l'hystérie téléphonique, ne savions pas utiliser une aiguille et un dé?
Etant absolument incapable de mettre en forme ce que mon petit cerveau pourrait éventuellement mûrir en terme de stylisme, je me suis donc repliée sur les coussins.
Quoi de plus simple que tracer un carré avec son joli fil doublé pour voir jaillir un vrai coussin au bout du compte? Et bien rien. Je pense qu'on est là au point zéro de la couture, le plus adapté aux flemmardes et impatientes comme moi.

L'idée du coussin, c'est donc de faire en sorte qu'il ne ressemble pas à ceux, nombreux et plutôt chers, que l'on vous propose dans le commerce.



Pour ce faire : recyclage. Après avoir tenté de raccourcir une jupe crayon qui est plutôt devenue une ceinture au final, j'ai donc décidé de récupérer ce fabuleux tissus tartan (d'une jupe Emmaüs à 1,50 euros) pour en faire une housse et y apposer la touche ultime qui fait la différence, un noeud pap "émasculé" (3,50 euros chez Episode). Résultat: le bien nommé coussin  "Igmar", rapport à son côté scandinave psycho-rigide, consacré instantanément pièce fétiche du salon.


Recyclage de tissus vintage encore. Comme pour les vêtements, l'imprimé saura donner ce petit plus unique à votre canap (tissus '50's trouvé dans une brocante).


Autre possibilité: l'impression sur toile. Teo Jasmin, passé spécialiste du genre (impression de toile numérique sur châssis ou taille géante, oreillers...) propose une gamme de motifs très actuels allant des Beatles (les pauvres se retrouvent écrasés sous d'innombrables fesses), au bus londonien en passant, par exemple, par les toits parisiens (chez Fleux 35 euros). Choisis en ce qui me concerne pour leur mise en abîme puisque la vue de mon salon est à peu de choses près la même... Veinarde.
Pour le même prix environ, personnalisez-le votre avec la photo de votre chihuahua, de votre grand mère.... Que diable, laisser parler l'artiste qui est en vous.



LE "PLATRE"


Vos murs sont désespérément blancs et vous n'êtes pas propriétaires de votre appartement? Vous ne pouvez donc pas y mettre cette fabuleuse peinture fuschia que vous trouveriez parfaite avec le canapé vert?? Point de drame.

Evidemment, et c'est un lieu commun, l'affichage reste le moyen le moins invasif et le plus personnel de décorer ses murs.
A la différence qu'il ne faut pas pour cela se ruer sur les stickers bien trop répandus ou les impressions photographiques du géant Ikea du type Audrey Hepburn dont vous n'avez d'ailleurs vu aucun film, petites menteuses!!


Lampe Habitat


Préférez le self home made. Vous avez certainement un photographe, graphiste, peintre en herbe qui ne demande qu'à bénéficier d'une visibilité gratuite et grand public dans votre salon, haut lieu de passage le samedi soir. Un artiste qui n'a pas encore assez d'égo pour refuser la commande que vous pourrez donc lui faire de l'objet de vos désirs, sur mesure.

Dans mon cas je vous l'ai dit...jamais mieux servi que par soi-même. J'auto-proclame mon art très relatif, chez moi, ce qui lui donne une résonnance confidentielle certes, mais qui a le mérite d'exister!


Rideau tissus Bouchara 20 euros le mètre et embrase bandana.
Chesterfield Maisons du Monde


Vos fenêtres modernes font taches dans ce bel intérieur ancien: à votre scotch. L'avantage: il s'enlève après utilisation et sa largeur semblerait avoir été pensée pour les encadrements standards (chez Fleux: rouleaux de plusieurs mètres dans les 10 euros: dentelles, faux cadres... pour les dérouler dans toute la pièce si ça vous chante).



Vous accumulez les sacs en papier de vos achats de fashion addict sans savoir très bien à quoi ils vont servir? Utilisez les en papiers peints. Quelques points de patafix
et vos cheminées, plinthes moulées, placards encastrés, arboreront les motifs de votre frénésie acheteuse.


Fauteuil recup retapissé
Lampe téléphone sur ebay
Flight Case fait entièrement main par le musicien qui l'utilise...



Dernière solution: le pochoir (lettres à acheter au BHV + peinture et pinceau adequats vendus à côté: compter environs 20 euros au total). Et là vous pouvez tout dire: une blague carambar, un message d'amour, votre numéro de portable....



"L'INSOLITE"

Je décline toute responsabilité concernant une incitation à la cleptomanie sur voie publique ou parties communes....


Lampe cube rouge Habitat
Plante Ikea




Donc, vous êtes en panne au milieu de la campagne et là surgit un panneau "cédez le passage" alors qu'il n'y a aucun carrefour à 20 km à la ronde.... Vous visitez un immeuble désaffecté et marchez soudain sur un interrupteur inutilisé...La providence, purement et simplement.

Le caractère urbain de ces signalétiques fera parfaitement contraster impersonnel avec super personnalisé. Foncez. Et ne vous retournez pas...


Meubles 6O's avec enceintes chinés sur ebay
Gueridon 30's d'époque chez le Présent d'Hier
Boite à munitions de l'armée en surplus militaire
Toile absolument kitsch, ramassée sur le trottoir...




Le reste est une histoire de hasard, de rencontres, d'accumulation, de charges émotionnelles qui passent par ces fameux objets, bibelots qui font l'âme d'un lieu.
Cabinet de curiosités...


Diamant presse papier Potiron


Plumes à la Droguerie de Paris
Cendrier façon croco Zara Home
Chausse-pied Manolo Blahnik chez Habitat
Photophore Bouddhours de Philippe di Méo par Deshoulières
Photophores miroir Dom



Bougie tête de mort sur internet
Lampe noire Artemide
Horloge livres Karlsson
Cendrier à pince La Chaise Longue
Mini machine à coudre de ma maman...









Repost 0
Published by Laure - dans Idées chinées
commenter cet article
4 mai 2008 7 04 /05 /mai /2008 22:40


Les domaines du design et de la mode sont généralement étroitement liés.

Pour preuve la tendance du vintage que l’on pouvait déjà constater depuis plusieurs années avec les vêtements, se retrouve également dans le domaine du mobilier.

Retour en force des brocantes et vide-greniers, puces, succès phénoménal d’ebay, fouilles organisées dans le grenier de nos grand mères ou les cartons de nos mères, périples nocturnes des encombrants pour les plus acharnés…

De fait il devient compliqué d’avoir une décoration qui se distingue de celle des autres sans sombrer dans le mauvais goût ou dépenser des sommes faramineuses.


(pommes à glaçon utilisées en boîtes, 25 euros pièce environs, e bay et brocante)


Succès consensuel d’Ikea, copié collé à domicile des décos proposées dans les magasins, influence de tendances pourtant vouées à disparaître très rapidement au profit de nouvelles…Difficile de se constituer un espace unique, personnel et intemporel.

Pour ce faire il s’agit souvent de puiser dans le passé les richesses d’un temps révolu, qui ayant survécu jusqu’à nous, devrait probablement nous survivre également après ! Un bon indicateur de confiance en matière de choix mais aussi une discipline qui nécessite un œil affûté…

Décortiquons les avantages et les inconvénients de cette mode de la seconde main :

-          - Les brocantes  ou plutôt vide-greniers la plupart du temps…

La vraie brocante signifie antiquités et pratique souvent des tarifs élevés. Elle est  très agréable pour le plaisir des yeux mais pas pour celui du porte-monnaie….Les connaisseurs apprécieront le dialogue d’aficionados entre vendeurs et acheteurs, la vision culturelle d’une autre époque, la réminiscence d’un faste d’antan. Même mon lexique en est bouleversé !

Les vide-greniers eux, comme leur nom l’indique, ne tiennent souvent pas d’autres promesses que celles de proposer une offre exhaustive de tout ce que l’on pensait introuvable (batterie de portable obsolète, complément d’un service Ikea qui n’est plus suivi, balance à aliments orange so 60’s pas totalement fiable…)

C’est la rançon du succès, on y trouve de plus en plus d’objets sans grande valeur esthétique ni objective, sans ancienneté mais dont l’usure est avérée en revanche… Mais la persévérance peut payer. Etre matinal aussi ! Pas de secrets, les premiers sont les mieux servis. Il y a encore des trouvailles à faire et pour le coup les vendeurs ne cherchent pas à caser des objets hors de prix. Ils sont là pour se débarrasser et en sachant un peu marchander, on peut repartir le cœur léger avec un objet daté, parfois signé, qui vaille le coup.

Préférer les brocs de province où on trouve encore des richesses qui font frémir les petits parisiens. La valeur de certaines choses n’est pas la même d’une région à l’autre, ce qui finalement peut faire le bonheur de chacun. Un charcutier du Poitou qui revend son affaire et accessoirement son enseigne,  trouvera un très bon client en un jeune couple de branchouille qui veut relooker son loft…

A Paris : impossible de faire une bonne affaire, le marché est très au fait des tendances et ce petit meuble à tiroirs industriel qui vous titille depuis une demie heure, le monsieur avec la gitane au coin de la bouche sait très bien que vous n’êtes pas la seule à le lorgner et qu’avec un peu de patience et au bout de sa 12 ème broc du mois, il aura réussi à le revendre à un prix démentiel. Business is business…

 


 







Reveil années 60: 5 euros en état de marche




- Ebay : le point fort de ce site internet sorte de broc géante est indéniablement sa diversité: panneau de signalisation,  téléphone en bakelite, meubles de designer, même des voitures et parfois des invitations aux ventes privées, tout se trouve et tout se vend !

La technique : appréhender le produit pour l’estimer à sa juste valeur lorsque l’on n’est pas connaisseur. Voir donc les prix auxquels part le type d’objets qui vous intéresse, puis se lancer dans la grande aventure en sachant, avant d’enchérir, le seuil psychologique de prix que l’on se fixe.

L’enchère est grisante, on se laisse facilement prendre. Ma dernière folie en date : 60 euros pour une plaque « Défense d’afficher », que je n’aurais jamais payée plus de la moitié si je l’avais achetée dans d’autres conditions !

Il faut aussi penser en tant qu’acheteur au prix de livraison supplémentaire (normalement indiqué dans l’annonce) et regarder le pourcentage d’évaluations positives du vendeur qui sera votre seul gage objectif de confiance.

Le petit plus : la sensation « cadeau » à réception du colis par la poste… Avec une bonne ou une mauvaise surprise à la clé, c’est le risque !

 














Lampe boule 60’s : 25 euros

Lampe effigie téléphone: 40 euros (vendeur très symathique en vend d'autres, je donne le contact volontiers)

Meuble industriel: en brocante 15 euros ( stand militaire: les meilleurs pour ce type de produits!)


-          Les puces : à Paris celles de Vanves, St Ouen, …

Si vous faites parties de celles qui ont pris de plein fouet la période grunge des années 90 en même temps que la crise d’ado et que vous êtes parisienne, alors vous connaissez St Ouen !

Ses interminables stands de tee shirts rock, bijoux toc, sapes vintages, surplus militaires…

St Ouen c’est aussi le bien connu Marché Paul Bert semi-couvert où l’on rêve sur des perles des années 70 absolument intouchables… (le samedi, dimanche et lundi) et sur des antiquités de diverses époques. Agréable pour une petite visite dominicale. Toutefois on y achètera  plus cher ce que l’on pourrait trouver ailleurs, un peu le même principe que le Bon Marché à l’échelle des Grand Magasins , ou que Kiliwatch à celui de la fripe.

A Vanves les choses sont nettement plus accessibles, le turn over récurrent. Attention prévoir d’y aller le matin avant 12h les samedis et dimanches.


 


-




 

 

 




PIANO TOY PUCE DE VANVES 30 EUROS


- Les encombrants : la fameux ménage de printemps qui a lieu un peu n’importe

quand…. Pour rentabiliser cette épopée nocturne, puisque c’est à ce moment là que les chosent se jouent, choisir les villes les plus riches, en périphérie de Paris surtout dans le 92 où il semblerait que le sport national soit le nettoyage par le vide de salon Knoll ou Cina, abandonnés parfois quasi neufs sur les trottoirs de la ville.


-         - Le grenier de nos grands-parents : un lieu sacro-saint émotivement parlant qui cache des trésors du passé incommensurables.

Des vieilleries du plus mauvais gout qui feront la plus bel effet dans notre intérieur moderne, des perles d’autrefois (matériel de coiffure, bijoux d’époque, tenue vintage..). Le nécessaire kitsh et rétro, la spéciale touch qui fait la différence.

 
Pour résumer le succès de la deuxième main s’explique ainsi :


-   
elle  donne l’illusion du neuf puisqu’elle ressasse de l’inédit, du pas vu partout, du
familial, du régional, du culturel, de l’original

-       -  elle permet de recréer un lien émotionnel avec le passé, et dieu sait qu’en nos temps modernes, il est bon de s’ancrer dans les vestiges d’un passé forcément rassurant

-       -  elle vous permet de laisser libre cours à vos délires de transformation, décapage, peinture, pochoir, amputation, sans trop de scrupules.

-       -  elle n’est pas chère, en tous cas sur le principe on l’y autorisera plus difficilement, sauf objets rares ou signés bien entendu. Le vécu, ou plutôt l’usage en l’occurrence, aura entamé sa valeur financière mais pas nécessairement esthétique. C’est le deal !

Repost 0
Published by Laure - dans Idées chinées
commenter cet article

A Propos

  • : Mode Opératoire
  • Mode Opératoire
  • : Blog mode à tendance rock et à variations littéraires et musicales. Mode en séries, découverte de créateurs, vente en ligne de mes créations bijoux (INDIE), revue de must have, chroniques de bouquins et de CDs, vide-dressing...
  • Contact

  • Laure
  • Créatrice de la marque de bijoux fantaisie INDIE, basée à Paris. Passionnée de mode, de mots et de musique
  • Créatrice de la marque de bijoux fantaisie INDIE, basée à Paris. Passionnée de mode, de mots et de musique

E SHOP BIJOUX/ INDIE

Cliquez pour découvrir mes collections de bijoux sous la marque INDIE

HomePage Indie

 

Et suivez les actualités de la marque sur la page facebook:

INDIE-copie.jpg

Recherche

PINTEREST

Follow Me on Pinterest