Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 décembre 2008 6 06 /12 /décembre /2008 01:00

Le dernier film dont je n’avais pas pu quitter la salle avant 10 min, c’était Into the Wild. Un film dont je n’étais pas sortie indemne. Le genre de films dont les images vous poursuivent jusque dans la rue. La rue à qui vous voudriez demander de se taire 5 min pour vous laisser encore dans votre bulle...

En sortant de Two Lovers, j’étais étourdie. Par la pertinence perturbante de ce que je venais de vivre par procuration. Par la justesse minimaliste de ce film d’amour sans pathos, sans mélodrame. Pourtant c’est bien la tristesse qui l’emporte et de longues minutes de larmes sincères qui perlent en fin de projection.





 



On imagine aisément où vont nous mener ces instants de grâce sublime, incarnés par l’insaisissable et fragile Gwyneth Paltrow et vécu par un Joaquin Phoenix, troublant de parcimonieuse bizarrerie. On sait bien que les Rita avaient raison - comme la vie leur a d’ailleurs tristement prouvé…- quand ils chantaient que « les histoires d’amour…. » Mais on espère un peu que le cinéma, lui, se permette le happy end. Puis finalement, on remercie ce cinéma de ne pas céder justement à la tentation de l’irréaliste.


Parce que ce qui étreint le cœur en regardant Two Lovers, c’est cette vérité que l’on a expérimenté ou que l’on veut nier. Cette vérité qui dit que l’amour ne connaît pas toujours les règles de la réciprocité. Que l’on aime de mille manières, parfois trop fort, parfois très mal. Que ce soit injuste ou cruel.  Mais qui dit aussi que l’on choisit toujours d’aimer au final, si le désespoir n’a pas eu raison de nous avant.




Ils ne sont pas vraiment assortis. Lui, au charme délirant, se hissant à sa hauteur pour lui dire son amour débordant. Elle, gracieuse écervelée, qui se laisse emporter par sa fougue à lui. Ils ne sont pas faits pour être ensemble. Lui, soumis à la pression d’une famille qui voudrait le voir épouser une jolie brune docile. Elle, amante éperdue d’un homme mariée. Il y a seulement cette évidence de la rencontre qui submerge, qu’il faut bien vivre pour ne pas mourir à petits feux de sa frustration éternelle.



Il y a cette disponibilité incontrôlable de celui qui aime et qui souffre tout de suite d’être le seul. Et qui sent bien au fond que le rêve est trop beau pour se réaliser mais qu’il faut pourtant le tenter pour en être sûr. Il y a celle qui abuse candidement, et peut être en voulant s’en convaincre un peu, de cet amour flagrant, de cette abnégation adorable. Et il y a l’espoir qui se mêle à la partie soudain, égrainant les illusions là où on veut bien les laisser naître.




Il y a ce défit de la raison et de la passion, cet affront de la constance et de l’éphémère, de l’absolu et de la durée. Il y a ce dosage magnifique des sentiments dans toute leur complexité, avec toutes leurs nuances, qui nous touche nécessairement là où on a aimé. Qui rappelle à l’ordre ou aux souvenirs, qui blesse ou qui panse.


Et il y a dans le regard de Leonard, cet amoureux étrange que l’on voudrait pouvoir consoler, toute la pesanteur indicible d’un amour déçu. Il y a dans son choix le résumé de la condition amoureuse qui nous rappelle qu’en la matière, nous ne sommes jamais libres et toujours vulnérables. Il y a la vie qu’on peut et celle qu’on veut. Et l’amour ne nous laisse pas toujours le choix.

Partager cet article

Repost 0
Published by Laure - dans Au programme
commenter cet article

commentaires

nathalie 25/12/2008 11:13

tu sais garder un secret?
non, oui?
je suis in love de phoenix lol

Laure 25/12/2008 22:14


merde... je crois qu'on va devoir se battre alors!! Bienvenue.


Kronk 10/12/2008 01:18

D'ailleurs ce qui me frappe le plus, c'est à quel point l'affiche n'est pas à l'image du film...

Captain Blood 06/12/2008 02:30

Bonjour,

Je suis tombé un peu par hasard sur ton blog, en apercevant parmi d'autres articles, un écrit sur film qui m'a particulièrement touché, vraisemblablement autant que toi par ailleurs, à la vue de tes paroles et pensées : Two Lovers.
Un magnifique jeu d'acteurs, un thème classique mais présenté ici avec réalisme et une justesse de ton qui touche. Plein de fragments de vies qui touche le spectateur de plein fouet, avec ses situations connues, redoutées ou vécues.
Je continue à lire ton blog après ce message et te souhaite de vivre encore de belles émotions de cinéma.

Nico

Laure 06/12/2008 20:06


merci beaucoup pour ton commentaire. Peut être seras-tu moins friand du reste de mon blog qui ne parle pas que de cinéma... Pour autant sans être une cinéphile avertie, j'avoue que la toile me
procure parfois quelques sensations absolues comme ce fut le cas avec ce film. Contente de voir que c'est un avis partagé et bienvenu


A Propos

  • : Mode Opératoire
  • Mode Opératoire
  • : Blog mode à tendance rock et à variations littéraires et musicales. Mode en séries, découverte de créateurs, vente en ligne de mes créations bijoux (INDIE), revue de must have, chroniques de bouquins et de CDs, vide-dressing...
  • Contact

  • Laure
  • Créatrice de la marque de bijoux fantaisie INDIE, basée à Paris. Passionnée de mode, de mots et de musique
  • Créatrice de la marque de bijoux fantaisie INDIE, basée à Paris. Passionnée de mode, de mots et de musique

E SHOP BIJOUX/ INDIE

Cliquez pour découvrir mes collections de bijoux sous la marque INDIE

HomePage Indie

 

Et suivez les actualités de la marque sur la page facebook:

INDIE-copie.jpg

Recherche

PINTEREST

Follow Me on Pinterest