Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 septembre 2008 6 06 /09 /septembre /2008 13:11

Entre Chloé et moi, tout a commencé par Stella. Mc Cartney, fille de. La créatrice qui a parlé directement à mon cœur de jeune fille se faufilant discrètement dans les rangs des défilés pour y voir les fameux tee shirts banane ou maillots ananas, tops en soie strassés et pantalons pattes d’eph qui identifièrent la Stella touch.


Depuis ces jours bénis - où je me retrouvais seule perdue dans la foule fashion qui m’était alors totalement méconnue - je m’étais jurée d’y mettre les pieds, chez cette fameuse Chloé, un jour, comme un rêve de gamine illusoire. Ce fut chose faite il y a de cela plus de 4 ans… à force de persévérance, le rêve peut devenir réalité.


J’ai eu le plaisir de vivre une année au sein même de cette belle maison, qui à mes yeux véhiculait l’image parfaite de la femme : élégance décontractée, minutie de détails habilement féminins, modernité d’une silhouette savamment dosée d’une pointe de rétro, douceur des teintes et cet univers, cet univers de sensibilité, de candeur sensuelle…

Et ce n’est plus Stella qui en était alors responsable mais Phoebe Philo, son ancien bras droit, une jeune femme aux allures de madame tout le monde avec ce petit plus hyper nature à qui il suffit d’un soupçon de style pour  faire une icône.

 











 


 

Chloé hiver 05/06











 


 


 


 

 

 


 

 

Phoebe incarnait parfaitement cela, aidé pour le styling de Camille Bidault Waddington, une autre muse fashion délicate, tellement contemporaine dont j'ai déjà parlé précédemment sur ce blog.  J’ai vu défiler les it bags, accumulés dans mes placards depuis, grâce à la générosité de la maison pour mon travail gracieux : le Paddington, le Silverado, le Betty, le Edith…une succession de must haves dont les Chloé girls avaient l’habitude de dire qu’ils avaient la vertu de muscler leurs adeptes, car de fait, leur poids à vide pourrait dissuader n’importe quelle hésitante…

J’ai connu l’envers du décor des défilés dominicaux de la marque aux Tuileries, l’effervescence qui parlera à ceux qui connaissent le travail colossal que représentent ces 15 minutes d’intensité que viennent se procurer en shoots successifs pendant la Fashion week, les journalistes, acheteurs, clients… J’ai ressenti ce sentiment très particulier que d’évoluer dans une grande maison de luxe, historique, de participer à une énergie commune, d’appartenir à une « famille ».











 

 

 




J’ai adoré me balader dans le studio pour y découvrir tous les échantillons de tissus qui vont bientôt prendre vie avec la mise en forme des patronnages, brasser des robes en mousselines à des prix indécents et avoir le droit de les emprunter même parfois pour le week-end, pour un grand soir...

J’ai vu Phoebe, énigmatique, discrète, filiforme, arriver radieuse dans le bureau avec sa chère Maya. Son premier enfant, responsable ensuite de son départ de la maison, au plus grand regret de tous ceux qui ont connu cette époque bénie où tout ce qui s’accrochait sur les racks brillait par sa justesse, par son adéquation parfaite avec l’air du temps.

Puis je suis partie en même temps que Phoebe, comme si Chloé avait perdu de son sens avec son départ et depuis aucun défilé de la marque, aucun des stylistes qui ont succédé à la blonde mutine Philo, ne m’ont émue comme elle l’a fait.

 

 

Chloé été 09

 


Aujourd’hui deux nouvelles vont peut être me permettre de renouer avec cette magie si familière que je garde en mémoire comme un souvenir précieux. Phoebe revient chez Céline, alors que tous la disait résolue à s’occuper de sa petite famille au détriment de la mode. Les premiers pas auront lieu sur la collection d’hiver 2009 qui défilera en mars 2009, mais le vrai premier défilé et la vraie première collection aboutie, devront attendre l’été 2010 et donc les défilés d’octobre 2009.

Elle est comme ça Phoebe, l’air de rien, elle sait imposer son style mais aussi ses exigences. Et elle n’est pas la seule.



 

 

 

Chloé été 09



 

Car l’autre personne qui a su devenir essentiel chez Chloé ( avec un détour par Valentino entre temps) et qui devrait aussi le devenir aux yeux du grand public, c’est l’ancienne assistante de Phoebe chez Chloé justement, Hannah MacGibbon, qui reprend les rênes de la maison pour l’été 2009.

Une autre belle plante mini format aussi mystérieuse que Phoebe, mais au tempérament plus que décidé sous des airs de douce folkeuse fragile. J’ai assisté Hannah sur un shooting pour Chloé et il est certain que cette femme y était déjà pour beaucoup dans l’impulsion donnée alors à la marque. Dans cette nonchalance un peu désinvolte mais toujours chic qui était devenue son image de marque. Une main de fer dans un gant de velours. Hannah est une ambassadrice créative idéale pour Chloé,  certainement la meilleure chose qui puisse lui arriver pour cesser le dérapage stylistique incontrôlé qui est le sien depuis quelques saisons …Quoique les accessoires aient su, eux, se maintenir.

Remercions donc à nouveau la terre britannique d’enfanter des talents à la chaîne et guettons impatiemment les hauts faits des deux grâces pour la mode française.

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

A Propos

  • : Mode Opératoire
  • Mode Opératoire
  • : Blog mode à tendance rock et à variations littéraires et musicales. Mode en séries, découverte de créateurs, vente en ligne de mes créations bijoux (INDIE), revue de must have, chroniques de bouquins et de CDs, vide-dressing...
  • Contact

  • Laure
  • Créatrice de la marque de bijoux fantaisie INDIE, basée à Paris. Passionnée de mode, de mots et de musique
  • Créatrice de la marque de bijoux fantaisie INDIE, basée à Paris. Passionnée de mode, de mots et de musique

E SHOP BIJOUX/ INDIE

Cliquez pour découvrir mes collections de bijoux sous la marque INDIE

HomePage Indie

 

Et suivez les actualités de la marque sur la page facebook:

INDIE-copie.jpg

Recherche

PINTEREST

Follow Me on Pinterest