Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
31 janvier 2010 7 31 /01 /janvier /2010 17:20

pamela-love-copie.jpg

Pamela Love... Avec un nom pareil on ne peut qu'être vedette de quelque chose...Pour Pamela il s'agit donc d'une marque de bijoux du genre de celles que je classerais entre un Corpus Christi et un Chrome Hearts. Pour parler de choses qui parlent justement!

pamela-love-cobra-necklace-1a-1-.jpg

Bruts, mystiques, animaliers, ses bijoux sont à l'image de sa génération, un peu insolents, plutôt audacieux. Des trésors qui n'ont pas été trop façonnés, comme laissés à leur état de nature. Des créations acérées qui interpellent. Très rock, elles ont l'air tout droit sorties d'un coffre rétro ou d'un cabinet de curiosités.

pamela-love-new-jewelry-4-1-.jpg
Pamela est fan d'astronomie, d'astrologie, de magie et de bijoux folkloriques, de science et de nature, pas étonnant à en juger par ce qu'elle dessine.
Et pour ne rien gâcher elle a un look incroyable...

34g927m-1-.png

Batteuse d'un groupe, réalisatrice de courts métrages, elle habite évidemment Brooklyn, le lieu par excellence de la coolitude arty, dans un appart à faire pâlir les plus grandes chineuses du monde entier.
Un cliché undeground aui ravit les modeuses? certainement, mais un cliché plutôt réussi à en juger par les photos que je poste ici non?

pamela-love-rosary-0a-1-.jpg



main_10748_1-Douglass-cuff_Sil-1-.jpg



http://www.pamelalovenyc.com/
Repost 0
23 janvier 2010 6 23 /01 /janvier /2010 14:28

39225.jpg

Comme je suis très en retard sur la découverte des "talents émergents" que je voulais vous partager avec vous depuis un moment, j'ai décidé de faire une semaine de rattrapage! Je vous glisserai quand même un ou deux petits looks au milieu de tout ça, mais je me dis que quelques jours de "culture mode" ne pourront pas faire de mal à nos porte-feuilles à toutes (oui j'avoue la fin du mois est difficile...)

Fiona_Paxton_Necklaces01.jpg

img-thing.jpg

430-doll.JPGCollier 430 dollars

Aujourd'hui il s'agit donc de Fiona Paxton, créatrice anglaise again. Il y a quelques mots magiques dont  Bauhaus, punk british, artisanat indien ou mode conceptuelle japonaise des années 80.... En l'occurrence ce sont ceux qui décrivent l'univers de la jeune créatrice, évidemment déjà adoubée par les it girls outre manche qui n'ont pas attendu qu'on leur dise que la mode serait cet été à l'éthnique!
Elles ont donc déjà dégainé leurs colliers en perles avant qu'ils ne déferlent sur les débardeurs estivaux de nos contrées. 

fiona2002212208_p1_v1_m56577569831809926_254x500.jpg

225-doll.jpgbracelet 225 dollars

Les créations de Fiona Paxton partent souvent du principe des plastrons brodés qui s'inscrivent parfaitement dans la mouvance des  bijoux parure apparue depuis quelques saisons. 
Ancienne consultante d'Armani, Chloé ou Moschino, Fiona Paxton est donc un nom à rajouter à la liste des créatrices des must haves accessoires de l'été 10... et certainement des saisons à venir. A suivre...


drew_barrymore-fiona-paxton-necklace-silver.jpg


Informations:
http://www.fiona-paxton.com/

Points de vente:

Le Bon Marche, Paris
Franck et fils, Paris
Rive neuve 'la Place, Marseille

Repost 0
20 janvier 2010 3 20 /01 /janvier /2010 19:57

2136-1-.gif

Moi un nom comme ça, ça me donne envie de chanter: "je me voyais déjà, en haut de l'affiche..."... Tel un Aznavour rêvant de voir son nom s'afficher en lettres rouges, à l'Olympia justement.

charlotte-olympia-leopard1[1]


Et bien c'est exactement ce qu'elle est en train de faire Charlotte. Elle est en train de graver son nom de créatrice,  pseudo d'ailleurs brillant (tant pis pour le jeu de mots qui va suivre...), en néons éblouissants dans nos mémoires de fashionistas.

charlotte olympia mercury[1]

Dans la lignée de Nicholas Kirkwood, cette jeune  fille bien née, trace gentiment sa route depuis 2004 avec ses escarpins sculpturaux. Charlotte Olympia ou Charlotte Dellal, soeur de (Alice donc), a la même raie sur le côte que sa soeur, mais sans la moitié de crâne rasé qui va avec. Et il y en a sous la crinière niveau créativité...

charlotte-olympia[1]

C'est fantasque à souhait, on dirait que le groupe Kiss a dessiné des chaussures pour ses groupies avec Jeremy Scott en featuring. C'est too much, c'est vampirisant, c'est osé. Evidemment ça vient de Londres, ville sacro-sainte de l'audace et ça y fait déjà des ravages.


Picture1[1]



Quand on songe, en plus, que l'été 10 "glamazone" (je reprends mon lexique de modeuse pour la peine) qui s'annonce, va direct dans le sens de miss Olympia, on se dit que voilà bien la griffe qui pourrait hanter quelques magazines bien pensés...

charlotteOlympia[1]


Et à défaut de les acquerir (ou simplement de les assumer), on se rassure de voir qu'il y a quelques idées même chez celles qu'on catalogue "it girls écervelées".

Charlotte Olympia Paloma pumps[1]

NDLR: Ceci n'est pas un billet sponsorisé par le collectif de défense des fêtardes stylées



charlotte-olympia-dolly-thumb-200x300-95625[1]

Repost 0
17 décembre 2009 4 17 /12 /décembre /2009 23:13
deadly-ponies-logo.jpg

Ca pourrait un  nom de groupe de rock tout trouvé... C'est celui d'une marque de sacs et de maille aussi un peu...
Une marque artisanale, fruit d'un duo de créateur inspirés, Liam Boden & Katie Smith. Je vous dis, ça aurait pu être Gallagher & Pattie que ça n'aurait pas été mieux!

deadly-ponies.jpg

Rock donc cette marque à base essentiellement de cuirs sélectionnés par les deux créateurs. La Nouvelle Zelande n'a pas seulement les All Blacks pour la classe internationale. Il y a désormais Deadly Ponies, une griffe hyper prometteuse, entre fonctionnelle et fashion comme ils la définissent eux-mêmes.

2174647bcf7b50d53ad000639fc8d763.image.330x426

zipalot-bag-425

Dans une forêt "enchantée", c'est là où veut nous emmener Deadly Ponies. Et en ce qui concerne des envies d'achats, deux solutions à ma connaissance: les contacter sur le site www.deadlyponies.com ou acheter en ligne sur le site Us www.bonadrag.com qui vend également d'autres bonnes surprises comme Pamela Love sur qui je reviendrai très bientôt.

DPBPIS MED
SS-image-2009-08-27-4a9601cbc7e2a


Repost 0
18 novembre 2009 3 18 /11 /novembre /2009 22:23

13 ans... 13 ans que je cherche le nom de la créatrice qui fait ces bracelets merveilleux qu'on m'a offerts lors d'un voyage à Los Angeles. Depuis ils ne m'ont pas quittée. Véritables gris gris addictifs qu'on senfilerait par dizaines...Et le hasard de la vie fait que je me suis occupée aujourd'hui même, d'installer le display de la marque Maria Rudman, LA marque de ces fameux bracelets que je pistais depuis si longtemps.



Et je peux donc vous en dire plus aujourd'hui  sur le sujet. Maria Rudman est une ancienne mannequin suédoise, ancienne présentatrice TV de l'émission "les Enfants du Rock" qui travaille depuis avec des artisans pour célébrer le savoir-faire lapon à travers ses créations éponymes. Car c'est de Laponie que viennent ces merveilles. Les lapons, pour s'occuper en hiver, brodent l'argent et ça donne chez Maria Rudman, ces irrésistibles bracelets et colliers sur cuir noir, marron, tan et rouge, tressés de fils d'argent. Raffinés, délicats, intemporels. Tout ce que j'aime.


Leur prix : entre 110 et 150 euros, mais quand on sait qu'il s'agit de permettre à la tribu des Sami de continuer à faire vivre son artisanat, on se félicite de dépenser cette coquette somme pour des bijoux qui durent toujours. La preuve: 13 ans après ils sont toujours là, increvables, indémodables.



Marianne Faithfull, l'une des clientes de la marque ne s'y est pas trompée. Leur look folko -ock est imparable et quand on surfe en plus sur une tendance éthique...C'est un véritable succès qui se trouve, entre autres, dans les espaces de l'Eclaireur à Paris (infos sur http://www.mariarudman.com/)




Repost 0
3 novembre 2009 2 03 /11 /novembre /2009 23:00

Ca fait des mois que ça me trotte dans la tête. Teindras, teindras pas... Plus clair, plus foncé. ..Marre d'entendre les coiffeuses insulter ma couleur naturelle "un peu fade non?"... ON NE NAIT PAS AVEC DES CHEVEUX EBENES SUR PEAU BLANCHE. Donc il va bien falloir me résoudre à agresser mon cuir chevelu si je veux obtenir ce noir profond qui sied si bien à cette jolie poupée dark de Leigh Lezark.
Djette du combo the Misshapes, égérie de Mango cet hiver et il y a quelques temps chez Gap, guest star d'épisodes de Gossip Girls et nouvelle coqueluche des front rows. Et quand je pense que ma coiffeuse a sacrifié mon long plongeant en m'expliquant que, capillairement parlant, ça ne se faisait pas... On m'a menti.
Ce long dégradé vers l'avant, c'est tout ce que je demandais et me voilà à faire ma midinette devant cette beauté froide aux looks implacables. Je ne suis donc pas guérie de ma soif de noir....Coiffeuses, je n'ai pas fini de vous pourrir la vie. Promesses de brune terne.


Repost 0
19 octobre 2009 1 19 /10 /octobre /2009 21:45
Si vous aimez le noir, les cabinets de curiosités, le style victorien ou encore les vanités, vous aimerez Natalia Brilli. Une belge qui depuis 2004, crée ses propres bijoux et objets après avoir travaillé aux côtés de Theyskens chez Rochas.

Il y a un peu plus de dix ans, j'avais eu un véritable coup de coeur pour les bijoux de Chrome Hearts, incroyable travail d'orfèvre version rock. Donner des lettres de noblesse à un univers aussi vulgarisé et galvaudé que celui-ci, pouvait s'avérer tâche difficile. Chrome Hearts a largement réussi et le succès fut porté à son comble par la consécration d'un Karl Lagerfeld bagué de toutes parts par la marque. Voici mon nouveau craquage.

Depuis 3 ans maintenant, je tombe pour les merveilles de la belge Brilli, qui donne une élégance envoûtante à tout ce qu'elle touche. Si je décide d'en parler aujourd'hui, c'est parce que je viens de découvrir que c'est elle aussi qui a dessiné le packaging annuel de l'Absolut Vodka, toute de cuir et clous revêtue, comme Natalia en a le secret...

Un résultat à l'image de son travail qui gaine objets musicaux, décoration, bijoux, sacs.... de ce cuir moulant, si sensuel, si caressant, les rendant délicieusement sombres, résolument chics.
Son esthétisme obscur me parle intimement car je trouve qu'elle l'exerce avec une délicatesse, une précision qui est un  prodige remarquable en matière d'accessoires.

Alors oui j'aime le noir, j'aime le cuir, mais j'aime surtout le raffinement, le caractère et c'est ce langage là que parle Natalia Brilli. Pour celles qui seront de mon avis, son site permettra bientôt d'acquérir ses trésors en ligne... A suivre.



Repost 0
29 septembre 2009 2 29 /09 /septembre /2009 20:11
Qui dit it girl, dit plutôt "socialite" (comprendre animal mondain) que carriériste émérite ou talentueuse comédienne.

La it girl est belle, elle fait rêver, surtout mesdemoiselles qui lui envient ses toilettes hollywoodiennes, autant que sa dégaine  déglingo fin de soirée. Elle brasse du beau monde, fait la moue sur des photos habillées par de jolis vêtements très chers. Elle joue dans des soaps ou des navets, mais elle est suffisamment gracieuse pour bien accrocher la lumière et jouer de son style dans les tabloïds. Parfois elle n'est même rien ni personne mais pleine de promesses. En devenir, "fille de" qui pourrait bien supplanter maman, actrice de série B qui pourrait devenir grande artiste charismatique sur toile cinématographique, deuxième rôle remarqué qui prétendrait largement à un futur Oscar...
La it girl a un potentiel, énorme, elle irradie, elle s'inscrit pile poil dans l'air du temps, assez pour s'y identifier, trop pour la banaliser.

Voici en images, trois des dernières recrues du genre. Après les trashy Alice Dellal, Agyness Deyn, Peaches Geldof, voici la relève so preppy trendy  des sages brunettes, sans excès vestimentaires ni frasques nocturnes incroyables. Le renouveau de la branchouille obtempère avec élégance. Mais pour ce qui est de la classe et du glamour, force est de constater que l'atavisme a gravement bon dos. N'est-ce pas Carine R.?....




Repost 0
27 décembre 2008 6 27 /12 /décembre /2008 20:24


Qu’ont en commun la poignée éponge de tennis, John Fitzgerald Kennedy et les mods ?


Réponse : Fred Perry. Le champion de tennis anglais (premier à avoir gagné les quatre tournois du Grand Chelem consécutivement) qui créa à la fin des années 40 sa marque de vêtements, célèbre pour son emblème du laurier. Le Lacoste britannique en somme.








































Son produit phare : le fameux polo à bandes contrastantes au col et aux manches estampillé du logo sur le cœur. Malheureusement récupéré à une époque par les skinheads… Chaque marque a ses écueils, et Fred Perry après avoir souffert de nombreuses copies (le propre des marques à succès) s’est remis à flots grâce à un marché asiatique sensible à sa british touch.



Autre signe de ce succès, la marque s’est installée à Paris dans le Marais, rue Vieille du Temple depuis 2 mois environs. Outre les basiques de la ligne Laurel qui porte bien son nom, vous pourrez aussi y trouver les créations de jeunes stylistes branchés qui collaborent avec la marque pour la gamme appelée « Black Canvas » ou encore les lignes imaginées par des plus grands tels que Rei Kawabuko de Comme des Garçons ou cette année Raf Simons. Des pointures du prêt-à-porter au service de la marque de sportswear chic. Le filon marketing de ce type de collaborations est décidément inépuisable…


 

Comble du hype, puisque c’est bien ce dont il s’agit avec cette marque largement récupérée par les milieux rock autant qu’électro contemporains : vous pourrez personnaliser votre polo en y brodant vos initiales et en choisissant sa coupe et son col.

 

 

 

Repost 0
1 novembre 2008 6 01 /11 /novembre /2008 15:56

    C’est le chouchou des parisiennes pure souche. Mais plus seulement. Créateur de maroquinerie et mari de la so bobo Isabel Marant, Jérôme Dreyfuss a fait rentrer ses sacs dans la cour des grandes.

Quoi de plus naturel qu’il se soit installé à côté de la boutique de sa douce et que tout ce petit monde loge rue Jacob, en plein cœur de St Germain des Près ?

 

 


 

 

 

Le credo de Jérôme : « l’ agricouture » un concept sur mesure établi par le créateur. Sa priorité : s'assurer que les cuirs utilisés pour la confection de ses créations sont issus de bêtes convenablement nourries, élevées en plein air et transportées dans des conditions non dégradantes.

 


 

Ce qui ne gâche rien de l’esprit un peu roots du stylisme de ses sacs. Beaucoup de besaces, fourre tout, aux volumes généreux et au tombé loose. Comme un bon vieux jogging élimé qu’on traîne négligemment mais délicieusement le dimanche.

Sauf que Dreyfuss a le bon goût de leur donner des tonalités légèrement passées pour tutoyer le vintage devenu source sûr de style et des formes faussement simplistes qui  se marient parfaitement à la désinvolture que cultivent ses clientes comme attitude modeuse. Ambiance gymnase, finalement assez logique, pour sa jeune boutique ouverte en mars dernier.

 


Souples mais résistants, Jérôme veut que ses sacs vieillissent avec nous, qu’ils s’adaptent à nos besoins et nos envies et non l’inverse. De fait on les imagine aisément nous accompagner longtemps dans l’aventure.

L’autre idée lumineuse du jeune homme c’est d’avoir donné à ses sacs des prénoms. A la manière de ceux dont nous avons toutes affublé nos doudous d’enfance. Un moyen imparable d’en faire les fétiches des grandes filles consommatrices que nous sommes devenues.

Et ces noms là ont ce quelque chose de désuet qui confine au ringard et qui achève de branchiser ses créations.

 


La mode est un éternel paradoxe où old school et coolitude riment finalement avec hype et allure.

Billy, Robert, Tom, Diego, Bernard, Raoul et tant d’autres deviendront ainsi vos compagnons de vie les plus fidèles car sans être furieusement tendance, ils ont ce savant dosage qui fait la pérennité. Qualité, pragmatisme et identité.

 


Et Jérôme connaît bien les femmes… Ce n’est pas le tout de faire des valises portables à l’épaule, encore faut-il aider ces dames à y retrouver leurs innombrables affaires. Car il est bien connu qu’une femme peut chercher deux heures le graal dans 40 cm cube.

Pour ce faire, il nous glisse une mini torche en guise de récompense pour notre persévérance incomprise. Et c’est l’impatience des hommes qui peut dorénavant s’incliner devant le génie dreyfussien mis au service du matérialisme féminin.

Repost 0

A Propos

  • : Mode Opératoire
  • Mode Opératoire
  • : Blog mode à tendance rock et à variations littéraires et musicales. Mode en séries, découverte de créateurs, vente en ligne de mes créations bijoux (INDIE), revue de must have, chroniques de bouquins et de CDs, vide-dressing...
  • Contact

  • Laure
  • Créatrice de la marque de bijoux fantaisie INDIE, basée à Paris. Passionnée de mode, de mots et de musique
  • Créatrice de la marque de bijoux fantaisie INDIE, basée à Paris. Passionnée de mode, de mots et de musique

E SHOP BIJOUX/ INDIE

Cliquez pour découvrir mes collections de bijoux sous la marque INDIE

HomePage Indie

 

Et suivez les actualités de la marque sur la page facebook:

INDIE-copie.jpg

Recherche

PINTEREST

Follow Me on Pinterest