Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
25 juillet 2008 5 25 /07 /juillet /2008 11:15

Voyez il y a des jours où même alors que l’été se fait largement désirer, je me mets à déjà aimer l’hiver suivant.


La faute à Nine West, la fameuse marque qui fait vaciller de bonheur les shoes addicts des Us et d’ailleurs et à sa pré-collec que je viens de découvrir sur le site internet qui a encore le mauvais goût de ne pas livrer en France….

 


La faute aussi à Julie, ma complice série mode, qui s’est dégotée une paire de Chloé qui rocks grave et dont j’ai trouvé le pendant en moins cher, sur Nine West toujours, parmi  les paires d’été (je rassure la foule en délire devant ces merveilles: Il EXISTE DES BOUTIQUES DE LA MARQUE A PARIS). Parce que  Julie ayant piqué la dernière paire Chloé chez Kabuki, mes espoirs sont dorénavant anéantis mais doivent pourtant être satisfaits!

 

Shoes Chloé


 

Shoes Nine West

 


Voici donc ma petite sélection hautement désirable pour la rentrée. Je me régale déjà à l’idée que le bordeaux, le violine et le bleu nuit vont glamouriser le noir que j’instaure habituellement comme règle vestimentaire dès le mois de septembre.



 



 

Shoes Nine West


Personnellement, il m’apparaît évident que le collant opaque, gris ou noir de préférence, sera de rigueur pour garder les pieds ajourés même en plein froid.

 

Et puisque cette solution permet donc de porter encore et plus ses paires chéries de l'été, une dernière pour la route (mais attention plus que du 36, 37 et 37 ½ sur Sarenza): une Michael Kors sculpturale, design, ambitieuse, volontaire, ludique, bref une frustration surtout pour mes péniches qui n’y rentreraient même pas un doigt de pieds…Vengez-moi!

 


 

 

Repost 0
Published by Laure - dans Look look
commenter cet article
3 juillet 2008 4 03 /07 /juillet /2008 21:48

A messages ou à images. Le tee shirt se décline indéfiniment au gré des humeurs et des envies. Tantôt explicite, démonstratif, explicatif, métaphorique il exprime un peu de nous, de nos goûts, de nos inspirations et aspirations.

Prohibé par la brigade du style quand il délivre des messages rédhibitoire (Don’t touch, Fashion Victim, Si tu me quittes je pars avec toi, celui là une dédicace spéciale à mes 15 ans), conseillé pour afficher ses goûts musicaux en cas de situation socialisante, ludique pour décaler une tenue sobre, dangereux mélangé avec d’autres motifs, le tee shirt imprimé peut faire débat.

Réservé aux grandes gueules qui aiment revendiquer leurs convictions ou aux timides qui ne savent pas les exprimer autrement, il amuse ou ridiculise.

Le risque intrinsèque qu’il représente devrait donc se suffire à lui-même pour justifier la légitimité d’une telle pièce dans une garde robe. Car il faut bien un peu d’audace dans l’habit saperlilopette!

C’est en fouillant dans les piles interminablement honteuses de tops de mon placard, que j’ai pris conscience qu’ils avaient gagné autant de terrain dans ma garde robe et que j’ai entrepris de leur rendre un hommage teinté de nostalgie autant que d’auto-dérision. La meilleure thérapie en matière de mode soit dit en passant.

 

Petit 1 : Le tee shirt à motif.

 


Essayons d’occulter tout ce qui est animalier, 1 er degré (Hello Kitty par exemple, je sens que je froisse là…). Laissons une chance aux imprimés estivaux qui peuvent se permettre plus de liberté, aux incontournables motifs de saison tendance (la tête de mort, l’étoile, le peace and love) auxquels on aurait du mal à couper en toute honnêteté, et au revival en piochant dans les vieilleries ou en guettant des rééditions de motifs connotés « vintage » (spécialiste du genre Urban Outffiters, irréprochable sur la coupe accessoirement).

Attention aux strass, paillettes et autres artifices de Noël qui dessinent des formes ou des noms qui ont plus à voir avec la vulgarité qu’avec l’originalité (spécialiste Zara et son auto proclamation affichée).

De préférence le choisir en couleur de fond neutre ou sombre pour ne pas risquer la superposition déjà périlleuse de motif débile avec couleur moche.

 

Petit 2 : le tee shirt musical

 


Il dit votre appartenance auditive. Et mine de rien il crée des liens. La musique, cet art fédérateur !! Il a fait son grand retour depuis que le rock est redevenu à la mode, alors gare à vous de ne pas tomber dans l’affichage inconsidéré de préférences totalement inconnues qui n’ont  à voir qu’avec le style.

On ne pardonnera pas la méconnaissance de la chanson ou de l’artiste dont les paroles s’affichent sur votre poitrine, on ne tolèrera pas non plus la soudaine affection pour une musique que l’on ne connaît pas mais que l’on adopte sous prétexte de mode. Car la musique est un art qui ne souffre pas l’oisiveté ou l’imposture. Oui je monte sur mes grands chevaux.


Petit 3 : Le Tee Shirt souvenir

 

 

Non mes souvenirs de ne se cantonnent pas à des concerts. Mais pour autant ils demeurent des moments privilégiés  de consensus émotionnel, des vestiges d’une époque.

Ils jalonnent les époques des fois que la mémoire ferait défaut. Et un jour mon tee shirt du groupie tu deviendras pyjama.

 

 

 

Petit 4 : Le Tee  shirt fashion

 


Celui-ci est un peu le spécial dérapage. Le « I Love… » qui a commencé par New York, s’est collé à toutes les poitrines de certains quartiers parisiens de retour de villégiature aux US. Puis il s’est coltiné l’ensemble des créateurs chez Section Urbaine par exemple, il dit un peu tout et  n’importe quoi et à vrai il est peut être préférable quand il dit n’importe quoi parce franchement il est plutôt obsolète.

La Fashion est donc dans le nom de  styliste, de la marque…

J’en reviens  aussi à l’auto dérision, ce remède idéal contre l’inclination majoritaire des marques à être ostensible, et donc à tutoyer le mauvais goût, en niant la créativité au profit de l’image.

J’en concluerais donc que cette catégorie est celle qui va finir en pyjama plus vite que prévu…

 

Dernière solution : la customisation

 

Transferts à 15 euros les 10 feuilles à la Fnac à imprimer sur du blanc, de la couleur, du noir pour personnaliser votre état d’esprit, pour être unique jusqu’au bout du Tee Shirt.

Même si votre transfert à plus de chance de nourrir en copeaux la machine à laver, il vous donnera l’espace des quelques minutes de la réalisation l’illusion d’être un créateur en herbe.

Une proposition de slogan pour l’été  so politically correct: Bienvenue Ingrid… Pour les courageux vous pouvez aussi tenter le Bienvenus Marc, Thomas & Keith, trois autres des otages libérés aussi en même tant qu’Ingrid Betancourt. Ah bah oui on a failli les oublier ceux là…

 

 

Repost 0
Published by Laure - dans Look look
commenter cet article
26 juin 2008 4 26 /06 /juin /2008 21:57
Toujours pas de soldes non, non. Je boude. Mon photographe aussi est en grève, du coup pour ce soir ce sera du self made... Indulgence svp.
Je n'arrive pas à me débarrasser de ces satanées années 80. La faute au synthé de Sébastien Tellier qui m'entête de ses rythmes langoureux ringardisants, peut-être...la faute à l'envie de couleurs et de fantaisie qui va généralement de pair chez moi avec l'arrivée du soleil....

Allez savoir...Vous l'entendez le son de Desireless, les paroles des démons de minuit. Vous le voyez le collant qui brille de la danseuse de Fame, le corps à corps clichissime de Dirty Dancing?




Et bien là je suis tombée dedans et pas qu'à moitié. Sabine Paturel sort de ce corps!!
Résultat, fouillage en règle des moindres recoins de Freepstar à la recherche de perles pour ma séance photos du week-end, mon cobaye sous le coude, avec qui nous dénichons chacune notre vieillerie.

Une robe à épaulettes hautes dans les tons pastel pour moi, une en panne de velours noire et lurex pour elle. Et à nous deux le flash back nostalgique en plein plouc. Qu'il est bon de s'immerger dans cet univers désuet de notre enfance et d'enfiler les tenues que portaient nos mamans sur les photos retrouvées dans les albums, qui leur ont valu des menaces de mort pour ne pas avoir gardé leurs trésors jusqu'à nous, jusqu'à ce qu'ils reprennent toute leur valeur à nos yeux.

Alors enfilez la socquette blanche, faites péter la boule disco et réhabilitez la ringarde qui se cache en vous. Je vais avoir besoin de soutien dans les minutes à venir....









Robe Freepstar
Ceinture H&M

Petit détour également par American Apparel qui sent bon le club de gym à cette heure tardive de la journée et cela n'a pas seulement à voir avec les caleçons et autre juste au corps qui se suivent par couleur dans les rayons....


sac American Apparel
Geraniums ( enfin fleuris grâce à un bienfaiteur anonyme...)





tresse coton American Apparel
BO H&M

Note pour plus tard: ne jamais porter toutes ces choses en même temps.... Sous aucun prétexte.




Repost 0
Published by Laure - dans Look look
commenter cet article
19 juin 2008 4 19 /06 /juin /2008 21:00

Télé-transportation il y a 20 ans, presque 30 ....
Direction les années 80 auxquelles j'ai décidé ce matin de redonner leur chance. On avait déjà toléré voire abusé du retour des leggings dans nos armoires. Et bien on ne va pas s'arrêter en si bon chemin.


Car dans les années 80 outre le rouge à lèvres trop rouge, les ongles trop rose, les épaulettes trop larges et le brushing trop gonflé, on a fait de bonnes choses: les mange-disques et leur 45 tours, le début de l'over-sized devenu la marque de fabrique de certains looks, le glittering/paillettes/lurex qui lui aussi revient régulièrement quoiqu'on en dise, la taille ceinturée haute, le bling bling et là je sens que j'aborde un sujet politiquement incorrect....

 


Il est vrai que le 80's en ce moment est très risqué car il s'apparente dangereusement à mon ennemi numéro 1 la tectonik, fan de fluo, imprimés....
Soyons néanmoins courageuse: voici un petit tour d'horizon de mes perles 80's qui, contrairement à l'expression, datent justement d'hier:


LE VERNIS ROSE VIOLET

 












 

 


Rien qu'à son nom il annonce déjà la couleur: Bermuda Shorts ou comment le ringard fait son intéressant.
La marque Essie made in US a débarqué en France chez Manucurist (marché St Honoré...) et si elle est venue à ma connaissance, c'est parce que lorsque la rédac chef beauté du Jalouse, puis la rédac chef magazine du Elle, à deux jours d'intervalle arborent des doigts violacés légèrement fluos, en vous vantant les mérites d'une nouvelle marque venue de chez nos amis les ricains, c'est le signe d'un succès assuré.
Débordée que je suis, j'ai honteusement délégué la lourde tache du trouvage de vernis à mon meilleur ami, mais néanmoins le moins enclin à mettre les pieds chez une manucure pour trouver le petit flacon miracle, qui s'avérait déjà être le dernier. Cela s'explique: une pause idéale grâce à un pinceau mini extra pratique pour une couvrance maîtrisée, une couleur totalement inédite entre le violet et le rose (pas bien rendue sur la photo malheureusement...), entre le flashy et le glamour, un séchage ultra rapide, une apparence totalement mate enfin!

 


 

LE TEE SHIRT A INSCRIPTION

 



 

Cela faisait des mois voire des années que je lui tournais autour. Pas à celui là particulièrement puisque les messages varient régulièrement mais à cette marque, qui est donc Originalmusicshirt.com ou le royaume internet du tee shirt à messages musicaux par excellence, sérigraphiés sur la base des imbattables Tee Shirt American Apparel, so 80's again!!
Le tout emballé et pesé pour 32 euros, livré dans la boîte à lettre directement en 48heures. Après avoir raté Violently happy en spéciale dédicace à  Bjork, puis Enjoy the silence pour signifier à mes collègues bruyants de la fermer en pretextant rendre hommage à Depeche Mode,  j'ai opté pour assumer mon côté Véronique et Davina refoulé. Résultat des substantifs à la chaîne qui s'entonnent comme un refrain de techno, si, si dites le tout haut vous verrez...

 


American Apparel règne depuis quelques années sur le revival des années 80 avec le legging lamé, le bandeau à cheveux, le sac de sport qui briiiille, le bikini violet ou même le juste au corps, et plus récemment le petit rien qui fait beaucoup parler de lui: la ceinture tresse à porter dans toutes les positions possibles et souhaitées. Juste trois morceaux de fils colorés qui s'entremêlent pour notre plus grand bonheur de grandes filles nostalgiques.

 

 

 











 

 

 








 

 


 


 


 


 


 


 

 

 

 

LA POCHETTE A ETOILES



 

 

On nous rebat les oreilles avec ce leitmotiv depuis des semaines :l'étoile est définitivement la star de notre été, sans mauvais jeu de mots... Je vote pour la version Minority, cette jeune marque française de sacs et autres petites maroquineries, qui propose entre autres des clutchs enduits parsemés d'étoiles sur fond bleu électrique ou violet de circonstances: 150 euros quand même, mais ce petit bout de voie lactée a des chances de faire son petit effet pendu au bout d'un bras l'été...

 



 

 

LE SAUTOIR CASSETTE / APPAREIL PHOTO



 

Je les ai découverts sur le nouveau site mode à ne pas rater: Modepass, un avatar de facebook version fashion où blogeuses, stylistes, photographes, modeuses se réunissent pour recréer leur univers en virtuel et le partager avec leurs innombrables consoeurs de la sape.

Les bijoux de the French Factory ont ce petit quelque chose de ludique/ glam des bijoux de Sophie mais en moins cher et en plus ambiance rétro modernisé.


 

Outre une cage à oiseau ,craquante, dans la petite collection se sont glissés un sautoir cassette pour nous rappeler que notre jeunesse est désormais révolue, depuis que le cd, dvd, clé usb etc...ont vu le jour et tué les petites bandes déroulantes ou les vinyls récupérés à temps par nos djs. Le walkman n'a plus qu'à mordre la poussière.
Mon chouchou et futur achat je le décrète, le modèle mini caméra, reprenant un objet vrai vintage des années 70, pour être bien cataloguée photographe au cas où le message ne serait pas clair.
































Voila où se trouve mon seuil de tolérance des années 80, qui virent pourtant mes premières années s'épanouir. Est-ce justement parce que ce sont les premières que j'ai
personnellement connues que je leur préfèrerai toujours les mystérieuses 20's, 50's ou 70's?

De plus, le tee shirt à message ayant soulevé chez moi le problème de la transgression d'une censure auto-proclamée il y a pourtant quelques temps, je pense revenir bientôt sur ce sujet épineux pour tenter de comprendre d'où me vient ce laxisme soudain et impardonnable....



Repost 0
Published by Laure - dans Look look
commenter cet article
18 juin 2008 3 18 /06 /juin /2008 20:34
Il en est de la mode comme de toute autre chose , et de la mode plus encore que les autres choses d'ailleurs... Parfois elle se passe de commentaires.


A la manière de ma collègue Punky B il y a une semaine, j'ai commencé mon week-end par une bonne nouvelle qui s'est présentée sous la forme d'un bruit sourd devant ma porte, suivi d'une sonnerie atrocement stridente pour un samedi matin: la livraison à domicile de mes nouvelles amies les warriors Asos.







Un nom barbare pour deux petites merveilles qui me juchent 12 cm au dessus du plancher des vaches. C'est donc harnachée de mes bonheurs plantaires que j'ai débuté mon week end.




Et c'est au détour d'une rue voisine que j'ai découvert cet hommage musical au pochoir rendu à un groupe que je n'adule pas vraiment pourtant - et que je ne nommerai donc pas puisque j'ai décidé de faire l'ingrate - mais qui m'a semblé un décor sur mesure pour une immortalisation de ces looks antinomiques: le 60's coloré, gros boutons pour un samedi soir festif et  la tenue de combat pour les pérégrinations brocantesques dominicales.


Robe Biba
Manteau H&M
Shoes Asos
Sac Chloé




Mon avis sur les chaussures donc, objet de ce billet bref mais intense: cuir qualitatif, silhouette parfaite de saison, couleur rétro pile poil, hauteur abordable grâce à un patin caché qui réduit la cambrure rédhibitoire à partir de laquelle votre pied ne transige plus, même pour l'amour de la mode.


combi militaire récup
top et sac Chloé
Ceinture Zara
Shoes Les Tropéziennes
Bracelet New Look


Je vous l'avais dit, ça se passe de commentaires. Enfin pas des votres quand même!
Repost 0
Published by Laure - dans Look look
commenter cet article
28 mai 2008 3 28 /05 /mai /2008 22:37



J'ai encore craqué... Deux semaines sans shopping c'est beaucoup trop long pour un seul homme!!
Du coup je me suis vengée, au delà de toutes mes espérances, sans considération monétaire aucune, sans restrictions, sans scrupules.
J'avais eu le temps de bien baliser le terrain avant l'attaque. Repérage mental de la zone à ratisser puis passage à éxecution avec maximum d'achats en un minimum de temps.

 



 

Premier stop chez Gap. Le royaume de la sape classique qui d'habitude me laisse de marbre m'a cette fois-ci totalement envoûté. Robes à la pelle, à ne plus savoir où donner de la tête. Certes les 59 euros de départ sont un peu dissuasifs a priori mais pourtant après essayage du modèle en lin à carreaux, de la forme tunique écrue à imprimés ambiance keffieh et finalement de cette petite perle, valeur sûre avec ses rayures masculines et son empiècement à la poitrine qui fait toute sa tenue, je suis déjà comblée.

collier Ela Stone

Un basique sans prétention mais qui promet beaucoup porté avec un petit cuir pour l’encanailler ou en version minimaliste, du genre" j’ai taillé une robe dans la chemise de pépère de mon mec".


Je ne peux pas résister non plus à l’appel de la combi, courte cette fois-ci, noire avec son petit look 80’s point trop n’en faut, juste un peu oversized du haut pour avoir du style.


Simplissime, parfaite pour un retour de plage pratique mais féminin à souhait.

combinaison Gap

ceinture Zara

120 euros au compteur quand même, mais quand on aime on ne compte pas n’est ce pas ?

 

bracelet fleurs en diamant Sylvie Wulwik

Montre Zadig et Voltaire

Chemise Zara


Sur mon chemin Zara, pas de grosses folies, l’environnement est plutôt jeune cadre dynamique sans trop d’exigences, un peu trop de fleurs, de carreaux par lesquels je me laisse quand même avoir avec cette chemisette encore une fois empreinte de masculinité, à seulement 20 euros. Ca c’est mon côté indécrottable grunge qui sommeille...

 

Parapluie Zara

Pochette H&M

Bracelet nacre Aurélie Bidermann

 

Posés là comme par hasard alors qu’il pleut averse dehors, des minis parapluies mais qui ont la forme des grands, légers comme une plume, je me vois déjà le suspendre avec son look Marie Poppins à mon porte-manteau.


Et pour finaliser mon look cette ceinture rayée à double boucle marron pour casser l’effet petit marin potentiellement ennuyeux, qui accessoirisera très bien une tenue sobre pour y apporter le petit plus qui va bien.

Moins de 50 euros cette fois. Tout va bien. Je continue.


L’ami H&M n’étant jamais loin, je me retrouve avec trois fois rien mais encore une fois le suédois opère le miracle de ne jamais laisser ressortir ses acheteurs bredouilles.

Une jupette noire virevoltante pour la touche girly pure que je ne peux assumer qu’en été et une mini pochette de jour svp, tressée aux couleurs pastel qui me rappellent les vieilleries charmantes de nos grands-mères.


Moins de 40 euros, si c’est dégressif tout va vraiment très bien...

Mon quatrième arrêt était tout à fait orchestré, depuis un an maintenant j’ose le dire. Il s’agit des gris gris irrésistibles de Melle Bidermann, la chouchoute des magazines et des bobos qui vous fait passer la pilule sans problème en vous refourguant des nacres à 60 euros quand il est possible de les trouver bien moins chères.


Oui mais là: certificat d’achat, possibilité de changer le lien - déjà élimé je précise ça fait partie du truc- petit sachet en lin brodé si mignon et surtout la garantie que les connaisseuses sauront qu’il ne s’agit justement pas de n’importe quelle nacre à deux balles chinée sur un marché quelconque, parce que celle-la est épaisse, foncée, sur ce lien typique... et puis c'est tout!


Halte à l’étage des chaussures puisque je suis au Printemps: plus de spartiates Nine West évidemment, c’est le must have mademoiselle, j’apprends qu’il y a deux boutiques à Paris, rue Scribe et rue Boissy d’Anglas, s’il y avait d’autres ignares comme moi je le précise... Pas moyen de me venger ailleurs à l'étage, trop cher, trop haut, trop fluo.

 

Soudain je pense à ce bon plan pas cher improbable, dégoté par une collègue du festival de Cannes en mal de chaussures plates pour survivre au massacre plantaire de 15 jours de course effreinée sur une plage...

France Arno, oui je sais ça commence mal, propose des spartiates à 39 euros, Les Tropéziennes, oui madame, en camel, noir ou blanc. Certes elles sentent bon le chameau, certes j’ai failli assassiner la vendeuse qui a tenté de me faire passer des anti-dérapants sur la note ni vu ni connu, certes le reste de la boutique déprime mais alors pas à moitié, mais mes petites spartiates indispensables me réjouissent d’avance, dérapage incontrôlé ou non, chère amie vendeuse embobineuse.

Et dans ma lancée ringarde, j’ai même mis les pieds chez C&A, ce qui je pense ne m’était pas arrivé depuis les années 90, en quête d’un maillot une pièce complètement échancré sur le ventre, le type de maillot avec lequel on ne bronze pas (et que personne ne me demande alors à quoi il sert), que bien entendu je n’ai jamais trouvé entre les bonnets de bain et paréos à fleurs qui m’ont fait fuir très rapidement tout en me promettant de ne plus jamais revenir.


Repost 0
Published by Laure - dans Look look
commenter cet article
9 mai 2008 5 09 /05 /mai /2008 14:30

Ca je l’avais bien dit : il ne faut jamais me lâcher dans la nature avec une carte bleue, du temps libre, du soleil et un ZARA/H&M à proximité.

C’est du suicide bancaire, ni plus ni moins. Bilan de 3 heures de shopping : environs 200 euros. Oui, oui je sais c’est honteux, où va la France, et la culture dans tout ça.

Permettez-moi de vous dire que d’abord celles qui n’ont jamais claqué 200 euros en 2h n’ont pas droit au chapitre. Et les autres sauront de quoi je parle : griserie de la trouvaille, enchaînement des trouvailles, acquisition obligatoire de ces trouvailles.

 



Premier arrêt H&M : le keffieh revisité dont je vous parlais dans mon article sur le buzz, me fait de l’œil perdu sur un coin de portant où il ne devrait pas être. Mais qui est celle qui a perdu la tête en l’abandonnant ici aux yeux de toutes les folles de mode, sans défense !!!

 Mademoiselle, LA MODE SE PÂME DEPUIS QUELQUES SEMAINES POUR CE BOUT DE CHIFFON ENFIN !! Néanmoins merci à la lâcheuse, je m’étais promis de ne pas harceler toutes les vendeuses du Suédois  et de ne pas succomber à ce « encore keffieh ». C’est foutu, mais alors celui-là c’est vrai qu’il a ce quelque chose de plus (les pompoms, le dégradé de blanc, noir, gris…) qui fait sa différence.

Avec ma nouvelle jupe suédoise également, forme boule réussie je précise, je suis déjà au paroxysme du bonheur. Jupe taille haute style taffetas qui lui donne cette tenue incomparable, bonne longueur, bonnes proportions  pour ne pas faire effet bouteille d’Orangina  sur des hanches déjà marquées…

 

Mais ce n’est que le début : direction Zara, le petit copain indécrottable de H&M pour une journée shopping complète.


Arrêt sur une robe tie and dye (comment ça j’en ai déjà 12….), mouais, pas exceptionnelle et là de plus loin appel du orange saumonée, adouci par du gris, du blanc … mais… mais … le voilà le foulard à 15 euros tie and dye qui va parfaitement agrémenter… et ben tiens, cette robe longue là,  à 50 euros, pas plus, noire et blanche, avec ce mélange de motifs estivaux charmants.

Et un nouveau look, un.

 

Il y a un sous sol, évidemment il faut voir. C’est pour les enfants. J’ai encore envie d’engranger et j’ai deux nièces. Le compte est bon. Adorable robe blanche immaculée avec un nœud pour la plus grande ( oui d’accord j’ai caressé l’idée deux secondes qu’elle existe aussi pour les adultes….), puis ensemble culotte et tunique à mini fleurs, pour ma deuxième  mini portion de filleule, irrésistible.

 

Chercher l’intrus….


Culotte de grande comme pour les petites H&M, dommage que le top corset qui aurait fait grande fille qui ne veut pas non plus trop jouer les bébés n’ait pas été dans ma taille….

 


Troisième halte : Sephora. Ne pas trop regarder autour, se souvenir qu’on a déjà fait le plein de parfums pour les 12 prochaines années en Espagne.

Aller droit au but : Mascara waterproof, devenu incontournable avec le début de l’été en cas de baignade impromptue, plongeon forcé….Puis eye liner, mon ami depuis quelques mois pour un maquillage rapide en deux temps 14 mouvements. Beaucoup de gestes à suivre pour bien l’appliquer, mais une fois le coup de main pris, le regard de biche fait son petit effet.

Dérapage vers le stand manucure, mon péché mignon, et là « NOUVEAU », le mot magique, écrit en gros en dessous d’un joli mini flacon de vernis violet foncé qui se trouve être assorti à mon sac. La voila l’excuse à 4,50 euros.

Et en plus le monsieur de la caisse me dégaine un cadeau pour gommer mes mains, alors là je dis « Merci  Monsieur ».

 

 

Promis c’est la dernière fois. Je rentre à la Fnac en quête de la biographie de Kate Moss. Encore une chose que je m’étais promise de ne pas acquérir pour cause de trop de tapages, trop de superficialité, trop de Kate Moss…. Mais renseignée sur le fait que son auteur est une journaliste du Libé, qui n’a pas baigné uniquement dans la mode, je suis rassurée et curieuse de connaître le contenu plutôt mystérieux, il faut bien le reconnaître,  du parcours de ce cette icône de mode, qui restera, qu’on le veuille ou non, emblématique de notre époque.

Là l’album de Portishead se rue vers moi sans appel, juste à côté celui de Duffy, la version blonde de Amy variante varietoch, qui a quand même pondu ce petit bijou « Mercy », titre entêtant pour les nuits festives d’été et enfin le désormais hypissime Sébastien Tellier, notre candidat pour l’Eurovision, barbu à lunettes en plastoc un peu beauf qui réconcilie avec le plouc, dont l’opus Sexuality tourne en boucle depuis dans mon lecteur.

 

Voila donc le menu de ce qui vous attend pour les prochains jours : de la zic, de la lecture, de la série mode spéciale robe longue puisque ma collection s’élargit et quelques perles à retrouver sur e bay, puisque vous l’avez compris ma carte bleue a rendu l’âme ce coup-ci.

Infos de dernière minutes car je suis plutôt prêteuse :

-          New Look ouvre enfin aux Halles fin mai, c’est officiel.

-          Le disque de Scarlett Johansson lui sort le 19. Avec un H Johansson , comme me crie le vendeur alors que j’ai déjà un pied sur l’escalator….

Repost 0
Published by Laure - dans Look look
commenter cet article
24 avril 2008 4 24 /04 /avril /2008 21:38
Le débat est ouvert...
Le noeud a ses adeptes et ses détracteurs.
Régression infantile, embourgeoisement, détail girly, finition rétro?

Petites propositions en pagaille pour défendre le noeud. Définitivement.




Blouse en organza violet BIBA


La marque londonienne des années 70 fait son grand retour sur les podiums et dans nos coeurs. Nos mamans nostalgiques de ce Top Shop du swinging London se souviennent de ce premier concept store sur Kensington Street qu'elle dévalisait dans les longueurs.
Dorénavant la marque s'inscrit dans le créneau créateur, avec des prix qui avoisinent plutôt ceux d'un Marc Jacobs.
A Paris pour l'été c'est chez Gas by Marie, avenue George V, le multi marques hippie chic par excellence que l'on trouvera les robes seventies qui annoncent un été en longueur.





Robe BIBA or

Encore une perle de la marque pour cet été. Epaules rehaussées, dos ajouré.. le tour est joué!





Shoes CHLOE


Certaines d'entre vous reconnaîtront très certainement ce modèle d'il y a 4 ans qui a été tellement copié et pour cause, le gros grain noué sur le bout du pied avait de quoi faire des émules...


Le noeud trace sa route, de saison en saison, il est récurrent, emblématique chez certaines marques (Sonia Rykiel, Viktor & Rolf), privilégié chez d'autres (Marc Jacobs, Chanel), il persiste et signe, la plupart du temps, la finition d'une silhouette féminine et un brin ludique.





Repost 0
Published by Laure - dans Look look
commenter cet article
19 avril 2008 6 19 /04 /avril /2008 19:53



Tout cela est bien noir pour du printemps je suis d'accord. Enfin c'est pas non plus comme s'il faisait un temps radieux qui réveillerait en nous une colorite aiguë...
Je n'essaye même pas de me justifier pour le noir parce que de toute façon soleil ou pas, c'est la couleur ou plutôt la non couleur dont je ne peux pas me passer.
Alors bien entendu elle devient d'autant plus intéressante lorsqu'elle se pare de clous, de boucles, de lanières, de zips....
Des artifices qui sortent le noir de son austérité. Pour l'été la tendance est à la chaussure enveloppante, nous serons harnachées jusqu'aux genoux si on le souhaite, en tous cas nos pieds seront bien maintenus.




dans le sens des aiguilles d'une montre:

- spartiates noires: Mellow Yellow, modèle d'il y a deux ans, mais pas de panique il y en en a partout cet été.
A retenir: les Nine West à talons compensées très belles ou les Et Vous à talons en bois pas trop haut 180 euros quand même (noir, camel, doré)

- escarpins faux zip bi matière daim et vernis Zara: pendant les soldes d'hiver à 29, 90 euros. A retenir: le mélange des matières mais attention à privilégier sur une forme très moderne ou rétro au contraire pour éviter l'effet "mémérisant"...

- ballerines dentelle noire/or Marc Jacobs: elles sont déjà 3 ans mais restent la paire dont il ne faut pas se séparer. Un lien à nouer autour de la jambe pour le vrai côté danseuse, une découpe parfaite sur le pied qui leur évitent encore une fois d'avoir l'air d'appartenir à votre grand-mère. A part Repetto qui a le secret de cette coupe impeccable mais également celui de prix exorbitants pour une qualité relative, la ballerine souffre de son succès: plastique, platitude, forme approximative. Chez Repetto donc on se jette sur les must have de cet été, le modèle marine à étoiles si l'on a un porte -monnaie bien rempli, on l'a compris.

- sandales compensées vernis à boucles Free Lance. La marque phare des années 80, forte de son savoir faire indéniable de dernier chausseur made in France livre ici un modèle parfait avec un an d'avance puisqu'elles datent de l'année dernière... Dommage donc puisque cet été ce n'est pas chez eux qu'il faudra chercher ces modèles très warriors typiques de la saison. Zara reste encore le plus plausibles avec des déclinaisons successives, New Look pour des versions petits prix ou pour les plus riches Givenchy, des modèles tout simplement incroyables d'élégance, de raffinement et à la fois de caractère

- escarpins à clous dorés sur le talon H&M, un modèle de cet hiver à 29,90 euros. Une perle que l'on prend régulièrement pour des Barbara Bui...
A faire soi-même avec des clous à trouver à la droguerie ou la mercerie sur des modèles en tissus qui accepteront volontiers d'être transpercés pour la bonne cause.


Repost 0
Published by Laure - dans Look look
commenter cet article
18 avril 2008 5 18 /04 /avril /2008 19:45






















C'est le grand match: Mademoiselle Agnès contre Alexandra Golovanoff.
La brune contre la blonde. Quoique tout est relatif car l'une produit l'autre donc point trop de conflits d'intérêts, mais plutôt le multiplication des pains le cas échéant!
C'est Melle Agnès qui lance les hostilités il y a quelques années maintenant en imposant son timbre brisé sur Canal+ pour tout ce qui concerne les fringues. La mue de miss météo est réussie, elle devient la référence, bien connue des couturiers qui l'apprécient pour son franc parler, son auto-dérision et son style très "Balenciagesque" réussi et sans prétention.

















Forte de son succès, elle lance sa propre boîte de prod LALALA responsable de LA MODE LA MODE LA MODE, ce petit 25 minutes de bonheur mode, tellement plus désopilant que le sérieux et feu ATELIER DE LA MODE de France 5 qui souffrit largement du départ de la brillante Virginie Mouzat.
Le ton désinvolte de l'émission ressemble comme deux gouttes d'eau à la demoiselle et le choix d'Alexandra Golovanoff comme présentatrice, toute de longues bouclettes, faciès charismatique rappelle implicitement sa chef Agnès.

Mais voilà, si ce programme de Paris Première du samedi 12h35 est plus que sympathique et à le mérite d'être hebdomadaire et rediffusé, il ne rivalise pas encore avec l'humour très bon enfant du Canal mensuel "Habillées pour..."de Melle Agnès sur la saison mode à venir qui décortique avec une dérision sarcastique et ironique la saison à venir.
L'élève dépassera-t-il le maître?

Mais Agnès a de la bouteille, non je n'ai pas dit qu'elle buvait trop de champagne, quoique celui ci ne lui soit pas désagréable non plus, mais elle a traîné ses Stilettos dans deux trois endroits branchés, connaît quand même quelques vips de la mode et a du style. Définitivement. Sans trop en faire.

Mais Alexandra ne démérite pas pour autant et tiens pour la peine, même que je la regarderai demain pour m'excuser de tant d'injuste cruauté. Comme si j'avais besoin d'une excuse.


Repost 0
Published by Laure - dans Look look
commenter cet article

A Propos

  • : Mode Opératoire
  • Mode Opératoire
  • : Blog mode à tendance rock et à variations littéraires et musicales. Mode en séries, découverte de créateurs, vente en ligne de mes créations bijoux (INDIE), revue de must have, chroniques de bouquins et de CDs, vide-dressing...
  • Contact

  • Laure
  • Créatrice de la marque de bijoux fantaisie INDIE, basée à Paris. Passionnée de mode, de mots et de musique
  • Créatrice de la marque de bijoux fantaisie INDIE, basée à Paris. Passionnée de mode, de mots et de musique

E SHOP BIJOUX/ INDIE

Cliquez pour découvrir mes collections de bijoux sous la marque INDIE

HomePage Indie

 

Et suivez les actualités de la marque sur la page facebook:

INDIE-copie.jpg

Recherche

PINTEREST

Follow Me on Pinterest