Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
11 février 2010 4 11 /02 /février /2010 17:41

 

HD_0000021175_32542_06.jpg
Sandales Castaner


HD_0000021154_32510_09.jpg
Sandales Ash


HD_0000016522_34386_09.jpgBaskets Adidas


HD_0000021228_32608_09.jpg


Sandales Stuart Weitzman

Je suis peut-être un peu trop paralysée du bulbe pour faire de jolies phrases autour de cette sélection, mais pas assez pour en oublier les bienfaits du printemps. Et des jours comme ça, où du fin fond du lit on aperçoit la neige sur les toits, rien de tel que de se commander une petite paire de shoes totalement importables pour le moment qui va remettre un peu de joie et de soleil dans le placard pour les semaines à venir. Merci Sarenza!

Repost 0
Published by Laure - dans Must Have
commenter cet article
10 février 2010 3 10 /02 /février /2010 21:23

Ceci est une manifestation photographique des résultats du 3 eme rhume de la saison, d'une journée un peu longue et d'une température trop basse. Cette grève intempestive prendra fin ce week-end. Parole de fainéante.

feet_of_the_cat.jpg

Repost 0
Published by Laure - dans Au programme
commenter cet article
7 février 2010 7 07 /02 /février /2010 22:50

close-up-copie-copie-1.jpg

Nouvelle coupe. Nouveau parfum. Nouveaux vêtements (en soldes!). Nouvelle vie??
J'aime le changement. Et j'aime ce qui perdure. J'aime les paradoxes.
En voici une petite mise en scène avec un look intemporel dont on ne se lasse pas et quelques nouveautés qui ne feront sans doute que passer...


assise-2-copie.jpg
dentelles-copie.jpg
assise-copie-copie-1.jpg
portrait-copie.jpg
details-copie.jpg
CHEMISIER THE KOOPLES
JEAN SANDRO
CEINTURE SEE BY CHLOE
VERNIS A ONGLES PARTICULIERE DE CHANEL

FOFOLLE copie Crédit photos: Gregory Favre
Repost 0
Published by Laure - dans Mode en série
commenter cet article
6 février 2010 6 06 /02 /février /2010 21:14

Les inspirations:

inspiration-ete-copie.jpg



Mes interprétations:

look-ete-1-copie.jpg


FOULARD LOUIS VUITTON
B.O FASHIONOLOGY
VESTE ALICE + OLIVIA
BIJOU D EPAULE FALCONIERE
ROBE CHLOE
BAGUE CORPUS CHRISTI
VERNIS PARTCULIERE DE CHANEL
SHOES TOP SHOP
SAC COCO DUFFLE ALEXANDER WANG


look-ete-2-copie.jpg


LUNETTES DIORETTE DE DIOR
BLOUSON RICK OWENS
COLLIER DELFINA DELETTREZ
COLLIER MONTRE NIXON
BAGUE ULTRA DE CHANEL
JUPE TOP SHOP
FAUX CILS SHU UEMURA
SAC ALEXANDER WANG
SHOES CHLOE


Repost 0
Published by Laure - dans Look look
commenter cet article
3 février 2010 3 03 /02 /février /2010 20:31

froissee.jpg



7h45: comme une certaine Linda E. qui refuse de se lever à moins de 10 000 dollars, je refuse normalement de me lever avant 8h00... Bon certes quand on a un nouveau boulot depuis 1 mois, on ne fait pas la fine bouche, on saute sous la douche, on enfile une tenue de circonstance (à savoir celle d'une présentation presse au bureau) et on s'agite jusqu'au métro dans sa jupe en cuir et ses boots cloutées de bonne modeuse intoxiquée.

8h55: chéri sort du métro avant moi. Le casque vissé sur les oreilles, casque, que dis-je, mes oreilles géantes sur la tête oui, je m'enfonce dans un fauteuil libre en regardant filer les souterrains taggés du métro. J'avais horreur de ça, j'ai appris à aimer quand j'ai découvert que sous Paris, se trame une vie de gens pressés aux mille expressions, se mélange des looks, des attitudes aussi variées que riches en conclusions humaines.

9h 05: je termine ma clope sur le trottoir avant de grimper jusqu'à mon bureau encore vide. Un check de mes mails persos, ici pas de facebook pour les braves, on a compris que le réseau social c'est bien pour les RP, mais c'est mieux si ça passe pas par facebook et ses mille sollicitations inutiles... Tour de reconnaissance de Top Shop, obligé.

9h 20: on passe aux mails pros. 32... La dernière fois que j'ai regardé il était pourtant 19h30 hier soir... Une question: le RP dort-il parfois? Oui mais seulement avec son blackberry à portée de main. La vie de la presse n'a pas d'heures de prédilection...

9h30: la fourmilière s'anime, certains ne sont pas encore assis qu'ils sont déjà en train d'appeler les coursiers pour embarquer un shopping urgent. D'autres terminent leur petit déjeuner sur le coin de la table avec le dernier Jalouse sous les yeux. Elle est belle Charlotte Kemp, sa poitrine irréprochable qui pointe vers l'enfant prodige Sean, c'est bien vrai...

10h: j'ai déjà rayé  3 lignes dans mon agenda hebdo où le travail d'une journée à tendance à déborder sur la colonne du jour suivant. Plus il y aura de ratures, plus la journée aura été fructueuse. Challenge...

10h30: rédaction d'un dossier de toutes les news de l'agence... 13 attachés de presse, une centaine de budgets donc autant de combinaisons possibles. Il faut collecter les bons textes, les bons visuels, les bonnes infos et mettre tout en forme sur un serveur qui explose avec les ardeurs matinales de mes nouveaux collègues. La bataille s'annonce rude.

12h: mission accomplie, on peut passer aux shoppings. Une demande du Gala, une du Grazia, une pour une starlette du PAF... Les problèmes commencent: 1 paire pour  5 shootings. Seule possibilité : faire un choix arbitraire, retourner l'agence à la recherche d'une paire supplémentaire, menacer de mort le client pour avoir une autre paire fissa... Bien, je m'en tiendrai à un planning organisé pour rentabiliser LA fameuse paire au maximum.

13h: rangement du display, on classe par thèmes, par couleurs, on essaye de faire du joli qui fait de l'envie aux yeux. C'est le quart d'heure marchande.

13h 40: monsieur sushis a failli mourir écrasé à l'accueil où 4 RP l'attendaient le ventre vide depuis 1h. Suicidaire le mec...Makis sur le coin du bureau en même temps qu'on finit de répondre aux 15 mails de la matinée... Internet ou le règne de l'info en temps réel... Un miracle ou une perversion extrême?...

14h: on traite les demandes de visuels. Des jolies chaussures sur fond blanc partent dans toutes les rédactions pour espérer y trouver leur place dans une histoire appropriée.

14h30: Début des relances, le dada de la RP, son pire ennemi, comme son salut, le coup de fil qui déprime ou celui qui ravit. Première tentative, premier vent. Et pas des moindres. Le problème des pigistes c'est qu'on ne peut les joindre que sur leur portable. Et le problème du portable c'est que tout le monde appelle dessus. Mauvaise soirée, trop plein de chaussures, nausée de la fripes? L'accueil est expéditif pour ne pas dire désobligeant. Avec des mégas pincettes je tente l'approche joviale pour savoir si le look book est arrivé à bon port et s'il a convaincu. Peine perdue. La gentillesse de la RP n'est qu'un motif de mépris supplémentaire pour certaines rédactrices. Le look book, elle l'a pas ouvert et elle ne compte pas le faire. Une nouvelle question se pose: pourrait-on vivre dans un monde de journalistes tout puissants qui sauraient tout de tout, choisiraient sans aucun faux pas les trésors dont regorgent les magazines, sans le concours de ces chères RP???? A en juger par l'accueil de certaines, il semblerait que la mode infuse soit une science que nous négligeons, nous, pauvres idiotes pendues au téléphone en essayant simplement de faire notre boulot. Ca m'apprendra à vouloir informer ceux qui informent.

16h: un rv shopping est arrivé. C'est le moment de faire le tour de l'agence pour présenter toutes les nouveautés de l'été. De se souvenir des toutes les actus concernant toutes les marques. Mémoire de poisson rouge. Mais esprit d'équipe au top: sur le brief clients, en rouge surligné, les choses à mentionner pour avoir l'air d'être parfaitement au poil après seulement 30 jours dans les murs... C'est beau l'esprit corporate.


16h30: Pause cigarette. Entre deux taffes, coup de fil à une jeune créatrice que la blogo connaît bien, pour lui faire part de mon existence. Et de mon souhait de bosser avec elle un jour, peut-être. La mission presse n'est pas essentielle au monde, celle de convertir quelques impies talentueux à l'idée l'est pourtant pour la RP. Rendez-vous, rendez-vouera pas... Je ne sais. L'envie de promouvoir des clients en qui l'on croit, dont on admire le travail est plus tenace que tous les découragements qu'on pourrait nous opposer. Dans un monde idéal, la communication ne coûterait rien à personne et donnerait de la visibilité à tous ceux qui le méritent. Enfin. Dans un monde réel, ceux qui ont l'argent ont la visibilité, les autres ont la persévérance... et les mécènes!

18h: Relecture du dossier de presse, vérification des légendes des look books. c'est étonnant de constater que même après 12 relectures, il y a toujours la coquille qu'on n'avait pas vue. Une solution pour la santé mentale: déterminer un stop temporel à partir duquel on refuse de relire encore sinon on s'arrache la frange. la D.A est belle, normale on a une fille très douée qui s'en occupe.

19h: A partir de maintenant on est officiellement autorisé à quitter le bureau, oui mais le peut-on décemment? La liste des tâches du jour n'est pas totalement raturée... C'est le moment où les esprits s'apaisent, échange de blagues de fin de journée, de sucreries pensées pour nos chères journalistes gourmandes qui finissent goulument dans nos bouches de soi disant anorexiques fashion. Qu'on se le dise: la RP bouffe plus de sucre qu'un régiment d'hypoglycémiques en crise.

19h40: Assise dans le métro, le casque toujours sur les oreilles, les souterrains qui défilent en sens inverse. Un peu plus loin il y a une jolie fille avec un look black et clous incroyable et un grand garçon aux beaux traits réguliers qui regardent parfois dans mon sens. Oeillade réciproque. Comme je vous le disais, le métro c'est aussi une source d'inspiration en termes de style. La preuve.

19h42: je tourne la tête. La jeune fille désormais assise à 20 cm de moi, me regarde mais je n'entends pas ce qu'elle me dit avec un grand sourire charmant. Retirage de casque anti-bruits. "Vous avez un blog non?". Si j'étais pas sur le cul, je serais bien tombée dessus. C'est la première fois qu'on me reconnaît grâce à mon blog. A part celle où ma nouvelle collègue m'entendant parler de Mode Opératoire, a poussé un petit cri de reconnaissance en étendant ce nom de ma bouche, réalisant que "j'étais Mode Opératoire"!!
C'est vrai parfois je me demande si mon blog c'est moi ou si je suis devenue mon blog... Mais à en juger par l'enthousiasme adorable et absolument touchant de cette jeune fille dans la métro ce soir, me complimentant gracieusement pour le blog, je dirais que mon blog et moi sommes devenus assez indissociables.

19h43: je rougis, émue par ses encouragements, je ne sais rien dire d'autre que "c'est cool, merci"; je me trouve nulle de ne pas pouvoir lui rendre la pareille car malheureusement, moi, je ne la connais pas... Alors qu'elle, elle sait que j'ai une paire de Chloë Sevigny démentes! Alors mademoiselle à la coupe de cheveux délicieusement audacieuse dans ce métro un peu terne, j'en profite si tu me lis, pour te remercier. Je crois qu'il n'y a pas plus grande satisfaction pour une blogueuse comme moi que de se savoir lue par une fille comme toi!. Et merci aussi au garçon qui a eu la bonne idée de te parler de ce blog...

20h15: je commence à rédiger l'une de mes news hebdo pour Sarenza. Entre 3 textos et 2 coups de fil, je réfléchis à ce que je vais choisir de vous raconter ce soir et l'idée est devenue évidente. Il y a deux ans presque maintenant, je rédigeais un article sur le métier d'attachée de presse qui aujourd'hui encore soulève de nombreux commentaires. Il était temps de vous en remettre une louche actualisée!

20h45: pâtes bolo, le répit du guerrier...

20h48: brief téléphonique avec Laudine, la créatrice avec qui je bosse pour les shootings de ses collections. Quelle lumière, quelle accessoirisation, quel lieu... Un nouveau pari, un nouveau projet. j'aime ça.


21h 30: retour devant mon ami l'ordi, la chose qui canalise le plus clair de mon temps. Mon nouvel ordi, rutilant, black of course, sur lequel je laisse courir mes doigts ce soir pour vous raconter une journée somme toute banale mais toujours bien remplie, ponctuée par de nouvelles rencontres, de nouveaux projets, un joli hasard et des mots, toujours des mots, pour vous, jusque dans mon lit.

Mon blog et moi vous souhaitons une bonne nuit.

Repost 0
Published by Laure - dans Au programme
commenter cet article
2 février 2010 2 02 /02 /février /2010 21:55
25.jpg
A moins de vouloir ressembler à un boxer sur le ring, pas question d'arborer le total look...Quoique...On s'enverrait bien valdinguer avec les gros gants, juste pour justifier ce look Miu Miu tout entier.
En attendant d'avoir une chance de tenir 5 min contre Mike Tyson disons que je me contenterais bien de ces bottines sur chaussettes hautes en robe noire toute en volumes pour un soir.

Miu Miu ou le girly régressif à la sauce fashionista sporty glam. Ca fonctionne pas si mal. Le coup de la nana qui s'est trompée de chaussures on nous l'a déjà fait tout l'hiver avec les Moon Boots à Paris et on va pas y couper, clairement, avec les sabots cet été en ville. Alors pourquoi faire des manières? Depuis quand la mode est-elle faite pour être cohérente, adequate? Et bien elle ne l'est pas. Alors n'hésitons pas à faire notre jogging en tiags, prendre nos bain en méduses, courir en escarpins (Sarenza corporate power!!)...

28.jpg
C'était la minute fofolle du soir... La vache, je sens que j'ai sérieusement besoin d'un shoot de rigolade, je me fous un peu les boules avec mes histoires de faire n'importe quoi à base de chaussures...

Ok la reine de la blague va se coucher. Merci pour votre compréhension.
P.S: Bientôt si vous êtes sages, je vous expliquerai comment une journée de présentation ravage le coeur brave des attachées de presse au point d'en faire de mauvaises blogueuses...

29.jpgMIU MIU RESORT 2010
Repost 0
Published by Laure - dans Look look
commenter cet article
31 janvier 2010 7 31 /01 /janvier /2010 17:20

pamela-love-copie.jpg

Pamela Love... Avec un nom pareil on ne peut qu'être vedette de quelque chose...Pour Pamela il s'agit donc d'une marque de bijoux du genre de celles que je classerais entre un Corpus Christi et un Chrome Hearts. Pour parler de choses qui parlent justement!

pamela-love-cobra-necklace-1a-1-.jpg

Bruts, mystiques, animaliers, ses bijoux sont à l'image de sa génération, un peu insolents, plutôt audacieux. Des trésors qui n'ont pas été trop façonnés, comme laissés à leur état de nature. Des créations acérées qui interpellent. Très rock, elles ont l'air tout droit sorties d'un coffre rétro ou d'un cabinet de curiosités.

pamela-love-new-jewelry-4-1-.jpg
Pamela est fan d'astronomie, d'astrologie, de magie et de bijoux folkloriques, de science et de nature, pas étonnant à en juger par ce qu'elle dessine.
Et pour ne rien gâcher elle a un look incroyable...

34g927m-1-.png

Batteuse d'un groupe, réalisatrice de courts métrages, elle habite évidemment Brooklyn, le lieu par excellence de la coolitude arty, dans un appart à faire pâlir les plus grandes chineuses du monde entier.
Un cliché undeground aui ravit les modeuses? certainement, mais un cliché plutôt réussi à en juger par les photos que je poste ici non?

pamela-love-rosary-0a-1-.jpg



main_10748_1-Douglass-cuff_Sil-1-.jpg



http://www.pamelalovenyc.com/
Repost 0
30 janvier 2010 6 30 /01 /janvier /2010 18:12
i-like-copie.jpg


C'est drôle j'avais justement préparé ce montage pour succéder au post que je viens de mettre sur le dernier bouquin que j'ai lu boulimiquement hier soir.
Parce que j'anticipais la frustration possible de mes chères lectrices avides de mode  (chroniques de 2 bouquins à la suite, quelle idée!!)... Bien. Le dernier commentaire reçu le confirme apparemment...

J'en profite donc pour vous redire à toutes un énorme merci de me suivre dans mes pérégrinations mode comme dans le reste. Car ma vie n'est pas faite que de fripes, bien heureusement, et ce blog ne sera donc jamais un blog uniquement mode. Si l'attrait de la mode ne sert pas à ouvrir la curisiosité à autre chose alors il ne sert qu'à dépenser des fortunes dans du matériel, autant dire pratiquer une activité totalement absurde, en tous cas à mon sens.

Je ne vais certainement pas me faire que des amies sur ce coup là mais...J'avoue être dans une période où je préfère perdre du temps à me cultiver un peu qu'à me shooter tous les week-ends dans de nouvelles fringues. Pour autant, je vous rassure, je n'ai pas perdu ma passion vestimentaire en cours de route et je suis quand même touchée qu'on vienne ici en espérant y trouver du bon look! Vous pouvez donc continuer à le faire car il va y en avoir... et certainement dès la semaine prochaine en plus!

Avis aux amatrices donc... Non la mode n'est pas morte ici, elle se met juste sur pause de temps en temps pour le plus grand bonheur de mes neurones.

En attendant voici une petite sélection de mes derniers craquages inassouvis:

Lunettes Alexander Wang pour Linda Farrow
Sac Ray de Velvetine
Shoes Nicholas Kirkwood pour Rodarte
Teddy American College
Bague Pamela Love chez Liberty


Repost 0
Published by Laure - dans Look look
commenter cet article
30 janvier 2010 6 30 /01 /janvier /2010 15:36

 

parisis.jpg

Voilà comme on passe du rien ou tout. 100 pages pas une de plus. Mais c’est suffisant pour faire un bon livre. Il y a dans l’écriture la magie de la formule, celle qui s’impose à l’écrivain ou celle qui se travaille au fil de la plume. Jean-Marc Parisis en a le secret. Des phrases confondantes de beauté, de justesse, des formules courtes, exactes, tellement bien dites qu’elles demandent à être relues pour s’imprégner encore de leur merveille.

J’aimerais être Ava, être celle pour qui on écrit ces pages. J’aimerais être un homme pour dire l’amour avec tellement moins de sensiblerie, tellement plus d’intensité que les femmes ne parviennent souvent à le faire. Encombrant les sentiments de fioritures inutiles. J’aimerais avoir vécu cet amour si évident, si simple. J’aimerais savoir transcrire encore mieux la beauté d’un texte à des lecteurs convertis.

Le style, c’est celui qui distingue dans la vie, celui des vêtements peut-être un peu, mais surtout celui du cœur, de la pensée, des mots. Cette vertu arbitraire qui différencie les normaux des êtres d’exception, cette grâce qui donne de l’envergure au vécu comme aux histoires.

Ce style dont jouissent pleinement ici écrivain et héroïne, sans pour autant avoir besoin de s’illustrer par des miracles. Cette grandeur du vrai qui touche seulement certaines existences, celle d’un amour éternel mais pas pérenne, celle d’une écriture impeccable mais pas grandiloquente.

Je n’ai pas souvent envie de relire les livres car je n’ai pas souvent envie de faire deux fois la même chose. Il y a trop de diversité en toute chose pour ressasser. En revanche il y a suffisamment peu de qualité en trop de choses pour ne pas infliger un traitement particulier à celles qui le méritent.

Si en plus comme moi, vous avez eu la chance de suivre des cours à la Sorbonne, que vous avez traîné dans les cafés voisins, aimé le Luxembourg, admiré le Panthéon, vous trouverez une saveur toute particulière à cette rencontre estudiantine qui propulse dans une époque bénie où les conséquences n’ont pas encore infirmé ou confirmé nos motifs. Un moment où les rêves, les projections ne se sont pas encore heurtés au réel. Un lieu de passage, entre l’insouciance et la responsabilité, entre l’aspiration et l’accomplissement. Entre la vie et la mort aussi.

Un lieu, un temps que Jean-Marc Parisis nous permet de revisiter ou de découvrir à travers le rendez-vous le plus beau que donne la vie. Celui d’un amour véritable et absolu.

Repost 0
Published by Laure - dans Les mots
commenter cet article
25 janvier 2010 1 25 /01 /janvier /2010 21:23

La-rentree-litteraire-2009-Thomas-Lelu-Le-Parisien.jpg

Ca tombe peut-être le mauvais soir... Mais je sens que je ne vais pas être très gentille. Ce n’est pourtant pas dans mes habitudes mais je fonde quelques espoirs en l’écriture et quand ils sont déçus je me fâche. La raison de mon courroux : le livre de Thomas Lélu. J’avais envie de découvrir cet auteur depuis un moment car je ne voulais pas m’en tenir à l’a priori qu’un jeune homme de la hype à lunettes peut générer. Oui mais voilà… Je suis allée jusqu’au bout, au bout de son parisien, en attendant le miracle de la chute, celui de la réconciliation avec son livre. Et il n’est pas venu.

On m’avait dit qu’on lui reprochait d’avoir fait un bouquin à base de name dropping (énumération de noms). Et bien on a raison. Si je ne suis pas vraiment ce qu’on peut appeler un membre de la hype, j’en ai parfois été la spectatrice privilégiée. Ou devrais- je dire affligée. Car derrière la hype, synonyme de rumeur je le rappelle, il y a bien du soi-disant, de l’apparence, de l’infondé. C’est ainsi que je perçois à travers ce livre, un milieu que je connais de loin, dont certains acteurs me sont familiers. Et je leur en veux un peu d’avoir tant droit au chapitre, de briller dans toutes les chroniques de soirées, de voir s’ouvrir les portes des plus beaux lieux, des plus folles aventures sans jamais les honorer vraiment d’une grande histoire. Car ce qu’écrit Thomas Lélu, c’est une histoire d’amour, du genre de celles qu’on voudrait passionnées, terribles, tourmentées, incendiaires, se consumant dans des nuits parisiennes d’excès. Et à la place on a du vide, de l’inertie, du creux. Un semblant de sentiments contrariés, d’aspirations fluctuantes. Une sorte d’inadéquation qui pourrait confiner au malaise générationnel émouvant et qui s’en tient au néant du ressenti, à la passivité. Un quotidien fait de marques, de lieux branchés et d’intervenants qui ne disent rien qu’à une élite de fêtards de la capitale et qui laisseront le lecteur lambda sur sa faim. Et pourtant, je pourrais, un peu mieux que ceux qui sont si loin de cette vérité, comprendre, être interpellée. Mais je reste impassible, hermétique. Les phrases simples, le langage qui pourrait être franc car droit au cœur est inconsistant, le contexte qui pourrait être grisant est plombant. Il y a certainement de la franchise, il y a indéniablement une sincérité méritante dans cette écriture lavée de toutes fioritures. Mais…

Cet amour de trentenaire qui se délie de je t’aime en refus, ne m’accroche pas. Je ne me sens ni désabusée par procuration, ni touchée par réminiscence, ni instruite par l’expérience relatée. Je suis un peu triste de cette jeunesse dorée qui est sur le devant de la scène et qui n’en fait pas plus pour se démener sur le terrain de jeu de luxe qu’on lui donne pour s’éclater. Je suis un peu triste de cette histoire d’amour que je voudrais voir exploser, s’effondrer, s’anéantir ou au contraire se résoudre, s’épanouir et qui s’essouffle à mesure que les mots la racontent par bribes, qui s’éternise sans que l’on ne comprenne bien le but ni humain, ni littéraire.

Sur le créneau du désenchantement et de l’indécision amoureuse, quelques auteurs plus agressifs parviennent au moins à cueillir le lecteur à défaut de le régaler. Le Parisien c’est le journal d’un jeune homme qui a beaucoup et qui n’en fait pas grand-chose. Je ne connais pas l’auteur donc je ne jugerai pas de qui il est intrinsèquement. Pour avoir écrit deux bouquins, que j’ai d’ailleurs jugés trop pauvres pour tenter de les publier, je me permets simplement d’en vouloir à un jeune auteur, certainement plus talentueux que ne le laisse paraître cette œuvre, de n’exiger pas plus de lui-même, tout au moins dans ce qu’il décide de livrer aux autres.  La vie est parfois insipide mais il appartient à l’écriture de pouvoir la rendre tellement plus belle. Sans la réinventer pour autant,  mais en sachant seulement bien la dire.

Ceci étant, comme je ne suis ni critique littéraire, ni d'excellente humeur ce soir, je vous invite à vous faire votre propre idée pour que nous puissions peut-être en débattre!

Et promis demain, en bonne blogueuse de mode, j'en reviens à mes moutons.
Repost 0
Published by Laure - dans Les mots
commenter cet article

A Propos

  • : Mode Opératoire
  • Mode Opératoire
  • : Blog mode à tendance rock et à variations littéraires et musicales. Mode en séries, découverte de créateurs, vente en ligne de mes créations bijoux (INDIE), revue de must have, chroniques de bouquins et de CDs, vide-dressing...
  • Contact

  • Laure
  • Créatrice de la marque de bijoux fantaisie INDIE, basée à Paris. Passionnée de mode, de mots et de musique
  • Créatrice de la marque de bijoux fantaisie INDIE, basée à Paris. Passionnée de mode, de mots et de musique

E SHOP BIJOUX/ INDIE

Cliquez pour découvrir mes collections de bijoux sous la marque INDIE

HomePage Indie

 

Et suivez les actualités de la marque sur la page facebook:

INDIE-copie.jpg

Recherche

PINTEREST

Follow Me on Pinterest