Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
4 juin 2010 5 04 /06 /juin /2010 12:25

Demain de 9h à 18h, je vide les placards d'été avec mon amie Caroline, au moins aussi dangereuse que moi en présence de vêtements....Pour les parisiennes, on compte sur vous!! C'est dans le 15 èmee que ça se passe, au soleil, métro Emile Zola.

 

caro.jpg


 

 

 



"Que se passe-t-il quand deux filles qui travaillent dans la comm et la mode ont le placard qui déborde???? Un vide-grenier avec tout ce qui dépasse: shoes, robes, tops, jeans, access, bijoux.... Maje, Sandro, Zadig, Biba, Free Lance, Zara, Converse, Comptoir des Cotonniers, Gap.... Quasi neuf évidemment, sinon c'est pas drôle, et que des petits prix (parce que l'attachée de presse ne sait pas compter au delà de 20...) Si vous aussi vous aimez fouiller dans les cartons et jouer à la marchande sous 30 degrés le samedi, nous serons ravies de vous recevoir sur notre sublime stand demain!!! Faites passer l'info, on a un stock à faire pâlir les meilleures ventes privées de cette semaine ...."

 

au coin avenue Emile Zola et rue Violet, 75015 Paris (métro Emile Zola)
Repost 0
Published by Laure - dans Vide dressing
commenter cet article
30 mai 2010 7 30 /05 /mai /2010 13:06
roseraie-3.jpg
Vous l'avez remarqué depuis quelques temps je vous fais des séries mode en musique. Autant vous dire que pour moi la musique est indissociable de ...tout!! Si je pouvais, j'installerais des enceintes dans tout Paris pour qu'il y ait de la musique non stop (programmée par moi, hein, bien entendu...).
 
En l'occurrence le titre de cette série s'est imposé de lui-même. Entre la douceur d'une superbe roseraie suspendue sous un beau soleil parisien et la violence d'une journée qui avait plutôt mal commencé... "Guns n' Roses", c'était exactement mon état d'esprit... Prendre les armes et tout bousiller autour, régler ses comptes, sortir sa colère, flinguer les mauvaises nouvelles...Et les roses, celles dans mon salon, celles de cette jolie journée estivale, leur rouge passionné sublime, leurs épines assassines, leurs promesses...
 
 
Et merci encore à celui qui, décidément, sait me raconter en images mieux que personne.
 
assise.jpg

 

bague.jpg

 

debout-copie-1.jpg

 

 

portrait-copie-3.jpg

 

shoes-copie-3.jpg

 

allongee.jpg

 

roseraie.jpg

 

Jean H&M

Blouse et shoes Zara

Perfecto Uniqlo

Top Chloé

Bracelets perso

Montre Nixon

Bague Ela Stone

Lunettes Carrera

 

Crédit photos: Gregory Favre

 

 

bracelets.jpg

 

"And please remember that I never lied
And please remember how I felt inside now honey
You got to make it your own way
But you'll be alright now sugar
You'll feel better tomorrow
Come the morning light now baby

And don't you cry tonight,
There is a heaven above you baby

And don't you cry"

 

 

Repost 0
Published by Laure - dans Mode en série
commenter cet article
25 mai 2010 2 25 /05 /mai /2010 22:56

JOHN & JEHN / TIME FOR THE DEVIL

 

 

Certains cds méritent plusieurs écoutes pour être appréciés à leur juste valeur. D’autres agissent en 3 notes. C’est le cas du génial  Time of the Devil de John & Jehn. Diabolique oui, car il a ce je-ne-sais quoi de délicieusement décadent, de sombre et d’envoûtant. Sur la pochette on parle de cold wave revisitée. Ca accroche le regard et ca titille les oreilles surtout. Et de fait, je ne vais pas y aller avec le dos de la cuillère car quand j’aime, je n’aime pas à moitié : John & Jehn, c’est ce que j’ai entendu de mieux en matière de cold wave depuis Depeche Mode, The Cure ou Joy Division ( hormis Interpol il faut le dire quand même…). La première réflexion que ça m’inspire c’est qu’il n’y a finalement pas grand-chose de plus « chaud » que la cold wave… Le titre Time for the Devil c’est un peu comme Lullaby ou Policy of truth, ça donnerait bien des idées qui n’ont rien de frigorifiques… L’alternance d’une voix masculine grave et sulfureuse avec son pendant féminin a le goût de la supplication, la saveur d’une caresse au fouet. C’est tonique mais enveloppant à la fois.

Et la vraie réussite c’est qu’il ne s’agit pas d’une cold wave d’époque, mais d’une nouvelle version de ce son si symptomatique d’un rock dark et nerveux à la fois. Une excellente découverte donc que je recommande chaudement. J’en profite pour remercier les bornes d’écoute de la Fnac, une invention maligne pour découvrir autre chose que les disques de tête de gondole, qui, soit dit en passant, ne sont pas nécessairement les meilleurs.

 

THE IRREPRESSIBLES / MIRROR MIRROR

 

Le problème d’Anthony & the Johnsons, c’est qu’à moins de pratiquer le suicide en chambre, c’est tout de même un peu déprimant, surtout si consommé à outrance... Dans la même veine, romantico-barrée, The Irrepressibles c’est donc la possibilité de se régaler d’une voix aux accents lyriques exaltants, d’une symphonie moderne sur fond de piano lamento tout en profitnt d’une énergie à la Queen. C’est bigarré comme un bon Arcade Fire, inclassable, ba-rock. Je me demande toujours comment on peut créer des morceaux tous différents les uns des autres à l’infini… Et je me demande surtout comment on peut inventer un nouveau genre musical à part entière…

Avec Mirror Mirror, c’est mission super accomplie, ça ne ressemble à rien, même si ça rappelle pas mal de choses. C’est habité, c’est un tourbillon de sensations, du spleen à l’euphorie, c’est un peu schyzo mais c’est certainement très intime. Pas besoin de voir la pochette de l’album, ni la tête du chanteur Jamie McDermott pour comprendre ce qui se trame derrière... Il suffit de se laisser imprégner par les notes et ainsi découvrir une personnalité ambivalente, une histoire un peu folle, une aventure musicale qui doit certainement mériter le détour de la scène. Poétique, turbulent, folko classique, cet album est surprenant, c’est un voyage qui finalement est plus fait pour se vivre que s’expliquer…

Repost 0
Published by Laure - dans Décibels
commenter cet article
24 mai 2010 1 24 /05 /mai /2010 20:01

 chapeau.jpg

 

Un ange passe...Dans le ciel bleu de Paris ce week-end. Dans ma vie sans préavis. Dans le temps d'un silence délicieux sous les arbres d'un jardin.

On dit que le bonheur ne se délaie pas en mots. Vous comprendrez donc pourquoi je ne m'éternise pas. Car là je vais tout simplement bien je crois.

 

 

 

 

 

debout.jpg

 

 

jupe.jpg

 

 

portrait-copie-2.jpg

 

 

shoes-copie-2.jpg

 

 

debout-2-copie-1.jpg

 

Robe Et Vous

Shoes Tatoosh sur Sarenza.com

Chapeau perso

Bagues etsy

Montre Zadig & Voltaire

Bracelets Maria Rudman

 

pieds-copie-1.jpg

Repost 0
Published by Laure - dans Mode en série
commenter cet article
17 mai 2010 1 17 /05 /mai /2010 21:07

Toujours entre deux. Vous vous souvenez... Entre le rock noir et sombre, et la pop lumineuse et rieuse. En deux looks, voilà un bon résumé de la situation. Ces temps-ci je suis un oiseau de nuit qui aime entendre résonner le son des guitares autant que s'abandonner bêtement aux beats de la fête. J'ai décidé de ne pas choisir... pour être sûre de ne rater aucun des plaisirs de ces deux univers.

Avec mon casque et les B 52's à fond pour faire le ménage après un week-end dévastateur pour mon appartement ou au balcon à glaner quelques rayons de soleil en écoutant John& Jehn, je suis intimement libre... Et je pense n'avoir jamais autant aimé avoir bientôt trente ans + toutes les promesses qui vont avec. C'était la minute bonheur du soir. Il en faut une de temps en temps quand même.

 

 

look-black-copie.jpg

PERFECTO CURRENT ELLIOTT

JUPE ZAC POSEN

SHOES ALEXANDER MCQUEEN

 

 

look-charleston-copie.jpg

 

 

 

 

 

SOUTIEN GORGE KIKI DE MONTPARNASSE

JUPE JASON WU

SHOES RAPHAEL YOUNG

BRACELETS LEE ANGEL

Repost 0
Published by Laure - dans Look look
commenter cet article
16 mai 2010 7 16 /05 /mai /2010 22:04

Non je ne suis pas en dépôt de bilan, non le blog n'est pas fermé... Mais en ce week-end d'ascension j'ai opté pour une vie réelle plus que virtuelle. Et disons que la fête a pris le dessus sur l'écriture en l'occurrence. Du coup je reviens très bientôt avec de nouvelles découvertes musicales, des looks (si si promis, Top Shop a encore opéré un miracle...) et d'autres petites nouveautés pour vous.

 

I'll be back!!!!!!!!!!!

Repost 0
Published by Laure - dans Au programme
commenter cet article
9 mai 2010 7 09 /05 /mai /2010 16:53

Comme on me le faisait très justement remarquer hier, ce blog est progressivement devenu cohérent. En images, en ton, en contenu. Tant mieux.

C'est pour ça qu'aujourd'hui, j'ai décidé de faire un article spécial "bordel" sans aucune logique ni homogénéité car l'ordre c'est bien, mais la liberté c'est mieux!

 

Alors en ce moment, je suis madame arc en ciel, partout où je vais, j'en croise un. Comme je suis du genre à considérer qu'une étoile filante c'est le comble du bonheur sur cette terre, j'avoue que l'arc en ciel qui pointe son nez juste en face de ma fenêtre, je prends ça comme un signe ultime du divin pour me donner le sourire...

J'ai pris cette photo il y a quelques jours, elle reflète exactement mon état d'esprit actuel, entre grisaille passagère toujours dominée par des éclaircies et quelques éclats de merveilleux....

 

arc-en-ciel.jpg

 

 

Ensuite. Voilà ce que j'ai à dire:

 

- J'ai pas aimé Bagatelle, trop "poshy pute", en tous cas quand j'y suis allée. Je me suis sentie relativement vieille chez Moune où j'ai considéré que le samedi soir devait être laissé aux "jeunes", à leur parade de looks tout à fait sophistiqués, à ceux qui tolèrent qu'un "videur" leur parle comme de la merde sous prétexte que vous n'êtes pas sur la fameuse "LISTE". Moi-même y étant par l'opération du Saint Esprit, j'ai quand même eu envie de mettre une droite au jeune homme pas très arrangeant qui nous a accueillis. J'ai découvert le Madam et le plaisir, assez solitaire dans un premier temps il faut bien le dire, d'un petit Cure sur le dancefloor. Et je reste toujours accro à mon Bus, sa bonne humeur communicative, son sens de la fête bon enfant et j'envisage de prendre un abonnement prochainement étant donné mon assiduité irréprochable. Big up toujours à Rosa Bonheur (en semaine hein, sinon il faut aimer le risque...) et à ses tablées de copines avec une petite bière à debriefer de nos folles aventures.

 

R271528823198180_2.jpg

 

Photo de la série Décadanse de Carine Roitfeld/ Vogue / Mai 2010

 

 

 

- Je voudrais réhabiliter le slow dans les établissements de nuit. Oui c'est comme ça. Qui n'a jamais dansé sur Still Loving you dans les années 80 en boum ne peut pas comprendre ma quête éperdue... Précisément je propose d'épouser celui qui m'invitera à une Décadanse. Avis aux connaisseurs.

 

julianne-moore.jpg

 

- Je m'interroge sur le problème de la rousseur.... Et vraisemblablement je ne suis pas la seule. Etant donné que je suis amoureuse de Julianne Moore , je ne voyais pas bien le problème. Jusqu'à ce que je découvre (à cause d'un besoin irrépressible de repos vendredi soir), l'émission l'Amour est aveugle et Julien, rouquin de son état, qui semblait penser que la discrimination amoureuse dont il faisait preuve était relative à sa rouquinitude. Je dirais que, une gueulante plus tard et deux trois complaintes autour de sa vie trépidante d'ingénieur informatique, la réponse paraissait pourtant claire. Même aveugle, le problème de Julien n'est pas d'être roux, c'est d'être chiant. Tome 2 de mes considérations sur le sujet, le visionnage du clip de Romain Gavras pour M.I.A sur l'excellent blog de mon collègue www.urban-magazine.fr. Comme à son habitude Gavras a le génie de la violence au bout de la caméra. Et si de fait je reste sceptique sur le bien fondé d'une telle agressivité gratuite, je lui reconnais le talent de l'audace du sujet de la discrimination et de la tyrannie, traitée métaphoriquement par le biais des roux et je salue sa faculté à tenir en haleine son spectateur.

 

christian_louboutin_louis-spikes-black.jpg

Sneakers Christian Louboutin

 

 

 

- je veux ces chaussures. Parce que mode des clous ou pas, j'entretiens avec le métal une relation de prédisposition innée qui n'a pas l'air de vouloir passer. (Pardon à tous ceux qui tentent en vain de me dissuader d'acheter encore des clous).

 

- j'ai décidé que comme le bonheur était une donnée assez aléatoire si on s'en tenait au hasard, j'allais m'en mêler. J'ai donc entrepris depuis quelques jours une grande croisade de la "magie quotidienne", qui consiste à semer un peu de plaisir ou de surprises dans la vie de ceux qui m'entourent. A défaut de voir du rêve tomber du ciel, j'essaye au moins de créer quelques petits moments d'intensité dans ma vie et tant qu'à faire, de partager un peu... A conseiller autour de vous.

 

- j'aime mes amis. Profondément. Car je partage avec eux des moments de vrai kiff. Entre celui qui me prend dans ses bras devant un film le dimanche parce que je me sens un peu seule, celles qui m'inondent de textos pour prendre des nouvelles, ceux avec qui on improvise une bouffe, celle qui m'accompagne dans mes longues nuits festives, celle qui me fait rire à pleurer avec le récit de ses aventures... Je les aime tous. Et comme je ne leur dis pas assez, c'était l'occasion. Désolée pour cette bouffée d'amour incontrôlable.

 

 

 

- j'adore l'album de Cocoon, My friends all died in a plane crash, acheté 9 euros récemment, ce qui est un tout petit prix pour du bonheur quand même. Il me berce, il me donne des envies de ukulélé et également quelques idées de doux moments. Particulièrement ce morceau, excellent pendant de Chupee qui agit plutôt sur le sourire lui!

 

Pour le reste je tiens à préciser que la mode revient très prochainement ici en clichés. Promis.

Repost 0
Published by Laure - dans Au programme
commenter cet article
4 mai 2010 2 04 /05 /mai /2010 23:12
Il y a déjà presque deux mois (pardon Sandrine...), j'ai eu le plaisir de rencontrer la jolie créatrice de la marque Melle San, les fameux headbands ou bijoux de tête (comme elle a d'ailleurs raison de préciser), que vous connaissez toutes puisque c'est la blogo qui l'a principalement révélée....
 
En toute simplicité, nous avons filmé ses réponses à mes quelques questions pour en savoir plus sur celle qui se cache derrière cette marque aux accents folko'rock qui parlent tant à mon coeur!
 
Et comme je n'ai pas seulement la chance de bénéficier des services d'un excellent photographe, mon cher frère a eu la gentillesse de faire de ces quelques images amateures (tournées grâce à son cadeau de Noël d'ailleurs!!), un montage qui tient la route, bien plus que ne le laissaient présager mes qualités de réal...
 
J'ai également la chance de compter parmi mes amis, un excellent musicien (SPA) qui a fait fi de ses royalties, en autorisant la diffusion d'un petit accompagnement musical de son cru, tout à fait approprié avec l'univers onirique et un peu ténébreux de Melle San.
 
J'en profite donc pour saluer toutes les bonnes grâces qui m'entourent régulièrement dans ce projet de blog et leur dire que je n'ai pas fini de les em...der!!!
Repost 0
3 mai 2010 1 03 /05 /mai /2010 23:10

08_main-1-.jpg

C’est de la faute de cette fille là précisément. Tout est de sa faute d’ailleurs. Les slims, les cuissardes qui font trembler les jeunes filles voluptueuses de toutes leurs belles formes. Le rock, les festivals, c’est elle. Satanée Kate. Avec son Pete déchiré au bras, à Glastonbury, les pieds dans la boue, une bouteille de bière à la main. C’est elle la renaissance du rock médiatisé, c’est elle la fin du rock pour initiés. Une génération entière, la mienne, celle des trentenaires a puisé dans l’imagerie iconique de ce cliché légendaire, une soif de rébellion modeuse qui a plus le diable au corps que le diable au cœur. De Paris à Londres, de New York à Milan, on a vu partout les perfectos, les bottes à clous, les croix, les têtes de mort ressurgirent. Des fashionistas qui portent des tee shirts the Ramones sans avoir jamais écouté une seule chanson, des filles de bonnes familles qui s’encanaillent avec des baby rockers tatoués. Le rock n’a jamais eu le vent plus en poupe que depuis ces dernières années. Et pourtant, est-ce que les NAAST, est ce que les Plasticines, est ce que les BB Brunes, ceux dont on dit que c’est la relève du rock français, ont vraiment ressuscité l’enfer du rock’n roll ?

  Elvis_Presley-1-.jpg

Le rock’n roll a survécu à tout : l’empreinte du jazz qui vit sa naissance officieuse dans les années 30, la touche country de mythes comme Elvis Presley dans les années 50, le blues et le folk insufflés par les Rolling Stones ou les Beatles dans les années 60, le mouvement hippie avec Jimi Hendrix dans les années 70, le hard rock porté par Led Zeppelin ou Aerosmith, le punk façon Sex Pistols ou The Clash, la cold wave, la new wave de Joy Division à Depeche Mode, le grunge de Nirvana, jusqu’à l’électro de Justice…. Chacun a marqué l’histoire du rock à sa manière, ajoutant une pierre à l’édifice inébranlable de ce style musical. Caractérisé par ses guitares électriques, basses et batterie, par une énergie décapante, un style vestimentaire décalé, relativement marginal, le rock est polymorphe. Aussi pluriel que riche. On ne compte plus tous les groupes en « The » nés Outre Manche cette dernière décennie, tous plutôt inspirés par une esthétique dandy, finalement assez paradoxale avec la culture populaire du rock originel.

 

jd-1-.jpg

La puissance du rock c’est son rythme normalement binaire, la donnée majeure qui le caractérise. Au départ le rock était fait pour danser, imprégné du blues de la musique afro-américaine dont il est né. Le rock c’est la musique du diable, un tempo qui a été pensé pour exciter les foules, un mot né de la reprise d’une expression d’argot signifiant « faire l’amour ». L’Amérique tentera très tôt de tuer cette musique machiavélique qui pousse ses enfants à la rébellion et à la débauche. On voit alors éclore la surf music sur la Côte Ouest et le garage rock au Nord des USA. Nul besoin de vous expliquer le pourquoi du comment de ces tendances… La géographie culturelle parle d’elle-même…

7964-metallica-photo-1-.jpg

Bob Dylan sort le rock de son carcan  consensuel où l’on a voulu l’étouffer et redonne du sens aux paroles. Souvent emblématiques d’un vent de révolte contre les guerres menées par les gouvernements en place. On comprend mieux pourquoi des années plus tard, des groupes comme Guns n’ Roses et son Civil War ou Metallica et son One, deviennent les hymnes de leur génération rock. On touche à un héritage sacré et ontologique du rock’n roll. Le glam rock de Bowie ou T Rex, remet un peu d’édulcorant dans les années 70 alors que s’éteignent les monstres sacrés Janis Joplin ou Jim Morrisson, sacrifiés prématurément sur l’autel d’une vie d’excès, finalement tellement cohérente avec leur musique. The New York Dolls, Patti Smith font émerger dans leur sillage punk des groupes tels que les Red Hot Chili Peppers, les Pixies ou Faith No More. Petit à petit l’essence du rock se déverse principalement dans le courant métal laissant aux autres une folk plus accessible, plus conciliante. Il reste encore ensuite de grands groupes comme Smashing Pumpkins à ses heures, Sonic Youth le plus punk des résistants, le merveilleux Radiohead ou les ténébreux Alice In Chains.

Puis se pointent Oasis ou Linkin Park, qui agitent le même étendard et là on crie à l’arnaque. Je ne parle que de la partie immergée de l’iceberg, évidemment d’autres petits groupes moins exposés valent le détour.

 

the-dead-weather-1-.jpg

Mais dans le fond est-ce que la révolte est encore là ? Est-ce que la violence suinte vraiment dans ce rock troisième millénaire ? Est-ce qu’il y a de l’ardeur au-delà du style ? Qu’est ce que le rock conteste aujourd’hui ? Qu’est-ce qu’il dénonce ? Il véhicule surtout une esthétique encore un peu marginale quand elle est poussée à son extrême, il défoule les teenages dans des salles de concert, il fait vendre beaucoup beaucoup de costumes très chers chez The Kooples. On fait renaître le Gibus, on remet le Bus Palladium sur les rails. Je suis la première à m’en réjouir. A me sentir dans mon élément dans cet univers chargé de l’histoire d’un autre temps, d’une autre époque. A vibrer à nouveau quand je vois une scène de rock qui s’illumine et fait rugir ses guitares. A aimer avoir trop chaud au contact de ma génération qui s’agite férocement. A écouter en boucle l’excellent album de The Dead Weather qui est exactement la réconciliation de tout ce que le rock a compté de nouveaux bons groupes ces dernières années, des Whites Stripes à Queens of the Stone Age en passant par The Kills. Je ne serais pas non plus la dernière à acheter mes places pour Rock en Seine. Ni celle qui crachera sur un bon vieux cuir ou une chemise en jean usée….

Mais je serais volontiers la première à prendre mon ticket pour un voyage dans le temps des années 50 et du rockabilly… Histoire d’aller vivre ce que c’était le rock. Pour de bon.

Repost 0
Published by Laure - dans Décibels
commenter cet article
25 avril 2010 7 25 /04 /avril /2010 15:08

greg---moi.jpg

 

Sans lui il n'y aurait pas de blog depuis un an, pas de photos, pas d'âme, il n'y aurait donc pas vous non plus... Cette drôle d'aventure qui, elle, a déjà deux ans et à laquelle il a donné tout son sens depuis un an que nous partageons ce blog et tellement plus de choses...

 

Au passage une petite sélection des photos que j'avais finalement choisi de ne pas publier tout au long de l'année écoulée mais qui marquent finalement pour nous les étapes de nombreux moments de complicité...

Alors donnons-leur une chance quand même pour l'occasion!!

 

meltin-pot-final-copie.jpg

 

Repost 0

A Propos

  • : Mode Opératoire
  • Mode Opératoire
  • : Blog mode à tendance rock et à variations littéraires et musicales. Mode en séries, découverte de créateurs, vente en ligne de mes créations bijoux (INDIE), revue de must have, chroniques de bouquins et de CDs, vide-dressing...
  • Contact

  • Laure
  • Créatrice de la marque de bijoux fantaisie INDIE, basée à Paris. Passionnée de mode, de mots et de musique
  • Créatrice de la marque de bijoux fantaisie INDIE, basée à Paris. Passionnée de mode, de mots et de musique

E SHOP BIJOUX/ INDIE

Cliquez pour découvrir mes collections de bijoux sous la marque INDIE

HomePage Indie

 

Et suivez les actualités de la marque sur la page facebook:

INDIE-copie.jpg

Recherche

PINTEREST

Follow Me on Pinterest