Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 février 2010 2 23 /02 /février /2010 20:36

UN-20L-1.GIF

J’aime les hommes. C’est un fait.  D’autant plus ceux qui savent écrire. Disons que je souffre de déformation « professionnelle » probablement...

C’est certainement pour ça que j’ai aimé lire ce roman succinct, percutant et direct de Nicolas Rey. Car il n’y a qu’un homme pour ne pas se laisser tenter par toute la sensiblerie littéraire que génèrent les épreuves d’une vie retranscrite.

C’est certainement pour ça aussi qu’en refermant Un léger passage à vide, j’aurais bien proposé à Nicolas Rey de m’épouser… Histoire de me la jouer sauveuse d’homme en détresse. C’est joli, quoiqu’on en dise, un romantique qui se bouffe de la brutalité dans son minois pas trop lisse. Parce que ça libère des sentiments purs, toute cette violence qu’on s’impose parfois... C’est triste aussi un peu, il faut bien le reconnaître.

J’avoue je suis du genre à aimer un peu trop les tourmentés…Dans mon top 7, il y aurait Serge Gainsbourg, Sean Penn, Benjamin Biolay, Yvan Attal, Joaquin Phoenix, Vincent Gallo et David Lynch. Belle brochette de déglingués en somme … Et je dois bien reconnaître que si j’avais croisé pour de bon la vie amoureuse de tous ces hommes, je serais certainement moi-même internée à l’heure qu’il est ! J’aurais parfois préféré rêver d’un banquier blondinet en cravate et costard gris. Je suis plutôt du genre artiste passionné, écorché vif en pleine rédemption, désinvolte sensiblo-marginal… que du lourd ! C’est agaçant de se sentir ainsi investie de missions amoureuses périlleuses tout de même. Mais c’est aussi plus fort je crois … Bref, je m’égare.

Nicolas Rey donc, est un alcoolique en rémission, un camé en sevrage, un père célibataire et un amoureux désoeuvré. Ca fait déjà pas mal au compteur. En tous cas c’est ce qu’il voudrait nous faire croire. Car  je pense que c’est aussi un auteur talentueux. Un homme au cynisme revigorant, à la subtilité attachante, une sorte de kamikaze désespéré qui a le courage de ses démons comme de ses principes.

Pour son fils, et certainement aussi pour celle qui ne veut plus être sa femme, Nicolas décide, seul, de se désolidariser de ses vices. Sans pathos inutile et prévisible, sans morale ni scrupules encombrants, il décrit quelques épisodes marquants de ce qui est une page tournée sur 20 ans de vie d’excès. Autant dire une page tournée sur soi.

On lui a reproché de survoler le sujet de l’alcoolisme, de donner un livre un peu trop décousu, un peu trop elliptique. Je pense qu’il y a une forme de pudeur et de sobriété dans cette approche certes lacunaire du problème. Finalement j’aime assez ne pas avoir tous les menus détails d’une desintox, tout le mélo complaisant d’une démarche déjà suffisamment égocentrique qui consiste à détailler l’intimité de ses failles. J’aime assez qu’on me laisse imaginer les entre-deux, les non-dits pour ne livrer que l’essentiel. L’amour qui se fait la malle, le quotidien qui devient moins romanesque, la réalité plus sourde, moins grandiloquente qu’un alcoolique affronte quand il dit décide de dire adieu à sa bouteille.

On comprend bien Marion sa femme, qui l’abandonne à ce tourbillon que rien ne semblerait jamais pouvoir  essouffler. On la déteste pourtant d’employer des mots apparemment anodins, qui se meuvent en véritables armes de destruction massive face aux espoirs refoulés de Nicolas. On comprend la peur de devenir père, surtout quand on craint à juste titre de ne pas être le meilleur exemple qui existe en la matière. On admire le courage et l’abnégation qui mènent au deuil d’une vie débauchée (donc souvent délicieuse) pour tenter d’y parvenir.

Il faut certainement, comme Nicolas, avoir entendu le rire insouciant d’un enfant de son sang, pour savoir qu’il l’emportera  indéniablement sur tout le reste. Il faut certainement avoir cramé sa vie par tous les bouts, pour savoir que cette insouciance partagée n’a pas de prix.

L’éditeur Au Diable Vauvert m’a rarement déçue. Publiant toujours des ouvrages vraiment contemporains, des plumes au vitriol. C’est ainsi que j’avais découvert Nicolas Rey, à cause d’un titre désabusé et d’une couverture sombre sur un coin de table, il y a plusieurs années de cela  à la Foire de Frankfort. C’est ainsi que je continue d’aimer Nicolas Rey, avec un livre bien emballé et un titre très ironique.

Et Nicolas j’irais bien lui dire que pour de vrai, tout ça n’était effectivement qu’ un léger passage à vide….

Partager cet article

Repost 0
Published by Laure - dans Les mots
commenter cet article

commentaires

Diane 24/02/2010 22:35


J'y songerai... si j'arrive à braver ma timidité !


Diane 24/02/2010 20:32


J'aime beaucoup Nicolas Rey ... mais aussi les hommes tourmentés même si je me soigne. Je n'ai pas encore lu celui-ci mais ça ne saurait tarder.

Si tu as vraiment envie de lui faire une demande en mariage je peux te donner son adresse, on vit dans la même rue et je le croise très souvent :-)


Laure 24/02/2010 21:53


Pour tout te dire, j'ai son adresse perso...Mais si tu le croises tu peux toujours lui dire de venir jeter un oeil à l'effet qu'il m'a fait sur ce blog!!


my oneshot styles 24/02/2010 13:03


merci pour ton avis, je suis assez tentée de le lire..


Laure 24/02/2010 21:50


Ah tu me diras ce que tu en as pensé alors!


Natacha 23/02/2010 22:30


Très bel article ! Même si je n'ai pas les mêmes goûts en matière d'hommes que toi... ;) Bisou


Laure 24/02/2010 21:49


Et heureusement sinon on serait toutes mal barrées!!


A Propos

  • : Mode Opératoire
  • Mode Opératoire
  • : Blog mode à tendance rock et à variations littéraires et musicales. Mode en séries, découverte de créateurs, vente en ligne de mes créations bijoux (INDIE), revue de must have, chroniques de bouquins et de CDs, vide-dressing...
  • Contact

  • Laure
  • Créatrice de la marque de bijoux fantaisie INDIE, basée à Paris. Passionnée de mode, de mots et de musique
  • Créatrice de la marque de bijoux fantaisie INDIE, basée à Paris. Passionnée de mode, de mots et de musique

E SHOP BIJOUX/ INDIE

Cliquez pour découvrir mes collections de bijoux sous la marque INDIE

HomePage Indie

 

Et suivez les actualités de la marque sur la page facebook:

INDIE-copie.jpg

Recherche

PINTEREST

Follow Me on Pinterest