Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 mai 2010 1 03 /05 /mai /2010 23:10

08_main-1-.jpg

C’est de la faute de cette fille là précisément. Tout est de sa faute d’ailleurs. Les slims, les cuissardes qui font trembler les jeunes filles voluptueuses de toutes leurs belles formes. Le rock, les festivals, c’est elle. Satanée Kate. Avec son Pete déchiré au bras, à Glastonbury, les pieds dans la boue, une bouteille de bière à la main. C’est elle la renaissance du rock médiatisé, c’est elle la fin du rock pour initiés. Une génération entière, la mienne, celle des trentenaires a puisé dans l’imagerie iconique de ce cliché légendaire, une soif de rébellion modeuse qui a plus le diable au corps que le diable au cœur. De Paris à Londres, de New York à Milan, on a vu partout les perfectos, les bottes à clous, les croix, les têtes de mort ressurgirent. Des fashionistas qui portent des tee shirts the Ramones sans avoir jamais écouté une seule chanson, des filles de bonnes familles qui s’encanaillent avec des baby rockers tatoués. Le rock n’a jamais eu le vent plus en poupe que depuis ces dernières années. Et pourtant, est-ce que les NAAST, est ce que les Plasticines, est ce que les BB Brunes, ceux dont on dit que c’est la relève du rock français, ont vraiment ressuscité l’enfer du rock’n roll ?

  Elvis_Presley-1-.jpg

Le rock’n roll a survécu à tout : l’empreinte du jazz qui vit sa naissance officieuse dans les années 30, la touche country de mythes comme Elvis Presley dans les années 50, le blues et le folk insufflés par les Rolling Stones ou les Beatles dans les années 60, le mouvement hippie avec Jimi Hendrix dans les années 70, le hard rock porté par Led Zeppelin ou Aerosmith, le punk façon Sex Pistols ou The Clash, la cold wave, la new wave de Joy Division à Depeche Mode, le grunge de Nirvana, jusqu’à l’électro de Justice…. Chacun a marqué l’histoire du rock à sa manière, ajoutant une pierre à l’édifice inébranlable de ce style musical. Caractérisé par ses guitares électriques, basses et batterie, par une énergie décapante, un style vestimentaire décalé, relativement marginal, le rock est polymorphe. Aussi pluriel que riche. On ne compte plus tous les groupes en « The » nés Outre Manche cette dernière décennie, tous plutôt inspirés par une esthétique dandy, finalement assez paradoxale avec la culture populaire du rock originel.

 

jd-1-.jpg

La puissance du rock c’est son rythme normalement binaire, la donnée majeure qui le caractérise. Au départ le rock était fait pour danser, imprégné du blues de la musique afro-américaine dont il est né. Le rock c’est la musique du diable, un tempo qui a été pensé pour exciter les foules, un mot né de la reprise d’une expression d’argot signifiant « faire l’amour ». L’Amérique tentera très tôt de tuer cette musique machiavélique qui pousse ses enfants à la rébellion et à la débauche. On voit alors éclore la surf music sur la Côte Ouest et le garage rock au Nord des USA. Nul besoin de vous expliquer le pourquoi du comment de ces tendances… La géographie culturelle parle d’elle-même…

7964-metallica-photo-1-.jpg

Bob Dylan sort le rock de son carcan  consensuel où l’on a voulu l’étouffer et redonne du sens aux paroles. Souvent emblématiques d’un vent de révolte contre les guerres menées par les gouvernements en place. On comprend mieux pourquoi des années plus tard, des groupes comme Guns n’ Roses et son Civil War ou Metallica et son One, deviennent les hymnes de leur génération rock. On touche à un héritage sacré et ontologique du rock’n roll. Le glam rock de Bowie ou T Rex, remet un peu d’édulcorant dans les années 70 alors que s’éteignent les monstres sacrés Janis Joplin ou Jim Morrisson, sacrifiés prématurément sur l’autel d’une vie d’excès, finalement tellement cohérente avec leur musique. The New York Dolls, Patti Smith font émerger dans leur sillage punk des groupes tels que les Red Hot Chili Peppers, les Pixies ou Faith No More. Petit à petit l’essence du rock se déverse principalement dans le courant métal laissant aux autres une folk plus accessible, plus conciliante. Il reste encore ensuite de grands groupes comme Smashing Pumpkins à ses heures, Sonic Youth le plus punk des résistants, le merveilleux Radiohead ou les ténébreux Alice In Chains.

Puis se pointent Oasis ou Linkin Park, qui agitent le même étendard et là on crie à l’arnaque. Je ne parle que de la partie immergée de l’iceberg, évidemment d’autres petits groupes moins exposés valent le détour.

 

the-dead-weather-1-.jpg

Mais dans le fond est-ce que la révolte est encore là ? Est-ce que la violence suinte vraiment dans ce rock troisième millénaire ? Est-ce qu’il y a de l’ardeur au-delà du style ? Qu’est ce que le rock conteste aujourd’hui ? Qu’est-ce qu’il dénonce ? Il véhicule surtout une esthétique encore un peu marginale quand elle est poussée à son extrême, il défoule les teenages dans des salles de concert, il fait vendre beaucoup beaucoup de costumes très chers chez The Kooples. On fait renaître le Gibus, on remet le Bus Palladium sur les rails. Je suis la première à m’en réjouir. A me sentir dans mon élément dans cet univers chargé de l’histoire d’un autre temps, d’une autre époque. A vibrer à nouveau quand je vois une scène de rock qui s’illumine et fait rugir ses guitares. A aimer avoir trop chaud au contact de ma génération qui s’agite férocement. A écouter en boucle l’excellent album de The Dead Weather qui est exactement la réconciliation de tout ce que le rock a compté de nouveaux bons groupes ces dernières années, des Whites Stripes à Queens of the Stone Age en passant par The Kills. Je ne serais pas non plus la dernière à acheter mes places pour Rock en Seine. Ni celle qui crachera sur un bon vieux cuir ou une chemise en jean usée….

Mais je serais volontiers la première à prendre mon ticket pour un voyage dans le temps des années 50 et du rockabilly… Histoire d’aller vivre ce que c’était le rock. Pour de bon.

Partager cet article

Repost 0
Published by Laure - dans Décibels
commenter cet article

commentaires

Haier 14/09/2010 17:20


Salut toi,
excellent article je dois le souligner,à chacun de voir et de sentir la Zik, le reste n'a guère d importance
au plaisir
Haier


Laure 14/09/2010 17:44



On est d'accord sur l'importance du "feeling"! 


Merci pour ton comment!!



a-year-in-treforest.over-blog.com 13/09/2010 14:16


Article tres interressant. Personnellement, je déplore l'aparition du rock médiatique. rien ne vaut les groupes locaux qui ont du talents et de la sueur à donner plutot que des slimards fashion
statiques et mous. Le rock n'est peut-etre que la concretisation de nos pulsions instinctives, mais quoi que ce soit, c'est plus addictif qu'une drogue.


Laure 14/09/2010 17:45



Bienvenu parmi les drogués alors !!


Merci pour ton commentaire



AutoMato 13/09/2010 13:57


De rien Laure. Je n'ai pas pu m'empêcher de faire le rapprochement entre vos textes, vos photos, et ce que l'on peut lire sur le site de l'éditeur à ce sujet.

http://www.moisson-rouge.fr/moicommeleschiens/alan/

http://www.moisson-rouge.fr/moicommeleschiens/extraits/

comme j'ai lu vos chroniques de livres, j'ai pensé que ça pourrait vous intéresser.
bien sûr nous en parlerons avec plaisir.

Félicitations pour vos magnifiques "shootings".


Laure 14/09/2010 17:45



Merci beaucoup... Hâte de découvrir ce livre que je chroniquerai certainement!



AutoMato 10/09/2010 11:32


Bravo pour votre beau reportage. A signaler la parution à la fin du mois du roman de votre génération rock : Moi comme les chiens d'une jeune auteur, Sophie Di Ricci. Je l'ai demandé à l'éditeur
pour le chroniquer sur mon blog. Selon ce que j'ai entendu dire, c'est le premier livre qui parle vraiment d'un jeune "rock" des années fin 2000.
Bonne continuation.


Laure 12/09/2010 01:33



merci pour cette info!! j'adore qu'on attire mon attention sur ce genre de choses, je le lirai également et nous en parlerons avec plaisir si tu veux!



Peace & Cake 02/09/2010 00:47


J'adore ton article , bien cerné t'as tous compris :) !!


Laure 03/09/2010 00:24



Merci, contente qu'il t'ait plu!



le-blog-de-lady-marlene.over-blog.com 15/08/2010 00:43


De la faute de kate ? je pense que c'est oublier aisément qu'avant Kate, il y a eu Marianne, Anita, Caroline, Zouzou....toutes ces groupies de groupes de rock sans lesquelles Kate n'aurait jamais
existé.
Je porte des tee shirts avec la langue et je suis une vraie fan. Le rock and roll ne meurt jamais...et même s'ils "étaient jeunes, beaux et stupides et que maintenant, ils ne sont plus que
stupides", les Rolling Stones tournent encore !
Bisous et merci pour cet excellent article !


Milou 16/05/2010 22:45


De rien! ;)
Peut être te croiserai je dans un bureau de presse! Puisque je parcours les bureaux de presse mode pour mes stages! :D :)


PS: par contre éviter le gateau avec des OREO à 8€ et des brouettes, il est un peu cher pour la petitesse de la part.
Je te conseille plutôt un milkshake ;)
Mais prend un big mama d'hamburger ils sont giga bons!! ;)

Merci pour la marque des chaussures mais j'avais trouvé plus loin la réponse au final ;)


SKinbyrd 16/05/2010 17:12


Au lieu de te plaindre, vas faire un tour du côté du milieu oi!, rockabilly ou encore psycho.
Parce que c'est sur que quand on est un petit groupe de rock du 16ème et ben, on a pas grand chose à revendiquer...


Laure 16/05/2010 22:12



Ah voilà une réponse qui sent bon le rock'n roll!! On est d'accord sur la revendication et sur le reste vraisemblablement, alors pourquoi ai-je cette étrange impression qu'il y a beaucoup
d'agressivité dans ta réponse??? Merci pour tes conseils et ton commentaire.



Milou 15/05/2010 17:54


Hmm le rock est mort quand on voit que les médias considèrent Britney comme rock ou Miley Cyris.
Elvis presley doit en pleurer de deséspoir...

MAIS, si tu aimes l'esprit 50's je te conseille vivement happydaysdinner à paris près de st michel. Ils ont près de 5000 musiques rock que tu pourras écouter en mangeant un hamburger et des
milkshakes fait maison! ;)


ps: petite question mais d'ou viennent ces ravissantes chaussures que tu as sur la bannière de ton blog? :)


Laure 16/05/2010 22:10



Voilà un bon plan comme je les aime!! Merci!! Les shoes sont les Chloë Sevigny pour Opening Ceremony



spearoo 06/05/2010 22:37


En lisant ton article, je "lisais" en chanson rock, j'entendais la musique s'intensifier au fur et à mesure... C'est très bien écrit !
Je n'ai pas énormément de culture rock, mais j'accroche moins au rock de nos jours qu'au rock de la vraie époque si j'ose dire ! C'est plus "lisse" maintenant moins enragé qu'avant. Mais je n'ai
probablement pas les bonnes références. Grâce aux commentaires ici, je vais aller "fouiner" sur le net. Merci à toi et aux commentaires !


Laure 09/05/2010 18:57



Merci à toi et à ton commentaire! Bonnes découvertes!



A Propos

  • : Mode Opératoire
  • Mode Opératoire
  • : Blog mode à tendance rock et à variations littéraires et musicales. Mode en séries, découverte de créateurs, vente en ligne de mes créations bijoux (INDIE), revue de must have, chroniques de bouquins et de CDs, vide-dressing...
  • Contact

  • Laure
  • Créatrice de la marque de bijoux fantaisie INDIE, basée à Paris. Passionnée de mode, de mots et de musique
  • Créatrice de la marque de bijoux fantaisie INDIE, basée à Paris. Passionnée de mode, de mots et de musique

E SHOP BIJOUX/ INDIE

Cliquez pour découvrir mes collections de bijoux sous la marque INDIE

HomePage Indie

 

Et suivez les actualités de la marque sur la page facebook:

INDIE-copie.jpg

Recherche

PINTEREST

Follow Me on Pinterest