Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 janvier 2010 1 25 /01 /janvier /2010 21:23

La-rentree-litteraire-2009-Thomas-Lelu-Le-Parisien.jpg

Ca tombe peut-être le mauvais soir... Mais je sens que je ne vais pas être très gentille. Ce n’est pourtant pas dans mes habitudes mais je fonde quelques espoirs en l’écriture et quand ils sont déçus je me fâche. La raison de mon courroux : le livre de Thomas Lélu. J’avais envie de découvrir cet auteur depuis un moment car je ne voulais pas m’en tenir à l’a priori qu’un jeune homme de la hype à lunettes peut générer. Oui mais voilà… Je suis allée jusqu’au bout, au bout de son parisien, en attendant le miracle de la chute, celui de la réconciliation avec son livre. Et il n’est pas venu.

On m’avait dit qu’on lui reprochait d’avoir fait un bouquin à base de name dropping (énumération de noms). Et bien on a raison. Si je ne suis pas vraiment ce qu’on peut appeler un membre de la hype, j’en ai parfois été la spectatrice privilégiée. Ou devrais- je dire affligée. Car derrière la hype, synonyme de rumeur je le rappelle, il y a bien du soi-disant, de l’apparence, de l’infondé. C’est ainsi que je perçois à travers ce livre, un milieu que je connais de loin, dont certains acteurs me sont familiers. Et je leur en veux un peu d’avoir tant droit au chapitre, de briller dans toutes les chroniques de soirées, de voir s’ouvrir les portes des plus beaux lieux, des plus folles aventures sans jamais les honorer vraiment d’une grande histoire. Car ce qu’écrit Thomas Lélu, c’est une histoire d’amour, du genre de celles qu’on voudrait passionnées, terribles, tourmentées, incendiaires, se consumant dans des nuits parisiennes d’excès. Et à la place on a du vide, de l’inertie, du creux. Un semblant de sentiments contrariés, d’aspirations fluctuantes. Une sorte d’inadéquation qui pourrait confiner au malaise générationnel émouvant et qui s’en tient au néant du ressenti, à la passivité. Un quotidien fait de marques, de lieux branchés et d’intervenants qui ne disent rien qu’à une élite de fêtards de la capitale et qui laisseront le lecteur lambda sur sa faim. Et pourtant, je pourrais, un peu mieux que ceux qui sont si loin de cette vérité, comprendre, être interpellée. Mais je reste impassible, hermétique. Les phrases simples, le langage qui pourrait être franc car droit au cœur est inconsistant, le contexte qui pourrait être grisant est plombant. Il y a certainement de la franchise, il y a indéniablement une sincérité méritante dans cette écriture lavée de toutes fioritures. Mais…

Cet amour de trentenaire qui se délie de je t’aime en refus, ne m’accroche pas. Je ne me sens ni désabusée par procuration, ni touchée par réminiscence, ni instruite par l’expérience relatée. Je suis un peu triste de cette jeunesse dorée qui est sur le devant de la scène et qui n’en fait pas plus pour se démener sur le terrain de jeu de luxe qu’on lui donne pour s’éclater. Je suis un peu triste de cette histoire d’amour que je voudrais voir exploser, s’effondrer, s’anéantir ou au contraire se résoudre, s’épanouir et qui s’essouffle à mesure que les mots la racontent par bribes, qui s’éternise sans que l’on ne comprenne bien le but ni humain, ni littéraire.

Sur le créneau du désenchantement et de l’indécision amoureuse, quelques auteurs plus agressifs parviennent au moins à cueillir le lecteur à défaut de le régaler. Le Parisien c’est le journal d’un jeune homme qui a beaucoup et qui n’en fait pas grand-chose. Je ne connais pas l’auteur donc je ne jugerai pas de qui il est intrinsèquement. Pour avoir écrit deux bouquins, que j’ai d’ailleurs jugés trop pauvres pour tenter de les publier, je me permets simplement d’en vouloir à un jeune auteur, certainement plus talentueux que ne le laisse paraître cette œuvre, de n’exiger pas plus de lui-même, tout au moins dans ce qu’il décide de livrer aux autres.  La vie est parfois insipide mais il appartient à l’écriture de pouvoir la rendre tellement plus belle. Sans la réinventer pour autant,  mais en sachant seulement bien la dire.

Ceci étant, comme je ne suis ni critique littéraire, ni d'excellente humeur ce soir, je vous invite à vous faire votre propre idée pour que nous puissions peut-être en débattre!

Et promis demain, en bonne blogueuse de mode, j'en reviens à mes moutons.

Partager cet article

Repost 0
Published by Laure - dans Les mots
commenter cet article

commentaires

Greg 29/03/2010 01:10


Salut, je ne te connais pas mais je pense tout comme toi, Lélu et beaucoup d'autres sont des imposteurs, ils squattent les medias mais n'ont pas de talent, lorsque j'ai lu quelques pages au Virgin,
j'ai halluciné devant autant de médiocrité, je me suis dit qu'il avait du couché avec un ou une dirigeante de Flammarion. Quel gâchis.
Lire ton commentaire me rassure.. non il n'y a pas que des moutons à Paris!
Putain une meuf qui écris bien et qui est mignonne! t'es un ovni ou quoi?


Laure 29/03/2010 21:25


Voilà la plus gentille manière d'être traitée d'objet volant ;)
Disons que je suis simplement une fille qui aime les fringues... et la littérature!! Ce qui peut avoir l'air atypique mais qui s'avère finalement très compatible!! Bienvenu en tous cas.


léa 29/01/2010 18:38


Coucou !!
J'ai lus ce livre , je ne sais pas dans quel côté je suis. Ce livre est bien-mal ?
Tel est la question
Je veux dire que les 20 premières pages je me suis ennuyé, ce n'est pas mon genre de livre , mais c'était un univers à découvrir !!
Je me permet de mettre ce commentaire car j'ai commencé à écrire mon journal intime sur un blog , je vais essayé de la tenir on verra bien ;)
Ce n'est que le début et je parlerai surement de mode vue que je suis folle de ça ! http://journalintimedunelyceene.over-blog.com/
C'est le lien , tu me dira ça que t'en pense !! merci
Mais le reine pour l'instant c'est toi !!
J'attend toujours tes articles avec impatience !! =D bisous !


Laure 30/01/2010 19:06


J'ai jeté un coup d'oeil de ton côté, même si j'avoue que cela me donne un bon coup de vieux en te lisant, c'est très bien si ce journal te fait du bien! Après il faut penser que tu es lue,
attention aux fautes d'orthographe et n'hésite pas à faire part de ton avis sur les choses, de ta vision, pas que les faits... c'est ton blog, c'est un peu de toi et c'est ça qui peut apporter
aux autres, sinon à quoi bon publier n'est ce pas?
Fonce et merci de me suivre!!


Kim 27/01/2010 19:28


Coucou !
J'ai 7 Princess Awards à décerner et tu fais partie de ma liste !
Tu auras quelques détails sur mon blog !


Laure 28/01/2010 10:10


Génial, j'irai voir ça, merci Kim!


@nnoushka 27/01/2010 14:55


ouille....toi quand t'aimes pas; t'aimes pas lol


Laure 28/01/2010 10:07



Aussi clairement que quand j'aime!!
Mais n'exagérons pas... je parle du livre, pas de la personne, je précise parce que je voudrais pas qu'il y ait de confusion!! 



mamandine 26/01/2010 21:17


Moi j'aime bien quand tu parles de livre...
Celui là je ne l'ai pas lu...alors je vais peut être me laisser tenter pour voir ce que moi petite provinciale pas du tout attiré par le monde de la "hype "je pourrai en penser....


Laure 28/01/2010 10:01


Et bien fonce alors et tu me diras, quoique franchement apparemment des prénoms "connus", tu ne trouveras pas beaucoup de détails croustillants sur ce milieu...


my oneshot styles 26/01/2010 14:29


Alors ça c'est envoyé !
Merci pour ton analyse, moi aussi je suis tentée depuis longtemps de le lire, mais toujours arrêtée par son côté un peu trop hypra hype.
Deux romans, ce n'est pas rien, moi qui serais bien incapable d'écrire plus de 3 pages, je suis impressionnée...


Laure 28/01/2010 10:00


Je dis "bouquins" simplement parce qu'il y a des titres, des chapitres et une histoire!! mais bon...


Jeremy DORO 26/01/2010 00:54


Le lapin !! Le lapin !!!


Jeremy DORO 26/01/2010 00:23


Moi j'aime bien la couverture de ce bouquin !
Sacré performance que de dire autant de choses sur un bouquin 'décevant'. Enfin, toi au moins, tu pourras dire : j'Lélu'

Le mouton ! Le mouton !!!


Laure 28/01/2010 09:58


Bravo pour cette excellente blague, 10 points!!


A Propos

  • : Mode Opératoire
  • Mode Opératoire
  • : Blog mode à tendance rock et à variations littéraires et musicales. Mode en séries, découverte de créateurs, vente en ligne de mes créations bijoux (INDIE), revue de must have, chroniques de bouquins et de CDs, vide-dressing...
  • Contact

  • Laure
  • Créatrice de la marque de bijoux fantaisie INDIE, basée à Paris. Passionnée de mode, de mots et de musique
  • Créatrice de la marque de bijoux fantaisie INDIE, basée à Paris. Passionnée de mode, de mots et de musique

E SHOP BIJOUX/ INDIE

Cliquez pour découvrir mes collections de bijoux sous la marque INDIE

HomePage Indie

 

Et suivez les actualités de la marque sur la page facebook:

INDIE-copie.jpg

Recherche

PINTEREST

Follow Me on Pinterest