Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 octobre 2008 2 07 /10 /octobre /2008 19:55

Peut-on vraiment parler de rivalité ? Quand le talent est également présent avec une telle évidence en chacune de ces marques. Plutôt le choc des titans.

Il faut d’abord se remémorer que ces maisons étaient il y a encore quelques années tombées en désuétude dans le cœur des modeuses. Leur nom a lui seul évoquait une mode révolue, osbsolète, plutôt vieillissante. Derrière le succès renaissant des ces deux maisons françaises, deux stylistes: Christophe Decarnin depuis 2006 chez Balmain et Ricardo Tisci depuis 2005 chez Givenchy.

Pour resituer les choses à l’échelle de la fashion, ils sont respectivement responsables de votre look panthère/ léopard rouge et colliers plastrons gothiques de cet hiver. Révérence et chapeau bas.












 

 


Le prodige de Decarnin : développer un style aristo-rock qui se conforte saison après saison. Les robes se raccourcissent pour puiser un peu de sexualité dans des jambes dénudées. Elles se parent de bijoux, strass pour garder du luxe ostentatoire aux silhouettes plus audacieuses qu’elles  imposent. Son point fort : Emmanuelle Alt, conseil en style pour la maison, qui infuse un peu de son glam rock Voguesque dans la tisane surannée de l’élégance  Balmain. Sur le podium des lianes aux cheveux lisses caressant leurs épaules conquérantes, à l’image de la modeuse, passée maître en matière d’allure envoûtante.

Les femmes de Christophe Decarnin sont des rebelles urbaines, de petites pestes en glitter hyper lookées aux cheveux emmêlées par des nuits festives d’ivresse.

 











 

 










 

 

 

 

 

 




Decarnin confirme le grand retour des années 90 pour l’été prochain, jean bleach, tonalité grunge en filigrane… Glissement des années 80 précédentes avec des vestes hyper épaulées qui suivent rigoureusement les lignes du corps. Pas d’oversized disgracieux mais une signature sensiblement futuriste dans ces vestes structurées. Et cet ingrédient, décidemment plus que décisif dans l’allure: une masculinité sous-jacente, soulignée par des emprunts à la torromachie sous forme de  broderies, lisibles également dans l’usure des jeans délavés mixés avec des pièces ultra précieuses.

 










 

 












 

 

 

 

 

 

 

 


Les pieds enlacés par des sandales à lanières scintillantes, les amazones hyper modernes de Decarnin sont absolument subjugantes de contrastes, d’ambivalence, oscillant entre rébellion bourgeoise et sophistication désinvolte. Balmain dessine depuis quelques saisons le look symptomatique d’une époque faussement désabusée, réellement exigeante.

 










 

 

 




Chez Givenchy, on s’aventure de plus en plus sur les chemins de la rock’n roll attitude amorcée cet hiver en mode gothique. Il y a toujours ce quelque chose de fascinant qui rappelle les veuves siciliennes et leur noir enveloppant.

Ricardo Tisci renoue avec un mysticisme so italian, dans des découpes évoquant une imagerie religieuse.











 

 

 

 



Il suggère plus qu’il ne dévoile, sublime la nature féminine par des coupes ajustées qui n’entravent pas mais qui soulignent. Tailleurs pantalons impeccables, osant parfois le chair ou le jaune pâle, il n’oublie pas la sensualité derrière l’apparente sagesse des silhouettes.





















 

 

 

 

 

 

 

 

 



Cuissardes en cuir et open toe fétichisantes terminent des looks marqués par une certaine sobriété. Moins percutante que la collection de cet hiver qui marqua le style gothique incontournable de la saison au fer rouge de la maison, Ricardo Tisci persiste et signe un style d’une élégance évidente. Qui n’oublie pas pour autant la modernité.

 











 


 


 


 


 


 





 














 


Confirmation du style 90’s au gré de pièces en jean clair qui défilent sur des cow girls fans de Kiss. Quelques combinaisons pantalons également qui confirmeront leur succès amorcé cet été et des capes aériennes pour cultiver le mystère propre à l’image de la femme Givenchy , forte et féminine.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 


 


 


 


 


 


 


 

 


 

 

 

 

Balmain vs Givenchy. Match nul. Résultat inclassable.

Partager cet article

Repost 0
Published by Laure - dans Look look
commenter cet article

commentaires

A Propos

  • : Mode Opératoire
  • Mode Opératoire
  • : Blog mode à tendance rock et à variations littéraires et musicales. Mode en séries, découverte de créateurs, vente en ligne de mes créations bijoux (INDIE), revue de must have, chroniques de bouquins et de CDs, vide-dressing...
  • Contact

  • Laure
  • Créatrice de la marque de bijoux fantaisie INDIE, basée à Paris. Passionnée de mode, de mots et de musique
  • Créatrice de la marque de bijoux fantaisie INDIE, basée à Paris. Passionnée de mode, de mots et de musique

E SHOP BIJOUX/ INDIE

Cliquez pour découvrir mes collections de bijoux sous la marque INDIE

HomePage Indie

 

Et suivez les actualités de la marque sur la page facebook:

INDIE-copie.jpg

Recherche

PINTEREST

Follow Me on Pinterest