Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 août 2008 1 18 /08 /août /2008 21:50

Le titre à lui seul est un régal. Et quand je ne connais d'avance ni l'histoire, ni l'auteur, un titre à lui seul suffit à me faire succomber.
Je consomme les livres un peu comme les vêtements: goûlument, compulsivement, insatiablement.
Alors j'ai été relativement comblée par ce même investissement immodéré que met l'auteur dans la passion qu'elle transcrit dans ce livre.




Car l'amour aussi fait partie des domaines que je n'ai pas envie de rendre raisonnables.

Il n'y a pas de fioritures, le style est direct, dénué de détails ou de tentatives syntaxiques élaborées qui voudraient le rendre plus personnel, plus atypique.
"IL", n'a pas de nom. Et sinon ce sera JE. De toute façon la passion est nécessairement un huis clos que Sandrine Ray résume parfaitement ainsi "dès qu'il est là les contours du monde s'estompent...". Le reste n'est que le décor de la passion qui enflamme deux êtres. Dès lors, nulle raison de la détailler outre mesure. L'essentiel est contenu ailleurs, entre parenthèse de tout le reste.

Sandrine Ray dit le silence qu'il faut accepter pour garder l'autre, les excès auxquels elle s'offre imprudente pour être un peu plus avec lui, à lui, dit l'errance de l'attente, dit l'indécision qui à le fois grise et retient. Elle dit la tendresse, l'émotion derrière l'omniprésence du corps, de l'acte sexuel.

Entre Deauville, Paris, Cannes, L.A, la narratrice est la maîtresse qui accepte d'être cachée puisque c'est tout ce qu'elle pourra avoir. J'ai été très touchée par le tempérament de cette femme qui ne discute jamais d'aliéner la liberté de l'autre même si celle-ci la met elle-même à distance... qui court après la sensation d'existence comme pour donner un goût d'absolu à sa vie:
- "c'était la première fois qu'un adulte osait me dire :" Je ne suis pas capable" [...] j'avais pu, dès lors, essayer, me tromper, me perdre, mais en toutes circonstances: vivre. Je n'ai jamais oublié ce cadeau"
- "Je suis mystique. Tout ce que je fais est un quête, y compris les errances, les plongeons dans le vide... J'ai besoin de grand, de beau, d'expériences."

Une femme qui aime les hommes, qui les comprend certainement parce qu'elle leur ressemble un peu:
-" C'est le dernier homme avec qui j'ai bien dormi. Je me sentais libre. J'aimais qu'il me demande chaque fois davantage. Je suis une fille de défi. Un garçon manqué? Entre hommes on se comprend."

Une femme imparfaite et donc tellement touchante. Encore une fois dans mes lectures estivales, voici un ouvrage qui réhabilite le corps, qui redore le désir. Désir dont il ne faut pas faire une fin en soi, mais auquel il faut garder toute son importance. Le désir, tellement plus fort que la jalousie pour dire l'attachement, sa puissance. Le désir qui remplit parfois tout l'espace de l'amour sans pour autant le teinter de vulgarité.

"J'aime les hommes forts et fragiles, doux et brutaux, intelligents et idiots, drôles et désespérés. Ceux qui n'ont plus peur. L'innocence des êtres qui sont eux-mêmes." Simpliste? Quoi de plus subtil que d' être ce bon dosage d'ambivalence et non de contradiction, qui rend, d'après moi, un homme abouti...

Mon besoin d'amour est impossible à rassasier c'est se perdre pour se trouver. Se détruire pour exister. Repousser ses limites pour aimer. S'oublier pour ressentir. Puis comprendre pour avancer. Puis raconter pour continuer. Et certainement recommencer.

Partager cet article

Repost 0
Published by Laure - dans Les mots
commenter cet article

commentaires

Sandrine Ray 31/10/2010 08:42


Je suis très touchée par la délicatesse et la pertinence de cette analyse, OUI, javais besoin de me perdre pour me trouver ! Voilà, c'est fait et merci de l'avoir vu...


Laure 01/11/2010 19:21



Et vous n'imaginez pas à quel point je suis touchée de votre commentaire à mon tour... c'est finalement important d'être comprise, je suis bien d'accord... et d'être lue, comme vous le
faites à votre tour en tombant sur ce blog... sincèrement merci de vous être manifestée et merci pour ce livre si juste qui disait parfaitement ce que je pouvais ressentir à l'époque où je l'ai
lu.



bouzidi 18/09/2009 13:45

Jean Jacques,l'amour C’est une arme que l’on peut manier
Qui ne tue pas, mais qui peut provoquer Du mal selon la façon de l’utiliser On voudrait pouvoir la contrôler
On aimerait vers le cœur la diriger Mais la peine vient souvent l’accompagner La tristesse est là beaucoup plus souvent Que le bonheur qui ne reste car il n’a pas le temps
l’amour dans une histoire Fini toujours mal, ça je l’écris et j’en ai marre

Laure,Tu me donnes des explications! Tu donnes des mystères et laissent des points d’interrogations mais où vas-tu donc ?
Moi je rêve d’amour c’est ainsi Et pourtant ce n’est pas ce que j’écris Même si j’essaye parfois Mais c’est si rare, pourquoi ? Parce qu’il faut connaitre le sujet Et que pour moi aimer ce n’est jamais du concret Alors je vous laisse le soin, d’en parler mieux que moi C’est très bien comme ça

bouzidi 18/09/2009 00:26

d'Un homme qui vous dit que; Dire ce que vous pensez sans culpabiliser est un art que vous ne maîtrisez pas encore.
Vous devez toujours penser à deux fois avant de donner votre avis sur les d...ifférentes personnes et de leurs actions.

Laure 18/09/2009 01:14


il faut certainement bien me connaître pour savoir l'impact de la culpabilité sur mes raisons, et mal me connaître pour estimer celui qu'elle a sur mon jugement. D'ailleurs ici il ne s'agissait que
d'analyser de mon point de vue, une oeuvre, sa teneur, mes affinités avec elle. Quant à la maîtrise, elle m'importe en tout sauf à en faire un art. Car dans ce domaine je préfère parler de
liberté.
Et je préfère juger de ce qui me concerne.


Jean-Jacques 17/09/2009 23:44

merci bouzidi, quel réalisme... Mais il faut juste prendre au sérieux ceux que l'on aime..Comme les petits sphinx, les petits pharaons et autres colibris..

Laure 18/09/2009 01:05


Jean Jacques, sors de ce corps...


bouzidi 16/09/2009 15:38

« Ne prenez pas la vie au sérieux ; de toute façon, vous n'en sortirez pas vivant. »

Laure 17/09/2009 12:38


de qui est cette excellente citation?


Dahlia 14/09/2008 01:54

La vache, je finissais par croire que j'avais été la seule à avoir lu ce livre... Mais je l'ai beaucoup moins aimé que vous :D

Laure 14/09/2008 17:00


j'ai lu votre commentaire sur le livre. Je suis d'accord qu'il manque- pour étoffer l'aspect romanesque certes assez discutable puisque c'est plutôt autobiograhique- des détails de l'autre point de
vue, que le livre se contruit comme des séances cinématographiques, et pour cause, compte tenu du métier de son auteur. En revance je trouve justement le titre éloquent et l'histoire m'a touchée,
simplement parce que j'y trouve un écho à quelque chose de personnel... C'est ainsi qu'un livre agit sur certains et pas sur d'autres je pense. D'accord pour dire que ce titre "sentence" est
angoissant, mais c'est un constat qui pour moi convoque quelques notions d'absolu et d'évidence qui me touchent...


frieda l'écuyère 21/08/2008 01:51

Eh bien, que de lecture inspirées ! Et moi, question lecture, j'ai beaucoup de retard à rattraper ici !

Laure 22/08/2008 00:39


et ben voila! tu as trouvé comment faire semblant d'avoir lu des bouquins cet été si besoin, grâce à ces petits résumés/critiques ;) J'ai en ai encore 2 ou 3 sous le coude d'ici la fin du
mois car la plage, ce n'est pas encore finie pour moi...!!


Caroline 19/08/2008 09:28

Toutes ces belles lectures pour nous rappeler qu'au fond, l'Amour est peut être, voire sûrement la seule vraie vérité en ce bas monde...
Et pour clore cette minute Miss France, j'ajouterais que l'amour mène à la paix.
Un peu de légèreté dans ce monde de brutes.

Laure 19/08/2008 11:57



Merci pour cette contribution à la paix dans le monde. Et comme dirait Michael J. "World, make it a better place, for you and for me and the entire human race"! Minute émotion. Merci.



A Propos

  • : Mode Opératoire
  • Mode Opératoire
  • : Blog mode à tendance rock et à variations littéraires et musicales. Mode en séries, découverte de créateurs, vente en ligne de mes créations bijoux (INDIE), revue de must have, chroniques de bouquins et de CDs, vide-dressing...
  • Contact

  • Laure
  • Créatrice de la marque de bijoux fantaisie INDIE, basée à Paris. Passionnée de mode, de mots et de musique
  • Créatrice de la marque de bijoux fantaisie INDIE, basée à Paris. Passionnée de mode, de mots et de musique

E SHOP BIJOUX/ INDIE

Cliquez pour découvrir mes collections de bijoux sous la marque INDIE

HomePage Indie

 

Et suivez les actualités de la marque sur la page facebook:

INDIE-copie.jpg

Recherche

PINTEREST

Follow Me on Pinterest