Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 juin 2008 5 06 /06 /juin /2008 21:57


Françoise Marie Santucci est journaliste à Libération depuis 15 ans. Ce qui n’est pas la condition sinequanone au fait que ce livre soit très réussi. Mais il l’est, définitivement, en  traitant pourtant d’un sujet qui se prêterait volontiers à la vulgarisation.


Très bien écrit donc, d’abord pour le niveau de langue, la richesse du vocabulaire et le niveau stylistique, réussi aussi  parce que bien documenté, quoique, on l’apprend tardivement, l’auteur s’est heurtée à de nombreuses réticences en tenant d’accéder au mystère de l’icône Kate Moss .







On retrouve pourtant dans cette biographie, des bribes d’ interventions de la mannequin qui permettent de dresser un portrait le plus objectif possible de ce personnage public qui reste néanmoins, avec l’aide de ses proches et une stratégie de communication bien ficelée,  très privée.

La réussite du livre tient justement a cet équilibre entre la reconnaissance de la  fascination qu’elle exerce - y compris sur l’auteur sans pour autant  sombrer dans l’idolatrie absurde - et le recul qu’il faut garder sur cette star du XXI eme siècle, icône incontestable de la mode et plus largement d’une société d’images, d’apparence et de consommation.



Le livre n’ambitionne pas réellement d’apporter des réponses au mystère Kate Moss mais soulève de nombreuses interrogations, un peu à la manière d’une psychothérapie, poussant le lecteur à se poser lui-même les questions sur la pertinence de cette adoration consensuelle qui est vouée à la muse. Kate Moss  n’est peut-être qu’une écervelée,  une jeune femme avide de fêtes, de reconnaissance, d’argent ?

Une stratège certes, mais qui l’est devenue a force de rencontres et d’expériences, une fille nature plutôt simple, pas nécessairement profonde, mais après tout que lui demande-t-on ?

Délivrer des messages par procuration et tellement de messages antinomiques pour des marques si différentes les unes des autres, qu’il fallait bien qu’elle soit et reste avant tout un joli porte-manteau, ce dont elle a justement l’intelligence d’avoir conscience vraisemblablement. Savoir qu’il vaut mieux parler lorsque l’on a quelque chose d’intéressant  à dire, se construire une destinée en se préservant d’une surexposition de l’intimité d’autant plus lorsque celle-ci est de toute façon l’objet de toutes les curiosités. Ne pas être complice de son succès, le regarder de l’extérieur, devenir le personnage de sa propre vie au risque de se perdre parfois. Voila un peu de sa recette.

 

Son parcours professionnel autant que personnel est décortiqué sur 300 pages sans jamais aucune longueur, le rythme est soutenu tout comme l’est certainement celui de sa propre vie ponctuée par les fêtes et les voyages. Les amours sont passées au crible, Mario Sorrenti, Johnny Depp, Pete Doherty, Jamy Hince...Ses amitiés britanniques Stella Mc Cartney,  Alexander Mc Queen, Sadie Frost… Ses collaborations aussi en commençant par Calvin Klein puis l’interminable liste de maisons dont on sait qu’elles ont reconnu en elle une égérie parfaite. Une multiplication incontrôlée de son image dans les médias dont on apprend qu’elle suscitait une complicité moqueuse avec son amant terrible…

 


Le succès n’est peut-être qu’une question de hasard, celui d’un hall d’aéroport,  hasards heureux qui se succèdent dans sa vie, justifiés c’est indéniable par cette beauté, parfois discutable, mais toujours envoûtante, intriguante, de ce visage qu’un spécialiste a décrété parfait à force de calculs savants comme pour justifier l’injustifiable. Ce corps gracile, infantile, pourtant si sensuel, cette moue presque plus belle que ses sourires, cette nonchalance évanescente, insaisissable que les clichés emprisonnent difficilement.

Une des clés de son succès est très certainement cette faculté à rester suffisamment discrète sur les détails de qui elle est et à la fois suffisamment exposée pour nourrir l’ardeur et l’avidité de ses fans.

Plus que le parcours de Kate Moss, c’est toute une époque qui est dépeinte dans ce livre à travers la musique en filigrane dont on sent qu’elle est un élément sensible chez l’auteur.

Kate Moss est à l’image de son temps: légère, superficielle, maligne, stylée, inconséquente, désinvolte, grisante, muette, ambitieuse.



Elle est surtout l’emblème de la coolitude, une notion relativement abstraite qui consisterait à avoir l’air a la fois apprêtée et négligée, cheap et chic, bohême et classe. Un concept qui résume la quête souvent vaine de celles qu’on nomme les fashion victims et qui caractérise les filles dont on se souvient pour cette espèce de détachement impeccable qui procure une contenance, un sens, une existence.

Adeptes ou non de la brindille, cette biographie, précoce et non prématurée vue la teneur du quotidien de la trentenaire,  est une bible riche de sens, d’explications, de questionnements et d’apprentissages qui mérite largement le détour et même les éloges.

Et quoique les réponses potentielles sont nombreuses aux raisons de son succès, la question essentielle demeure et prouve le respect de l’auteur pour son sujet. Ne pas avoir la prétention de solutionner ce que Kate Moss elle-même s’évertue à garder secret, ce qu’elle protège, ce mystère, ce mutisme qui sont les bases mêmes de son succès. On imagine les frustrations de celle qui se serait volontiers vue rock star, la pression d’un monde dont le regard est tourné en permanence vers elle, épiant le moindre faux pas, pour savoir s’il faut continuer à l’adorer ou commencer à la blâmer. Il en est ainsi avec les idoles, on finit toujours par vouloir les sacrifier.

 


Comment Kate Moss a-t-elle pu arriver à un tel statut de reconnaissance, d’avènement, malgré les déroutes, les déviances, les excès ?  Ce sont justement elles qui fondent l’affection ou le rejet qu’elle génère chez ses pairs et qui contribuent, quoiqu’il en soit, à sa notoriété, à alimenter le mythe. Sans failles pas de rédemption, sans faiblesses pas d’humanité.

Ne venez pas chercher dans ce livre des conseils pour copier son look, simplement quelques photos au cœur du livre pour montrer l’évolution de son personnage. Il est plutôt question d’une trajectoire humaine. Une trajectoire idyllique mais pas idéale, fulgurante mais certainement pas éphémère.

Partager cet article

Repost 0
Published by Laure - dans Les mots
commenter cet article

commentaires

Antoine 11/06/2008 00:08

Je n'étais pas vraiment "fan" de la "Calvin Klein-esque Brindille" du début des années 90 . . .
Je crois que Miss Moss n'est pas du tout un "Top classique" (ET de toute manière elle n'est pas du tout dans le registre "longiligne et sculptural") , mais plutôt une "Icône rebelle et désinvolte" qui flatte les pulsions "subversives" plus ou moins larvées de toutes les rédactrices de mode "branchées" . . .
ps: Félicitations pour cette reconnaissance "jalougallery-ienne" !!! Parce que le fait est là : certaines contributions "Bloggaires" sont Franchement de MEILLEURE qualité que certains articles édités support "papier" .

Laure 11/06/2008 00:51


Sentirais-je une pointe de ressentiment à l'égard des journalistes de presse féminine?...Tu vas m'obliger à me faire l'avocat du diable compte tenu de mon métier!! Certes la miss Kate est une icône
par procuration incarnant tous les excès ou déviances que se refusent les bonnes consciences...
Je suis ravie en tous cas de comprendre que, peut-être, ce blog sans prétention, pourrait "rivaliser " avec les écrits de mes aînées dans le domaine et m'efforcerai toujours de lui garder ses
exigences personnelles de contenu et de forme... quoique très relatives à l'échelle de l'humanité!


A Propos

  • : Mode Opératoire
  • Mode Opératoire
  • : Blog mode à tendance rock et à variations littéraires et musicales. Mode en séries, découverte de créateurs, vente en ligne de mes créations bijoux (INDIE), revue de must have, chroniques de bouquins et de CDs, vide-dressing...
  • Contact

  • Laure
  • Créatrice de la marque de bijoux fantaisie INDIE, basée à Paris. Passionnée de mode, de mots et de musique
  • Créatrice de la marque de bijoux fantaisie INDIE, basée à Paris. Passionnée de mode, de mots et de musique

E SHOP BIJOUX/ INDIE

Cliquez pour découvrir mes collections de bijoux sous la marque INDIE

HomePage Indie

 

Et suivez les actualités de la marque sur la page facebook:

INDIE-copie.jpg

Recherche

PINTEREST

Follow Me on Pinterest