Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 avril 2008 4 24 /04 /avril /2008 22:10




Quand j'étais jeune j'écoutais du rock. Et puis j'ai continué. Le rock que j'écoutais lui a changé. J'ai perdu de vue mes idoles dont l'une qui hanta pourtant mes rêves de jeune fille, il faut bien l'avouer. Le beau chevelu Eddie Vedder, leader chanteur de Pearl Jam, ce groupe de la scène de Seattle, la fameuse, celle qui vit naître les stars du grunge, amis de la chemise bucheron et de la veste de treillis.


                                                                         
                                                                                     




Eddie Vedder donc avait, et a toujours merci mon Dieu, cette voix pénétrante, grave, légèrement nasale, ce timbre sensiblement éraillé.
Pour un autre de mes sex symbols talentueux, le charismatique Sean Penn, il a composé la Bo de "Into the Wild". Un petit bijou country folk à l'image des paysages pittoresques de l'Amérique que nous fait découvrir le film.





Je suis resté 15 min dans la salle à la fin du film, en essayant de retrouver un souffle serein après avoir vu s'échapper dans un ciel nuageux, le dernier du héros.
Ce furent plusieurs heures de grâce authentique qui soulèvent des sentiments enfouis, des désirs de liberté, de solitude, de fuite.
Un film qui suspend le temps à celui compté d'un jeune homme en quête de sens.
Emile Hirsch est un spectacle a lui tout seul, incandescent, insaisissable. Les paysages lui volent quand même la vedette.
Son personnage est un affront à la société, aux bornes aliénantes qu'elle nous impose sans cesse, à nos désirs matériels dérisoires.
C'est un hymne à la nature sur fond de guitare sèche sobrissime. La pureté des gens, des sentiments, de la nature enveloppe de sa beauté grisante autant qu'inquiétante parfois.







On sort du film avec l'envie de prendre son sac à dos, un bouquin et partir. De quitter les gens, la vie quotidienne, les contraintes, les désillusions, les habitudes. Ce film est une cure de bien-être de presque 3 heures, de voyage culturel, émotionnel. Une immersion dans la vie, la vraie, celle qui fait ressentir de pleins fouet les moindres sensations, celle qui donne un sens aux risques, aux dangers, aux rencontres, aux gens, au monde.
C'est un cheminement initiatique dont l'issue interpelle profondément non pas par sa complexité mais au contraire par son évidence.

Le héros solitaire prône tout au long de son parcours les bienfaits personnels de sa solitude, jusqu'à comprendre qu'il manque à ce bonheur sincère qu'il vit en osmose avec la nature, le fait de pouvoir le partager. Avec autre chose que la nature, l'être humain, que rien d'autre ne remplace. Celui à qui l'on peut dire et qui répond.



Je garde de ce film une impression de sagesse, de philosophie, d'esthétisme mais aussi de tristesse. A l'image de son réalisateur, ténébreux, habité, investi. Et de la nature, cette conscience qu'elle est une entité indomptable, incontrôlable, plus puissante que tout le reste, la seule chose que nous ne pouvons pas maîtriser. Et c'est tant mieux.


Partager cet article

Repost 0
Published by Laure - dans Au programme
commenter cet article

commentaires

Marie 28/03/2010 23:16


J'ai vu ce film il y a un an. Le lendemain j'achetais un billet d'avion pour l'Arménie, pays de mes rêves mais dont le voyage m'avait toujours fait peur. J'y suis restée deux mois. merci Sean Penn
!


Laure 29/03/2010 21:18


Génial!! je te comprends, si j'étais plus téméraire j'en aurais fait autant je crois!!


Armelle 02/05/2008 12:04

Mais euh ! C'est pas bien de dire la fin des films, même l'air de rien, en passant... Je rigole, à côté de ma pote allemande qui m'avait raconté le truc à pô dire sur le 6 sens, ça mange pas de pain. Une question me turlupine quand même, rapport au héros de ce film. Il a genre 20 ans, il est censé être plein d'hormones, et quand une petite minette (qui hurle beaucoup moins de terreur que quand elle est enfermée dans une Panic Room avec Jodie et a bien grandi) se jette à ses pieds, il fait genre "nan poupée, désolé je préfère aller dépecer un élan". T'as trouvé ça normal toi ? Sinon je reviendrai sur ce blog, on y rigole.

Laure 04/05/2008 22:30


salut la belle,
non moi aussi j'ai été déçue du caractère aséxué du personnage principal... D'autant que la belle a des arguments tout de même!
Promis la prochaine fois je ne raconte pas la fin alors, c'est mal mal mal! et tu reviens quand tu veux évidemment.


A Propos

  • : Mode Opératoire
  • Mode Opératoire
  • : Blog mode à tendance rock et à variations littéraires et musicales. Mode en séries, découverte de créateurs, vente en ligne de mes créations bijoux (INDIE), revue de must have, chroniques de bouquins et de CDs, vide-dressing...
  • Contact

  • Laure
  • Créatrice de la marque de bijoux fantaisie INDIE, basée à Paris. Passionnée de mode, de mots et de musique
  • Créatrice de la marque de bijoux fantaisie INDIE, basée à Paris. Passionnée de mode, de mots et de musique

E SHOP BIJOUX/ INDIE

Cliquez pour découvrir mes collections de bijoux sous la marque INDIE

HomePage Indie

 

Et suivez les actualités de la marque sur la page facebook:

INDIE-copie.jpg

Recherche

PINTEREST

Follow Me on Pinterest