Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 avril 2008 6 12 /04 /avril /2008 23:30

 

Petit jeu de questions/réponses sur les dérapages de la mode de ces dernières années :

-          Les désormais légendaires pour leur mocheté UGG : une botte fourrée disgracieuse à souhait qui se portait même par 40 degrés pour le supra snobisme.

L’argument de défense : « oui mais c’est un truc de cool en fait, c’est les surfeurs australiens qui les enfilent en sortant de la mer l’été . »

Doit on vraiment revenir sur la capacité de recul des planchistes frimeurs ? Je me fais des amis.

-          Les bottes de pluie en plastique : votre mère vous a seriné avec ça pendant des années quand vous étiez petite. Vous l’avez haïe intérieurement pour cet affront et maintenant vous collectionnez toutes les couleurs de l’arc en ciel pour les jours de pluie.

L’argument : « bah ouais mais je m’en fous du style, c’est quand même pratique quand il pleut ? »

Et là j’ai juste envie de dire à la manière d’une dinde outrée : « Genre !! »

-          Le foulard tête de mort : les vanités, ça ne vous dit rien. Au XVIII ème elles étaient le symbole de la mortalité de l’homme, pour l’empêcher de décoller égocentriquement du plancher des vaches. Je ne crois pas que cela soit la raison pour laquelle, narcissique ou non, vous avez laissé pendouiller à vos sacs, cous, oreilles des crânes dont vous vous moquiez normalement à Halloween.

L’argument : « c’est mignon ces petites têtes customisées qui font un peu rock’n roll ! »

Alors on reprend : oui c’est mignon tout ce qui est un peu moche pour une fille mode, sauf qu’il va falloir expliquer aux impies pourquoi, ça ne suffit pas. Mais là je vous laisse vous débrouiller.

-          Les spartiates : avis de grand retour des gladiateurs, les chaussures de Moïse are back in the city. C’est la le hic, des lanières en veux tu en voila, mais en ville, ça fait juste des trais de saleté entre les lignes.  Et puis elle monte, elle monte la spartiate, pas seulement dans les sondages, quoiqu’elle culmine depuis 3 étés quand même au top, mais aussi sur le mollet et là ça boudine, c’est traître une spartiate.

L’argument : « Enfin c’est quand même plus joli que la tong qui claque au vent non ? »

Certes la tong à ce je-ne-sais-quoi de beauf, mais elle l’assume sans vergogne, tandis que la spartiate filoute, en proposant la même chose en version plus sophistiquée. Le résultat est là : c’est plat, un moine pourrait avoir envie de vous les piquer mais la gente masculine sexuée continuera à juste titre de se plaindre de son manque de sex appeal.

-          Le keffieh : incroyable mais vrai, le foulard palestinien qui certes à déjà été récupéré par les hooligans ou les 68 ards avant nous, défraie la chronique depuis quelques mois.

Nul besoin de retracer le parcours fulgurant de ce torchon de cuisine non imperméabilisé : Balenciaga, Isabel Marant et maintenant … tout le monde. Dans toutes les couleurs, variantes, avec des perles, du lurex, des carreaux détournés, des fleurs… Il pendouille quoiqu’il en soit, à tous les coins de rues nonchalamment, semblant avoir totalement occulté sa connotation, quoique non inhérente au départ, de signe religieux voire belliqueux.

L’argument : «  la mode c’est la liberté, on s’en fout des symboles, et puis c’est pas la première fois qu’on détourne les codes, regarde le treillis ! »

Alors bien sûr c’est pas la première ni la dernière fois qu’on se permet n’importe quoi, mais est ce que cela signifie que ce soit une bonne idée ?

-          Les bottes indiennes : c’est le retour des cowboys et des indiens, la frange se balance sur les pieds mais pas que…Et on se demande à quand les nattes. Moi je dis on n’est pas à l’abri. Décidemment la botte à de beaux jours devant elle, elle ne craint pas la chaleur, elle s’en moque.

Sans plus de commentaires je dirais : régression infantile, tentative de détournement ethnique, besoin de vacances au Far West ?

L’argument : « La frange c’était déjà le carton capillaire 2007, c’est trop bien de l’avoir aux pieds non ? »

La frange était déjà un risque majeur pour tous les petits fronts, gros nez, yeux globuleux. N’est –ce pas un audacieux de l’infliger maintenant à nos pieds ? Je pose la question…

-          La chapka : petit animal mort se portant au dessus du cuir chevelu. Je ne vais pas faire ma Brigitte mais quand même, est-ce bien raisonnable pour avoir l’air d’une prostituée russe de se chapeauter de la sorte ?

L’argument : « Trouve-moi un bonnet qui te tienne aussi chaud en te donnant ce port de tête altier ? »

Ok je te prête le mien en laine merinos qui gratte pas.

-          Le léopard : on fait « grrrr » sur votre passage, surtout quand vous déambulez devant un chantier où des mâles en chaleur guettent leur proie. Vous avez réveillé l’animal qui sommeille en vous avec cet imprimé bestial… Soit. On a dit en touche le léopard, pour que ce soit ludique. On croyait que Cavalli nous avait déjà prouvé que la vulgarité à un nom : léopard. Mais non, on en a redemandé.

L’argument : « Kate Moss ne quitte pas ses Repettos léopard »

Alors celui là il est valable pour tous les dérapages sus-mentionnés, ce qui nous donne d’ailleurs un indice sur le fait qu’il ne faut pas croire tout ce que Kate Moss porte.

Et puis Kate Moss c’est Kate Moss. C’est comme ça.

Pour résumer la tendance n’est pas à l’abri de l’erreur (ni Kate Moss je le répète au cas où) et donc nous non plus. Pour autant je dois avouer qu'aucun de ces dérapages ne m'est vraiment étranger. Amies de la sincérité bonsoir.

Partager cet article

Repost 0
Published by Laure - dans Look look
commenter cet article

commentaires

A Propos

  • : Mode Opératoire
  • Mode Opératoire
  • : Blog mode à tendance rock et à variations littéraires et musicales. Mode en séries, découverte de créateurs, vente en ligne de mes créations bijoux (INDIE), revue de must have, chroniques de bouquins et de CDs, vide-dressing...
  • Contact

  • Laure
  • Créatrice de la marque de bijoux fantaisie INDIE, basée à Paris. Passionnée de mode, de mots et de musique
  • Créatrice de la marque de bijoux fantaisie INDIE, basée à Paris. Passionnée de mode, de mots et de musique

E SHOP BIJOUX/ INDIE

Cliquez pour découvrir mes collections de bijoux sous la marque INDIE

HomePage Indie

 

Et suivez les actualités de la marque sur la page facebook:

INDIE-copie.jpg

Recherche

PINTEREST

Follow Me on Pinterest